Le bien-être par la peinture

Un stage d’initiation à la couleur proposé et animé
par Alain Joyeux

40778406_926735727512789_3158285406336712704_nArt-thérapeute, photographe, coloriste reconnu et apprécié, Alain JOYEUX est en résidence actuellement à Terre-de-Haut, aux Saintes. En plus d’une exposition permanente qu’il anime à l’ancienne maison de sa grand-mère, Man Titine, non loin de la poissonnerie, il reçoit un petit nombre de jeunes et d’ adultes de la commune auxquels il transmet cet art délicat et subtil des couleurs et du dessin. Pour la plus grande satisfaction manuelle et mentale de ses « élèves » qui ont eu la très agréable surprise de voir exposer leurs œuvres, voilà quelques semaines en l’atelier du peintre.

35744091_855501914636171_5224753146361806848_n

Des élèves d’Alain Joyeux admirant leurs productions

Avoir part à la beauté

« Nous ne sommes pas tous artistes ; dit François Cheng *, mais tous nous avons part à la beauté. » Je pense, quant à moi, que, davantage que de vouloir en faire des artistes au sens habituel du terme, c’est cette part de beauté présente en chacun de nous qu’Alain Joyeux cherche à révéler à ses élèves en les initiant – en leur permettant surtout de s’adonner librement mais aussi par ses conseils – aux jeux et à la combinaison des couleurs et des formes dans la quête de la beauté et des émotions qu’elle procure. « En effet, dit encore François Cheng, la beauté a le don de provoquer en nous les ressentis les plus forts et les plus immédiats, des ressentis aussi bien charnels qu’émotionnels. Imprégné des sensations nées de ces ressentis, notre être se sent attiré par la présence de cette beauté et d’instinct va vers elle. » Et pour rester dans le registre des citations, c’est Christian Bobin qui écrit dans son livre La Présence pure (Éditions Poésie/Gallimard – 2016 ) : «  Le rouge des pavots monte à mon cœur comme une flamme ». 

* François Cheng : Œil ouvert et cœur battant  – Éditions Desclée de Brouwer – Paris 2011

31179871_826150377571325_1969116486580568064_n

La flamme de la découverte et de l’émerveillement

C’est pour animer ou réanimer cette flamme en nous de la couleur et de la beauté qu’Alain Joyeux  nous propose ce stage qu’il animera en Guadeloupe continentale le samedi 29 septembre 2018 selon les modalités suivantes :

29 SEPT 2018 ART THERAPIE BOIS DE ROSE COULEUR OUVERTURE

Pour tous renseignements complémentaires concernant ce stage, s’adresser à Alain Joyeux, visible tous les jours aux heures d’ouverture chez Man Titine ou par téléphone
au 0690 40 49 45
ou 0590 92 87 84

Les photographies et tableaux sont de Alain Joyeux

Mercredi 19 septembre 2018 – Raymond Joyeux – Chronique à partager librement.

Publié dans Artistes saintois | Laisser un commentaire

Terre-de-Haut : le discret départ d’un juste

 Chers lecteurs, 

Alors que je m’apprêtais à mettre en ligne le témoignage ci-dessous consacré à Éric Bourguit, brusquement décédé le 4 septembre dernier, notre ami Claude Décator nous faussait compagnie, m’obligeant à différer ma publication pour suivre au plus près cette triste actualité. L’annonce et le passage avorté du cyclone Isaac a de plus perturbé la programmation des chroniques du blog. Aussi vous demanderais-je de bien vouloir excuser ce décalage indépendant de ma volonté. J’ai par ailleurs évoqué une triste actualité touchant ces derniers mois la communauté saintoise de Terre-de-Haut. En effet, et tout le monde en parle aux Saintes, pas moins de 17 membres de notre petite collectivité nous ont quittés depuis le début de cette années 2018, sans compter deux personnes étrangères à la commune qui ont été retrouvées noyées cet été, l’une à l’îlet à cabris, l’autre à Pompierre. Un pourcentage de décès inhabituel, et inquiétant selon certains, qui n’hésitent pas à parler sinon de malédiction, du moins d’étrangeté…

****

Une communauté unie dans le recueillement

Ce samedi 8 septembre 2018, la population de Terre-de-Haut, en communion avec la famille, accompagnait en sa dernière demeure Éric BOURGUIT, responsable depuis peu des services techniques municipaux, subitement et prématurément décédé quelques jours auparavant à l’âge de 57 ans. Dans l’église paroissiale trop petite pour la circonstance, la ferveur et le recueillement étaient de mise au cours d’une cérémonie des plus sobres, à l’image du disparu, ponctuée seulement des chants prenants de la chorale, de l’homélie de M. le Curé et de deux témoignages d’une exceptionnelle teneur…

IMG_6095

Celui de son fils Tony d’abord *, sublime poème d’amour et de respect à l’adresse de son père dont il rappelle avec beaucoup d’émotion contenue, les qualités et les vertus, sans jamais tomber ni dans la résignation ni dans le mélo. Celui du maire ensuite, M. Louly Bonbon, qui a rendu un hommage appuyé aux 25 années d’engagement d’Éric au service de la collectivité, associant la communauté saintoise en son ensemble à la douleur et au deuil de la famille. Ce sont ces deux témoignages empreints de dignité que je vous propose aujourd’hui de lire et de méditer, en remerciant leurs auteurs de me les avoir aimablement transmis. Puissent-ils permettre à chacun d’entre nous de mieux connaître, par-delà l’absence, notre ami Éric Bourguit toujours égal à lui-même et dont la discrétion souriante le disputait au désintéressement et à l’aptitude à rendre service en toutes circonstances. À l’occasion de cette chronique, nos pensées vont à son épouse Marie-Chantal, à ses enfants et à ses proches à qui nous souhaitons courage et sérénité dans l’épreuve qui les frappe aujourd’hui.

*Tony Bourguit

IMG_6089

IMG_6104

Témoignage de Tony Bourguit

Mon père n’aime pas trop les grands discours
n’est pas du genre à se répandre.

C’est un taiseux
Il est comme une statue, une stèle.

Puissant mais inerte
Eloquent et silencieux
Robuste mais sensible
Parti mais bien présent

Oui, mon père se raconte en paradoxes.
Comme les légendes
comme les héros

Mon père se raconte au présent.
Il ne se raconte pas sur le ton du manque
que son absence provoque.
Il ne se raconte pas sur le ton du vide
qui le remplace.

Il se raconte sur le ton d’une éternité.
Et c’est bien pour cela que je parle de lui au présent.

Nous ne pleurons pas les personnes disparues.
Nous pleurons notre brutale incapacité à les voir,
à les toucher à les sentir.

Nous pleurons la privation de nos sens.

Mais nous gagnons le droit de les ressentir.
Nous gagnons la responsabilité de les faire vivre.
En se remémorant.
En parlant d’eux.
En les aimant à la mesure de notre chagrin.

Puisque l’on pleure tous à la naissance,
il est normal que l’on pleure tous quand la mort arrive.
Si la naissance est le fruit de l’amour, je ne vois pas pourquoi cela serait différent après cette vie.

Papa.
Tu vas nous manquer.
Et nous t’aimons.

Nous essaierons d’être le moins triste possible même si c’est dur.
Et nous réussirons.

Nous essaierons d’être le plus digne possible même si c’est dur.
Et nous réussirons.

Mais nous ne t’oublierons jamais car ça c’est impossible.
Et la difficulté n’est rien face à l’impossible.

*

IMG_6107 (1)

Hommage du maire Louly Bonbon

« Nul homme qui aime son pays ne peut l’aider à progresser s’il ose négliger le moindre de ses compatriotes. »  disait Ghandi.

Cette citation, Eric, tu n’en fis pas simplement le cœur de ton engagement ce jour d’avril 1994 où tu te mis au service de la collectivité. Tu l’as incarnée. Tu lui as offert ton visage, ta voix, ton sourire, tes vertus, ta personnalité toute entière qu’aucun de ceux ici présent pour te rendre hommage, ton épouse, tes enfants, ta famille, tes amis, tes collègues mais aussi chaque habitant de notre commune pour qui tu as consacré tant d’années de dévouement à te lever aux aurores, ne pourra oublier.

Tu étais attaché aux valeurs du travail, la clef de la réussite. Tu croyais en ses fruits, aux lendemains qu’il promettait et au progrès qu’il amenait. Tu apportais une qualité toute particulière à l’accomplissement des tâches avec rigueur et abnégation.

Exemplarité, excellence, sens du devoir, courage, bonté, don de soi au service des autres et honnêteté, tu en faisais un honneur et y mettais toute ta motivation, au point d’être devenu une personnalité charismatique de la vie saintoise en toute humilité et discrétion.

Investi et volontaire, tout le monde t’accordait son entière confiance et tu ne manquais pas une seule fois de l’honorer.

C’est en vertu de ces qualités que tu avais été en juillet dernier nommé au poste de responsable des services techniques. Une promotion à laquelle tu t’étais vite familiarisé mais où hélas tu n’auras pas eu le temps de t’épanouir.

Tu aimais tes concitoyens. Tu les aimais parce que profondément tu les respectais.

Aujourd’hui il nous est difficile de réaliser que tu nous as laissé. Avec ta disparition, Terre-de-Haut, ton île d’adoption ne perd pas seulement un agent public, elle perd l’un de ses fils.

A ta femme Marie-Chantal, à tes enfants, Tony, Mélissa et Jean- Samuel qui te pleurent, je veux dire la peine et la tristesse de tous ceux qui t’ont aimé.

Leur douleur est la nôtre.

Qu’il me soit permis de leur exprimer toute ma compassion et mon amitié.

Alors laisse-moi te dire, Eric, une dernière fois, devant ton cercueil recouvert, ces quelques mots au nom de tous.

Tu vas nous manquer.
Tu manqueras à chacun d’entre nous.

IMG_6108

*****

.À Dieu, Éric. La population de Terre-de-Haut qui t’a accompagné à l’église et au cimetière en cette matinée ensoleillée du samedi 8 septembre se souviendra longtemps de ta serviabilité et de ta discrétion.
Repose en paix, et que la force soit avec ta famille et tes proches à qui nous adressons nos plus sincères condoléances et notre entière sympathie.

La photo  de présentation m’a été aimablement communiquée par son fils Tony que je remercie vivement

R.J.

PS. À l’heure où nous publions cette chronique, lundi 17 septembre, nous apprenons le décès de Madame Hermence Maisonneuve née Pineau, 86 ans.
À sa famille dans la peine nous présentons nos plus sincères condoléances..

 

Publié dans Actualités saintoises | 2 commentaires

Terre-de-Haut : Claude Décator nous a quittés…

Professeur, concertiste et musicien hors pair

Claude décator

C’est avec une très grande émotion et une profonde tristesse que nous avons appris, ce jeudi 13 septembre, le décès de notre ami Claude DÉCATOR, professeur de musique et d’arts plastiques au collège des Saintes. Fonctions qu’il a exercées avec bonheur pendant plus de 40 ans, jusqu’à son hospitalisation voilà un an et demi, à la suite d’une terrible maladie qui s’est avérée incurable, en dépit des soins prodigués aussi bien en métropole qu’en Guadeloupe.

Dans sa 61ème année, à la veille de prendre sa retraite d’enseignant, notre ami Claude s’en est allé silencieusement, entouré des siens, empêché ces dernières semaines de s’exprimer aussi bien par la voix que par la musique, lui qui aimait tant discuter et qui faisait corps avec sa guitare au point de ne jamais s’en éloigner. Ses funérailles auront lieu le samedi 15 septembre à 10 heures en l’église de Terre-de-Haut. Un bateau est prévu à Trois-Rivières ce même jour à 8 heures précises pour un retour après la cérémonie.

À son épouse Yolaine, à sa fille Rachel, à sa famille et à ses proches nous adressons nos plus vives condoléances.

***

Pour rendre hommage à Claude, je vous propose la chronique d’un des derniers concerts qu’il a donné aux Saintes au restaurant 1 Ti bo Doudou en janvier 2017 en compagnie de son ami guitariste Jérôme Pigeard.

7532496f-99f6-44b0-9420-c6f3b088838c (1)

Chronique du 24 janvier 2017

Ambiance festive au Ti BO DOUDOU avec Claude Décator

Jamais à court de bonnes idées, Georges Garçon, le patron du restaurant 1 Ti Bo Doudou à Terre-de-Haut, a régalé ses fervents convives de cinq mini festivals de guitare et de chants particulièrement appréciés en ces jours d’exceptionnel beau temps sur les Saintes, dans la semaine du 16 au 21 janvier 2017. Certes l’expérience n’est pas nouvelle puisque par le passé d’autres restaurateurs avaient déjà expérimenté le concept. Mais le fait est suffisamment rare chez nous pour mériter d’être signalé. Ce qui différencie cependant Georges Garçon de ses confrères c’est que son restaurant, implanté – non sans mal, on le sait –  directement sur la plage, offre un plus d’importance : la mer à deux pas, les pieds dans le sable, la rade illuminée de pavois nautiques, le paysage unique de la baie et le flamboyant décor des couchers de soleil à vous couper le souffle.

img_9679-1

Côté musique, le régal fut assuré par deux professionnels d’immense talent : à la basse, notre célèbre compatriote Claude Décator, concertiste et professeur de musique au collège Archipel des Saintes ; à la guitare et au chant, Jérôme Pigeard, venu spécialement d’Aix en Provence, amoureux depuis toujours parmi d’autres de Chopin et de Wess Montgomery, et mariant pour notre plaisir jazz, rythm’n’blues et musique brésilienne. Que du bonheur !

Claude décator 2

Un menu abordable mais de circonstance

Bien entendu, menu, vins, décor et présentation étaient comme jamais à la hauteur de l’événement. Et si le Ti Bo Doudou pour ses prestations habituelles flirte déjà avec le haut du pavé en matière de raffinement gastronomique, son chef n’a pas hésité à cette occasion à se surpasser en mettant comme on dit les p’tits plats dans les grands pour satisfaire une assistance littéralement comblée, autant par l’ambiance musicale et festive que par la variété et la saveur des mets. C’est peu de dire que les nombreux et heureux commensaux qui ont eu la chance de trouver une place libre durant ces cinq jours privilégiés au Ti Bo Doudou ont quitté a regret le sable du Fond Curé et n’ont eu qu’une envie : celle de revenir bénéficier à nouveau de cette belle initiative.

Un petit retour en arrière : l’aventure du COFS

cofs

Le COFS – Créé par Claude Décator

Puisque nous parlons musique, c’est l’occasion ou jamais de rappeler que notre ami Claude Décator avait pris l’initiative de créer à Terre-de-Haut en juillet 2002 une Association dénommée le COFS (Comité d’Organisation du Festival des Saintes).

Dans l’esprit de ses animateurs, cette Association visait un triple objectif :

  • promouvoir la culture en donnant une priorité aux musiques métisses
  • répondre à une attente du public d’accéder à la culture musicale, théâtrale et picturale
  • dynamiser par le biais d’un festival annuel de musique instrumentale et vocale le potentiel touristique de la commune.

Après moins d’une année d’existence, le COFS avait pu organiser cinq concerts en plein air, généralement le premier samedi de chaque mois, de 21 heures à 23 heures. Les établissements hôteliers de l’île sollicités avaient accepté d’être les partenaires de l’Association et de mettre gracieusement à sa disposition leur cadre naturel pour accueillir un public enthousiaste toujours plus nombreux. Comme en a témoigné la presse locale de l’époque, chacun des concerts organisés a eu sa part de succès, tant par la nouveauté de ce type de manifestation que par l’originalité et la qualité des prestations proposées…

Une existence éphémère

Malheureusement, et il fallait s’y attendre, ce succès populaire et musical n’a pas eu l’heur de plaire à tout le monde. Et c’est en butte aux innombrables autant qu’inexplicables tracasseries administratives et politiciennes, que les responsables de l’association ont dû se résoudre à mettre la clé sous la porte et à ajourner, faute d’autorisation officielle, le festival final prévu en août 2003. Comme quoi la musique, loin d’adoucir les mœurs de certains, exaspère les rancœurs, mettant en évidence un manque consternant de tolérance, de culture et de convivialité… Souhaitons que l’expérience musicale du restaurant 1 Ti Bo Doudou de ce mois de janvier 2017 fasse néanmoins des émules, et que le plus souvent possible aux Saintes, habitants et visiteurs profitent de ce type d’initiative éminemment positive et… tant pis pour les esprits grincheux et chagrins qui, dénués de sensibilité, la rejettent ou la condamnent.

Nous disons, quant à nous, au nom de tous les satisfaits, un grand merci à Georges Garçon et à son personnel du Ti Bo Doudou ; un grand bravo aux deux musiciens talentueux que sont Claude Décator et Jérôme Pigeard qui nous ont régalés pendant 5 jours de musique instrumentale et vocale d’une qualité exceptionnelle.

Raymond Joyeux
PS. La photo de présentation nous a été communiquée par la famille de Claude Décator

Publié dans Actualités saintoises | 5 commentaires

La tempête Isaac semble vouloir faire pschitt….

Jeudi 13 septembre 2018

Pour rassurer nos amis de métropole et d’ailleurs, inquiets du mauvais temps régnant actuellement sur nos îles, je me permets de partager ces informations plutôt optimistes publiées ce jour par  M Olivier Tisserant sur son compte Facebook : Météo tropicale. On constate que la tempête Isaac très menaçant ces jours derniers a considérablement perdu de son intensité.

Aucun texte alternatif disponible.
L’image contient peut-être : texte

Olivier TisserantàMétéo tropicale

Bonjour,

L’agonie de Isaac s’est poursuivie durant la nuit et ses caractéristiques sont désormais un peu éloignées de ce qui détermine habituellement une tempête tropicale. La circulation des vents autour du centre ne semble plus être fermée et la convection profonde a quasiment totalement disparue à proximité. La seule seule chose qui amène le NHC à maintenir le statut de tempête est probablement la présence de vents forts (40 kt) à son nord.

Le centre (si centre il y a encore !) se situe à une centaine de km au large du nord de la Dominique et se déplace vers l’ouest à 15 kt.

Les images radar de la Guadeloupe et de la Martinique montrent pour le moment assez peu de précipitations, mais une zone de convection un peu plus dense devrait concerner la Guadeloupe en milieu de matinée et une autre zone de convection plus étendue devrait toucher l’arc un peu plus tard et plus largement. Il faut continuer à être prudent parce que le bourgeonnement convectif peut reprendre d’un moment à l’autre de manière importante et que la pluie n’est pas encore là et devrait vraiment s’intensifier plus tard dans la journée.

Bref, ça se présente mieux que prévu, surtout pour la Martinique, mais le système n’est pas encore au niveau de l’arc et le risque demeure.

Restez tranquillement chez vous même si tout vous semble calme.

Bonne journée.

Crédit images : NHC et Trpical Tidbits

***

Aux Saintes

Rien de spécial à signaler, peu de vent, des ondées sporadiques et la mer qui monte tout doucement, sans danger immédiat pour les canots et habitations.

IMG_6252
IMG_6237
IMG_6234

Je vous tiens au courant et publierai d’autres photos dans la journée si aggravation significative de la situation… 

Bonne journée.

Raymond Joyeux

Dernières nouvelles : à 11 heures locales, Isaac est passé entre la Dominique et la Martinique comme le montre l’image ci-dessous. La mer reste forte à Grand’Anse aux Saintes avec du vent. Dans le bourg et sur le littoral, RAS. Tout danger majeur semble donc écarté concernant la Guadeloupe.

sxmalerte

18 heures ce jeudi 13 septembre : Tout est normal, aucun dégât..

Voici une petite vidéo de la mer du Fond Curé au niveau de la « nouvelle’ plage :

Publié dans Actualités saintoises | 4 commentaires

Poésie de la rentrée

Voici, sous le signe de la bonne humeur, en cette rentrée scolaire 2018, deux poèmes qui ne vont peut-être pas dans le sens de la vocation officielle de l’école, mais qui permettront à nos jeunes écoliers, collégiens et lycéens, d’oublier pour un temps la nostalgie des vacances et d’aborder cette nouvelle année scolaire avec le sourire en compagnie de deux célèbres poètes : Guy Tirolien et Jacques Prévert.

La prière du petit enfant nègre

106823100

Guy Tirolien 1917-1988

Seigneur, je suis très fatigué.
Je suis né fatigué.
Et j’ai beaucoup marché depuis le chant du coq
Et le morne est bien haut qui mène à leur école.

Seigneur, je ne veux plus aller à leur école,
Faites, je vous en prie, que je n’y aille plus.

Je veux suivre mon père dans les ravines fraîches
Quand la nuit flotte encore dans le mystère des bois
Où glissent les esprits que l’aube vient chasser.
Je veux aller pieds nus par les rouges sentiers
Que cuisent les flammes de midi,
Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers,
Je veux me réveiller
Lorsque là-bas mugit la sirène des blancs
Et que l’Usine
Sur l’océan des cannes
Comme un bateau ancré
Vomit dans la campagne son équipage nègre…

Tableau d’Alain Joyeux

Seigneur, je ne veux plus aller à leur école,
Faites, je vous en prie, que je n’y aille plus.

Ils racontent qu’il faut qu’un petit nègre y aille
Pour qu’il devienne pareil
Aux messieurs de la ville
Aux messieurs comme il faut.

Mais moi, je ne veux pas
Devenir, comme ils disent,
Un monsieur de la ville,
Un monsieur comme il faut.

Je préfère flâner le long des sucreries
Où sont les sacs repus
Que gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. bm_CVT_Balles-dor_8133
Je préfère, vers l’heure où la lune amoureuse
Parle bas à l’oreille des cocotiers penchés,
Ecouter ce que dit dans la nuit
La voix cassée d’un vieux qui raconte en fumant
Les histoires de Zamba et de compère Lapin,
Et bien d’autres choses encore
Qui ne sont pas dans les livres.

Les nègres, vous le savez, n’ont que trop travaillé.
Pourquoi faut-il de plus apprendre dans des livres
Qui nous parlent de choses qui ne sont point d’ici ?

Et puis elle est vraiment trop triste leur école,
Triste comme
Ces messieurs de la ville,
Ces messieurs comme il faut
Qui ne savent plus danser le soir au clair de lune
Qui ne savent plus marcher sur la chair de leurs pieds
Qui ne savent plus conter les contes aux veillées.

Seigneur, je ne veux plus aller à leur école !

Guy Tirolien, Balles d’or (Présence africaine 1961)

Le cancre

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges

 

Jacques Prévert (1900-1977)

et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur.

Paroles (Gallimard 1949)

Pour plus d’informations sur ces deux auteurs vous pouvez consulter sur Internet les articles qui leur sont consacrés :

Guy Tirolien

Jacques Prévert

Bonne lecture, excellente rentrée à toutes et à tous et à bientôt pour une prochaine chronique

Sortie de classe à Terre-de-Haut-  Années 50 – Archives Joyeux

Raymond Joyeux

Pointe-à-Pitre, le 3 septembre 2018

Publié dans Littérature | 2 commentaires

Un 15 Août historique sous le signe de la réconciliation !

Vue de loin, puisqu’éloigné pour quelques jours encore de la Guadeloupe et des Saintes, il nous a semblé que jamais de mémoire de Saintois la fête patronale de Terre-de-Haut, en ce 15 août 2018, n’avait suscité dans nos îles autant de satisfaction et d’unanimité. Tant auprès de la population résidente, des Saintois en général que de nos irréductibles visiteurs.

P1040829

Messe solennelle du 15 Août en l’église de Terre-de-Haut

Cette petite révolution est d’abord à mettre au compte des administrateurs municipaux, toutes tendances confondues. Avec à leur tête le nouveau maire Louly Bonbon, dont la volonté évidente et éclairée de réconciliation vient balayer 50 années de division organisée, ourdie par une clique inamovible de dirigeants à l’esprit étroit, dépourvus du sens du dialogue et de la démocratie, aux conceptions et pratiques politiques désuètes, plus qu’archaïques.

Un incontestable élan d’unanimité

Mais elle n’aurait pas eu lieu non plus cette révolution, si les acteurs économiques et sociaux de la commune, – commerçants, hôteliers, restaurateurs, associations… et la population elle-même en son ensemble – avaient boudé la main tendue de la municipalité et refusé de participer, et pas seulement pour la plupart financièrement, à l’organisation de cette manifestation traditionnelle, incontournable de notre histoire et de notre culture insulaire. À tous, il convient de rendre un hommage appuyé et d’exprimer des remerciements mérités.

P1040850

Cinq sujets parmi d’autres de satisfaction

1 –  Un financement en grande partie hors budget communal

Cette unanimité populaire porte d’abord sur la décision municipale de restreindre le coût des manifestations en tenant compte de la situation budgétaire pour longtemps encore déficitaire de la commune, héritage des précédents déboires financiers que l’on sait. Et cela, si on se réfère au programme précédemment diffusé, sans affadir l’esprit de la fête auquel nos compatriotes sont particulièrement attachés.

2 – La circulation motorisée interdite au centre-bourg

Elle porte ensuite, cette unanimité, sur la bonne idée très appréciée de canaliser la circulation et de libérer le centre-bourg de l’insécurité et des embarras engendrés par l’anarchie en ce domaine, objet par ailleurs, semble-t-il, d’une réflexion en cours. Expérience positive qu’il serait heureux de renouveler régulièrement selon le vœu de beaucoup, afin que les Saintois retrouvent, ne serait-ce qu’épisodiquement, (pourquoi pas une fois par mois ? ) calme et sérénité dans leurs déplacements.

P1040825 (1)

La rue libre de véhicules, livrée aux seuls piétons

3 – La présence du maire de Terre-de-Bas à nos côtés

Unanimité aussi sur la présence à nos côtés de nos amis de la municipalité de Terre-de-Bas, en la personne de son Maire Emmanuel Duval, prémices d’une fructueuse collaboration à venir, espérons-le, entre nos deux îles, et qu’à ce jour les précédents dirigeants de Terre-de-Haut s’étaient systématiquement refusés d’envisager.

Duval 15 aout

Le maire Emmanuel DUVAL, à gauche, représentant la Municipalité de Terre-de-Bas – Capture d’écran reportage TV Guadeloupe la 1ère

4 – L’nauguration de la Place des Héros

P1040894

Unanimité encore quant à l’inauguration de la Place du Plan d’Eau désormais dénommée Place des Héros, en hommage à Cyprien SAMSON et Masséna DESBONNES, deux fils de Terre-de-Haut morts pour la France au cours de la Seconde Guerre mondiale et dont la mémoire, le courage et le sacrifice n’avaient jamais été officiellement évoqués à ce jour aux Saintes. Cérémonie émouvante avec la présence de Madame Yvette Samson- Martinet, fille de Cyprien Samson, résidant en métropole, invitée à juste titre à cette occasion par la municipalité, et qui avait 9 ans à l’arrestation de son père, le 17 octobre 1942.

P1040832

Madame Yvette Samson-Martinet, avec le Maire et son adjointe Marie-Paule Lassalle

5 – L’opposition invitée à la tribune

Unanimité enfin sur l’incroyable retournement de situation – du jamais vu à Terre-de-Haut – qui a consisté pour le maire Louly Bonbon, à donner, en parfait démocrate, la parole à un représentant de l’opposition en la personne d’Hilaire Brudey, Conseiller régional, dont l’intervention respectueuse et modérée a suscité, aux dires de notre correspondant sur place, enthousiasme et applaudissements.

P1040840 2

Hilaire Brudey s’exprimant à la mairie

Une sélection non exhaustive

En sélectionnant ces cinq sujets qui ont fortement marqué, selon nous, la fête du 15 août 2018 à Terre-de-Haut nous n’avons pas oublié les autres manifestations habituelles inscrites au programme officiel. Mais il nous serait impardonnable, en terminant cette chronique, de ne pas évoquer explicitement la traditionnelle Fête des Marins du 16 août avec sa messe solennelle, sa procession hautement colorée et ses gerbes aux monuments dédiés à la mémoire de ceux qui sont morts ou disparus en mer, avec une pensée particulière pour leur famille.

 

P1040859 (2)

P1040862

Ainsi, si la population de Terre-de-Haut, nos amis de Terre-de-Bas et nos visiteurs ont particulièrement apprécié, à l’occasion de ce 15 août chaleureux et convivial, le nouvel état d’esprit qui règne désormais dans notre commune, formons le vœu qu’il se perpétue en actes et dialogue au cours des années à venir, et qu’il scelle pour longtemps une fraternité saintoise enfin retrouvée.

Raymond Joyeux – 19 août 2018

PS. Je remercie Alain JOYEUX pour les informations et photographies qu’il a bien voulu me transmettre. Sans sa précieuse collaboration, cette chronique n’aurait pu être publiée.
Publié dans Actualités saintoises | 5 commentaires

Programme Fête du 15 Août 2018

Deux mille exemplaires sponsorisés

Ce lundi 6 août 2018, la Mairie de Terre-de-Haut a publié le programme du 15 août.
Je vous laisse le soin d’en prendre connaissance

JOYEUSES FÊTES À TOUS !

 

38521494_869613116560555_4390018723306536960_n

38614819_869613189893881_7909554060838043648_n

 

Publié dans Actualités saintoises | 9 commentaires