Art et culture

Le lambi dans tous ses états

img_4317Le magazine Génération+(édition Guadeloupe) publie dans son numéro 7 de Septembre-octobre-novembre 2016 un fort intéressant article sur la conque de lambi utilisée comme instrument de musique. En cette période de pêche règlementée de ce mollusque marin, ouverte uniquement aux professionnels, rappelons-le, du 1er octobre au 31 janvier, il m’a paru opportun de  vous présenter cet article. J’ai donc sollicité à votre intention l’autorisation des responsables de la revue qui me l’ont aimablement accordée, ce dont je les remercie vivement en votre nom. Je profite de cette occasion pour rappeler que deux chroniques sur le sujet ont été publiées sur ce blog les 25 septembre et 9 octobre 2013, alertant entre autres les lecteurs sur les dangers que représentent pour les tortues marines les folles à lambis et autres filets maillants, ainsi que pour leur développement, le déversement des conques vides sur les récifs coralliens. Deux articles illustrés de photographies parlantes prises par des plongeurs professionnels et publiées également avec leur autorisation. Un grand merci encore une fois au magazine Génération+ pour son  aimable collaboration.

La conque marine, un instrument local insolite

Texte de Laurence ROGER

Pêchée en apnée à une dizaine de mètres de profondeur, le Strombus gigas ou mollusque géant des mers, révèle son patrimoine culturel mythique. Découvrons cette corne à tuyaux qui, en fonction de sa taille, promet un son singulier.

Transformation en strombophone mélodieux

Le « Kal » vient quelquefois avec une embouchure naturelle. Cependant, en faire un instrument peut résulter d’un travail de fabrication de cette embouchure, à l’aide d’un procédé de coupe de l’apex, et de chauffe. Ainsi, s’y imbrique un cône rigide ou arche lippale. Le son qui en sort est en fonction de l’allure du tuyau. Ce dernier en donne la hauteur, et c’est l’introduction de la main qui va faire varier la sonorité. Tout le reste s’harmonise autour de l’air, élément principal qui produit le son, des lèvres exprimant les tensions, tandis que le corps de la coquille se transforme en idiophone. Le joueur de conque racle, frappe, souffle, aspire et fait résonner son strombophone dont le timbre sera fonction du matériau naturel.

14484615_713670918785870_297279522141347587_n
Pour mieux connaître et prendre contact avec le magazine Génération+ cliquez sur le lien https://www.facebook.com/generationplusmagazine/

Un passionné à la découverte d’une sonorité profonde

C’était il y a quatre ans. Au détour d’une énième réflexion, Gérard GROS, curieux de tout, s’intéressait de près à ce fruit que la mer donnait encore aux vivants ! Aujourd’hui, il présente fièrement 7 conques, pour 7 sons parfaits de la gamme de Do, et joue de plusieurs instruments à vent de la famille des saxophones.

Gérard GROS - Ph. Jessy Govindama - Mag Génération.

Gérard GROS – Ph. communiquée par Jessy Govindama – Magazine Génération +

http://www.promusika.fr/index.php/musique/portraits-de-professeurs/118-gerard-gros

Retour aux origines 

Autrefois, les Amérindiens utilisaient la conque marine à des fins alimentaires et artisanales. Des lames tranchantes aux colliers, elle servait également d’objet de communication. S’il n’est pas rare, encore de nos jours, de la voir en tant qu’ornement funéraire, installée autour des tombes de terre, sur les mornes arrosés de sels, cette coquille spiralée de tons rosés, se fait entendre surtout en période de carnaval.

Les srombophones de Gérard Gros - Ph Jessy Govindama

Les srombophones de Gérard Gros – Ph. communiquée par Jessy Govindama

conques

Inauguration du Mémorial ACTe - 15 mai 2015 avec Gérard GROS - Ph. Jessy Govindama

Inauguration du Mémorial ACTe – mai 2015  – Ph. communiquée par Jessy Govindama

Tous nos remerciements renouvelés au Magazine Génération +, à l’auteur de l’article, Laurence Roger et à Jessy Govindama qui nous ont permis de vous présenter ce dossier.

Du temps de l’esclavage

Pour terminer cette chronique, ajoutons que la conque marine a aussi servi aux esclaves marrons comme instrument sonore de ralliement, comme le rappelle la statue ci-dessous érigée en hommage au Marron Inconnu, à Port au Prince, en Haïti, face au palais national.

À la gloire du Marron inconnu -Document Totem (voir lien)

À la gloire du Marron inconnu – Document Totem (voir lien)

http://www.totem-world.com

Pour écouter : https://www.youtube.com/watch?v=CofUIR8mlkc

Bonne lecture et à la prochaine chronique.

Raymond Joyeux

Cet article a été publié dans Histoire locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s