Séisme des Saintes de novembre 2004 : 15 ème anniversaire

C’était le  plus important séisme depuis un siècle en Guadeloupe

Voilà quinze ans jour pour jour, le dimanche 21 novembre 2004, à 7 heures 41 locales, un séisme de magnitude 6,3 ébranlait la Basse-Terre et réveillait brutalement toutes les Saintes. Appelé dès lors Séisme des Saintes, son épicentre se situait entre le Sud du petit archipel et le Nord de la Dominique, voir illustration ci-dessous.

locali-sc3a9isme

Un décès à Trois Rivières et les Saintes ébranlées

Semant la panique parmi les populations, il a provoqué la mort d’une personne à Trois-Rivières et fait d’importants dégâts à Terre-de-Haut, mais davantage encore à Terre-de-Bas, l’île voisine. Ce fut le plus important séisme enregistré en Guadeloupe depuis plus d’un siècle. Outre la destruction de nombreux bâtiments et la peur de leur vie pour les habitants, en moins de 10 secondes, la secousse a généré un creux à la surface de l’océan, provoquant un tsunami à certains endroits des côtes saintoises, particulièrement au Marigot et à l’Anse Figuier pour ne parler que de Terre-de-Haut. Des débris laissés par la vague ont montré que la mer était montée sur plusieurs mètres à ces endroits. Toute la journée de ce triste dimanche pluvieux et les jours qui suivirent, de nombreuses secousses ont été ressenties, obligeant les autorités à installer un village de toile pour les personnes sinistrées et pour ceux qui craignaient de regagner leur maison par peur des  incessantes répliques, plus ou moins importantes.

Pour rappel,
à Terre-de-Haut : outre des dégâts dans certaines maisons, le clocher de l’église a été fragilisé et a dû être démoli intégralement. Un autre clocher, semblable au tout premier édifié à l’origine l’a remplacé. L’école primaire du Mouillage a également beaucoup souffert et a cédé sa place à une construction neuve .

À Terre-de-Bas : effondrement de nombreuses maisons et la façade de l’église entièrement écroulée. Des reconstructions dont celle de l’église, ont été nécessaires.

Livres et témoignages

Inutile de dire que cet événement dramatique a suscité nombre de commentaires officiels et populaires, ainsi que des témoignages poignants, aussi bien dans la presse écrite qu’à la télé et sur les radios locales. Des livres ont été édités par la suite qui racontent par le menu les conséquences matérielles du tremblement de terre et le ressenti psychosomatique de leurs auteurs et de leur entourage au cours et après le phénomène. Nous pensons particulièrement au très bel ouvrage de Madame Léoncie Vala-Nadille de Terre-de-Bas, paru chez Nestor en 2012 : 40 secondes pour 40 ans de travail, livre dont nous avons rendu compte ici-même, dans notre chronique du 3 septembre 2013 : raymondjoyeux.com/2013/09/03/40-secondes-pour-40-ans-de-travail/. De son côté, le poète et conteur marie-galantais, Max Rippon, publiait un petit livre fort intéressant dont le titre reprend tout simplement les termes de la magnitude du séisme : Six virgule trois. À la différence près que ce dernier ouvrage se veut une œuvre de pure fiction alors que celui de Mme Léoncie Vala-Nadille est un témoignage vécu d’une bouleversante authenticité.



Le livre de Max Rippon a été publié chez Jasor. Celui de Mme Vala-Nadille aux Éditions Nestor.

Sur le vif : le récit d’A…

Les enfants aussi ont été fortement marqués par la violence du séisme. D’autant plus que l’école primaire de Terre-de-Haut  a subi de gros dégâts, laissant imaginer le pire si la terre avait tremblé un jour de classe. C’est pourquoi, au lieu de vous exposer les savantes explications scientifiques et géologiques, fort instructives mais quelque peu rébarbatives pour les non initiés, explications que l’on peut par ailleurs trouver facilement sur Internet en tapant Séisme des Saintes, je vous propose le témoignage d’A…, collégien de 13 ans à l’époque, qui, dans le cadre d’une rédaction faite en classe, peu après l’événement, a simplement intitulé son récit :

 » Un dimanche à Terre-de-Haut « 

 « Atmosphère paisible, rêves charmants, sommeil calme, nombreuses sont les impressions que pendant cette nuit du 20 au 21 novembre je ressens. Je ne peux imaginer meilleur repos. Tout d’un coup, sur le matin, je suis secoué une première fois brutalement, sèchement. Je pense alors : “Quel chauffard peut conduire aussi mal ? !” Il est vrai que la petite maison, une façade sur mer, l’autre sur rue, est en position favorable en cas de dérapage. Mais malgré cela, La Lucarne (c’est comme cela qu’on l’appelle) est à mes yeux la demeure la plus belle des Saintes. Puis je pense à autre chose, beaucoup plus surprenante et inattendue : un tremblement de terre. Je suis alors parcouru d’un frisson d’effroi : la maison, moitié bois, moitié béton, ne tiendrait pas longtemps. Aussi n’écoutant que mon instinct de survie, je m’empresse d’ouvrir les yeux et de me sortir du lit.

Dans les ténèbres de ma chambre, je me retrouve debout, lorsqu’une seconde secousse plus forte et plus longue me projette au sol. Abasourdi, à quatre pattes, je suis surpris de voir, du moins d’entendre avec quelle facilité les bibelots et autres livres tombent et se fracassent en s’éparpillant sur le carrelage en même temps que mon armoire. À l’estime, cette secousse dure une quinzaine de secondes. Désorienté, le temps de me remettre, je le vois enfin, ce filet de lumière salvateur qui filtre au bas de la porte. Je bondis hors de ma chambre et m’empresse de m’extirper de la maison.

Une fois dehors, je vois toutes les Saintes dans la rue, toutes classes d’âge confondues. Devant moi passe une vieille dame en pleine crise de nerfs. Plus loin, un groupe de personnes entoure un pan de mur effondré. Puis j’aperçois mon père, une baguette de pain à la main. Il accourt :
– Tout va bien, fiston ? Rien de cassé ?                                                
– Pour moi, tout va bien. Mais à l’intérieur !…
– Si tu es sain et sauf, c’est l’essentiel, dit-il, les dégâts matériels, ce n’est rien. J’ai bien cru qu’un Boeing nous tombait dessus ! Mais où est ta mère ?
– Où est maman ? répété-je, inquiet. Ah oui, je sais, chez le coiffeur !.. Et je la vois accourir vers nous, essoufflée, le visage décomposé.
– Ça va, mes chéris ? crie-t-elle.
– Ça va, répond mon père. 
– C’est horrible, mais je suis OK, répliqué-je à mon tour.
– Tant mieux, moi aussi, dit ma mère. Mais, mon Dieu, quelle frayeur ! Nous…

Elle n’a pas le temps de finir sa phrase qu’une nouvelle secousse fait vibrer la petite île qui tangue fortement. Partout, des voix de femmes s’élèvent. Certaines prient, les yeux au ciel. Je vois même les pires mécréants s’agenouiller en implorant miséricorde… 
Et la matinée se passe dans le stress et l’attente, la pluie incessante renforçant l’atmosphère d’apocalypse.
L’après-midi, après des secousses toutes les dix minutes environ, et une forte réplique vers 15 heures, nous nous décidons à pénétrer dans la maison, avec précaution, nous précipitant dehors à chaque alerte. En réalité, chez nous, peu de dégâts, quelques verres et assiettes brisés ainsi que l’armoire de ma chambre à terre. Un rapide coup de balai pour éliminer les tessons mais pas question de remettre quoi que ce soit sur les étagères…

Le repas du soir est frugal : sandwich et eau claire autour d’une lampe de fortune. La journée a été partagée entre secousses, rumeurs, visites et coups de téléphone. Lorsque le crépuscule commence de s’établir, mon père annonce :
– Ce soir, mon cousin Jean viendra passer la nuit chez nous.
– Pourquoi, dit ma mère, il est sinistré ?
– Sa maison n’est absolument pas praticable. Je l’ai visitée dans la journée, elle est fendillée de partout et menace de s’écrouler. Ici, il sera en sécurité.
– De toute façon, ajoute ma mère, personne ne pourra dormir avec les secousses et l’in-quiétude, alors tu fais bien de le faire venir.

C’est ainsi que regroupés sur la terrasse du bord de mer nous passons la nuit tous les quatre à épier les répliques, un œil à demi fermé, l’autre bien ouvert au cas où, nous précipitant sans réfléchir à l’extérieur chaque fois que le sol semble se dérober sous nos pieds… »

Merci A… pour ce beau texte, émouvant et réaliste !

Une video pour la reconstruction

Dans la vidéo suivante, mise en ligne sur youtube par la Région Guadeloupe, photos à l’appui, le maire de Terre-de-Bas évoque la reconstruction de sa commune après le séisme de 2004 :

 https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=eqonLqkL2-M

Un poème pour s’en souvenir

Séisme

21 novembre 2004

La terre se dérobe aujourd’hui à nos pas
Dans un fracas d’orage et d’oiseaux envolés
L’âme de la frégate éprouve le trépas
Et tous les corps tremblants semblent ensorcelés.

L’air saccadé de pluie n’adoucit pas les cœurs
Et les genoux meurtris implorent le répit
La pierre du sentier s’égare et dans sa peur
S’adosse à la clôture et délaisse l’épi.

Nul arbre dont les bras portent leur cargaison
D’indicibles tourments tel un fardeau d’hilote
Ne retrouve la paix au seuil de sa maison
Toute racine est vaine au sein de l’île morte.

Les navires au port palpitent aux répliques
Et l’amphore fourbue comme une nuit trop lasse
Sème au loin son secret à la vague sismique
Sous le regard absent de l’angoisse qui passe.

Fragile crépuscule aux sources des geysers
Le voile du sommeil parade à la Saint-Guy
Les yeux sont fatigués de plaies et de déserts
Et laissent aux vivants leur charge d’agonie.

Raymond Joyeux
in Le pire est à venir -Décembre 2004 – Les Ateliers de la Lucarne

Photo Raymond Joyeux

Raymond Joyeux

Cette chronique, aujourd’hui revue et complétée, a été publiée pour la première fois sur ce blog le 20 novembre 2014 pour les 10 ans de l’événement.

Publié dans Histoire locale | Laisser un commentaire

L’aérodrome de Terre-de-Haut : entre désastre écologique et échec économique

Un projet pharaonique inscrit au programme du IV ème Plan national de développement économique et social 1961-1965

Au milieu des années 60, voilà bientôt soixante ans, sous l’égide conjointe du maire de l’époque, M. Eugène Samson, du Conseiller Général René Germain et de l’Assemblée départementale de la Guadeloupe dirigée par M. Henri Rinaldo, débutaient les travaux de la construction de l’aérodrome de Terre-de-Haut inscrits au programme du IVème plan national de développement. Les motivations partaient d’un bon sentiment : celui de désenclaver les Saintes en permettant à leurs habitants de bénéficier d’un moyen de transport moderne et rapide susceptible d’apporter un plus non négligeable à long terme, dans les liaisons avec la Guadeloupe en anticipant (à tort) le déclin présumé des transports maritimes.

IMG_000009 (1)

Aérodrome de Terre-de-Haut achevé – Photo Raymond Joyeux -Juillet 1978

La Saline du Marigot écartée, c’est le site de Grand’Anse qui est choisi

La décision étant prise, restait à choisir le site le plus approprié à la réalisation du projet. Dans un premier temps on parla de la Saline du Marigot située entre le Fort Napoléon et l’Anse Mire. Mais la topographie tourmentée nécessitait d’araser trop de mornes pour dégager un espace à la piste d’atterrissage. De plus, le risque était grand de construire un équipement aéroportuaire au moins aussi dangereux à l’approche que celui de Saint-Barth. Les autorités s’arrêtèrent alors sur le Fond Curé, et c’est la coulée naturelle entre les collines aboutissant à l’Étang Bélenus et à la plage de Grand’Anse qui fut finalement choisie. Avec à la clé de nombreuses procédures d’expropriation pour utilité publique.

Marigot couleur

Premier site potentiel : la Saline du Marigot – Collection Iris

Les notions actuelles d’écologie et de protection environnementale inexistantes ou totalement négligées à l’époque

Il y a 60 ans, les concepts d’écologie et de protection environnementale n’étaient pas particulièrement à la mode. Et, de la même manière que la Marine nationale, sans soulever la moindre désapprobation, avait détruit les exceptionnelles stalagmites des Quilles, à la pointe du Grand Îlet, en les utilisant comme cible à ses exercices de tir, la question ne se posait pas d’épargner quoi que ce soit en matière d’écologie. Il semble même que le terme était pratiquement inconnu à l’époque. Pourtant l’Étang de la Grand’Anse, dit Bélénus, en plus d’avoir été un site de passage pour les oiseaux migrateurs, représentait un écosystème aquatique unique, aussi bien végétal qu’animalier, et servait d’abreuvoir naturel pendant le carême aux nombreux troupeaux existants. Il est aujourd’hui enfoui pour toujours sous le béton !

s-l1600 (1)

Un écosystème exceptionnel à jamais détruit – Éditions Phos

20191113_082257 (1)

Rochers des Quilles pilonnés par la Marine au début des années 60 – Cliché Bréta 1939

Des militaires spécialisés en terrassement venus de la Jaille

C’est donc sans scrupule, ni la moindre hésitation, que les travaux débutèrent en juillet-août 1966, avec la participation des appelés du SMA (Service Militaire Adapté) et des VAT (Volontaires d’Action Technique), basés à la Jaille près de Baie-Mahault. Ingénieurs, chauffeurs, topographes, conducteurs d’engins, manœuvres, chefs de travaux, tous militaires, débarquèrent à Terre-de-Haut avec leur puissant matériel et s’établirent à la Savane, dans un village de toile monté à cet effet à proximité du chantier.

IMG_000008 (1)

Les puissants engins de terrassement du SMA – Photo Raymond Joyeux -Octobre 1966

Une série de diapos historiques

Les photos présentées ci-dessous, montrant quelques étapes de ces travaux, ont été réalisées par votre serviteur entre octobre et novembre 1966. Diapositives à l’origine, elles ont été converties en photos numériques pour les besoins, entre autres, de cette chronique. Sans avoir la valeur ni l’importance des clichés de M. Catan, offerts depuis peu aux Archives départementales, elles témoignent néanmoins d’un pan de l’évolution de notre commune et constituent à ce titre un intérêt certain pour notre mémoire collective et notre patrimoine iconographique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La fin d’un rêve

Inauguré en 1968, l’aérodrome de Terre-de-Haut était exploité principalement à ses débuts et jusqu’à la fin des années 80, par la compagnie départementale régulière de transports de passagers et de marchandises, Air Guadeloupe.  Avec des appareils de 20 ou 5 places, à raison de plusieurs rotations par jour, cette compagnie a rendu maints services à la population saintoise et justifié pendant un temps l’existence de l’aérodrome. Si ce dernier a cessé de recevoir ce type d’avions, à l’exception de ceux épisodiques d’Air Caraïbes, jusqu’en 2008, il n’est pas cependant totalement à l’abandon. Il est en effet utilisé par de petites compagnies privées et sert de terrain d’exercices aux écoles de pilotage. Il fait également et surtout office d’héliport pour le service départemental d’évacuation sanitaire et de protection civile et pour les rotations des hélicoptères de la gendarmerie nationale. Conçu pour suppléer au déclin attendu des transports maritimes, cet aéroport a souffert, au contraire, de l’expansion de ce moyen traditionnel de liaison entre les Saintes et la Guadeloupe. Ajouté à cela l’augmentation régulière des tarifs aériens devenus pour beaucoup prohibitifs, il était fatal que son exploitation devînt à son tour déficitaire, donc commercialement peu rentable.

Il n’empêche que l’ implantation de cet aérodrome restera toujours une plaie au cœur du bourg de Terre-de-Haut et que le paysage initial et l’écosystème du site utilisé ont été à jamais anéantis pour un résultat finalement bien peu satisfaisant ! 

IMG_000007 (1)

Comblement de l’Étang de Grand’Anse- Photo Raymond Joyeux – Nov 1966

Raymond Joyeux – 11 novembre 2019

Publié dans Histoire locale | 2 commentaires

Une pépinière de jeunes talents saintois

Dans le sillage de leurs prestigieux aînés Bernard Bonbon et Dario Jacques, parmi d’autres compatriotes originaires des Saintes, tous deux scientifiques de très haut niveau, mondialement connus chacun dans sa spécialité, voici, pour assurer la relève, une pépinière de jeunes Saintois et Saintoises qui réussissent ou ont brillamment réussi dans leurs études, faisant ainsi honneur à leurs familles et à leurs petites communes, loin du bruit et la fureur des grandes métropoles universitaires…

https://raymondjoyeux.com/2015/06/11/bernard-bonbon-premier-scientifique-saintois-de-haut-niveau/

Dario Jacques

Deux collégiens méritants

Parmi ces élites ou futures élites, sans pouvoir les nommer tous – ce dont nous nous excusons auprès des oubliés – citons d’abord les deux lauréats du collège Archipel des Saintes : Maël Brudey et Kency Dabriou,  respectivement de Terre-de-Bas et de Terre-de-Haut qui furent récompensés en juin dernier par la CTM Déher pour leur parcours exemplaire de la 6ème à la 3ème et qui sont aujourd’hui inscrits au second cycle dans des lycées de Guadeloupe continentale.

64475061_2543381785685505_4551514686251597824_n (1)

Kency Dabriou et Maël Brudey avec le Principal du collège des Saintes – Ph. CTM Deher

Des bacheliers récompensés

Désormais bien ancrée dans les pratiques municipales, la réception en mairie de nos bacheliers s’est déroulée cette année le 8 août dernier, preuve que nos élus ont conscience de la nécessité de féliciter nos jeunes diplômés et de les encourager à aller de l’avant.

C’est en effet entourés du maire Louly Bonbon, de M. Jacques Anselme, 1er Vice-Président du Conseil Départemental et d’un représentant du Crédit Agricole, que nos bacheliers 2019 ont été  récompensés de leurs efforts et de leur réussite :

Il s’agit de :

1. BELENUS Kristia
2. BELENUS Rayanna
3. BELENUS Noémie – toutes 3 Bac pro commerce – Mention Très bien
4. APPOLINAIRE Michel – Bac professionnel Commerce – Mention Bien
5. BOCAGE Taïrick – Bac Pro technicien Froid et Climatisation – Mention Bien
6. CONSCIENCE Corentin – Bac S Section Européenne – Mention Assez-Bien
7. DEHER Thomas – Bac S – Mention Assez-Bien
8. JOLY Luna – Bac STL – Mention Assez-Bien
9. MAUREAUX Enzo – Bac Mécanique Marchande – Mention Assez-Bien
10. PEMBA Tessa – Bac ES – Mention Assez-Bien
11. PINEAU Laura – Bac Technologique ST2S – Mention Assez-Bien
12. BELENUS Meryl – Bac S section euro-caribéenne
13. CANNEAUX Erwan – Bac ES
14. CASSIN Gaëlle – Bac S
15. DELANNAY Dawson – Bac professionnel Système numérique
16. JOYEUX Cédric – Bac éceltro mécanicien
17. PAQUET Anthony – Bac STMG. (1)
1 – Source : Facebook mairie de Terre-de-Haut

Cerise sur le gâteau : Lyza HÉRY

Toute la presse guadeloupéenne en a parlé : Lyza Héry, originaire de Terre-de-Haut a été récompensée le 8 octobre 2019 à Paris par le prix Jeunes Talents L’Oréal-Unesco dédié aux Femmes et la Science.

Liza Héry – Photo Philippe Miljevi

De par sa mère ex-secrétaire de mairie, Lyza est la cousine de Bernard Bonbon cité plus haut. Née en 1991, elle entame ses études primaires aux Saintes et passe le brevet des collèges à Terre-de-Bas, annexe à l’époque du Lycée Gerville Réache. Pensionnaire au lycée privé de Versailles, de Basse-Terre en Guadeloupe, elle obtient le Bac S et s’inscrit en première année de médecine à Fouillole, université des Antilles et de la Guyane. Année qu’elle redouble avant de s’envoler pour Bordeaux où elle obtient d’abord une licence en Biologie/biochimie, puis un Master 2 en biologie cellulaire et physiopathologie.

Doctorante à l’institut Pasteur des Abymes

Désireuse de se rendre utile pour son département d’origine et plus largement pour tous les pays tropicaux (et récemment pour certaines régions européennes) menacés par les maladies transmises par le moustique, Lyza, de retour en Guadeloupe, s’est spécialisée dans le mode de transmission des virus de la dengue et du zika.

Institut Pasteur de Pointe-à-Pitre -Abymes – Ph. Facebook

Actuellement en 3ème année de thèse de doctorat à l’Institut Pasteur – thèse qu’elle compte soutenir si tout va bien au deuxième trimestre 2020 – elle étudie la biologie de l’ædes aegypti et du culex, deux insectes (trop) familiers qui nous pourrissent la vie et qui se développent respectivement en eau claire et polluée, les deux se retrouvant quelquefois dans les mêmes gîtes larvaires. Si seule la femelle de l’ædes ægypti est vecteur des deux maladies invalidantes et parfois mortelles citées, il est important de « comprendre, explique Liza, si l’ædes, qui se retrouve dans le même gîte qu’un culex, transmet ou pas les maladies et s’il le fait de la même façon. »  (Citation extraite du périodique Nouvelles Semaine du 17 octobre 2019)

Un prix de 15 000 Euros pour la recherche

Élargissant pour la première fois son Prix Jeunes Talents France aux territoires ultra-marins, la Fondation Loréal-Unesco a honoré cette année cinq lauréates issues de nos départements et régions d’Outre-mer. Nous l’avons dit, pour la Guadeloupe, c’est notre compatriote saintoise Lyza Héry qui a été récompensée parmi les 900 postulantes, et qui se voit attribuer pour ses minutieuses recherches une dotation de 15000 euros. Gageons qu’elle saura parfaitement les utiliser pour peaufiner son exceptionnel et passionnant parcours scientifique et contribuer ainsi à éradiquer définitivement ces terribles maladies endémiques transmises par l’ædes ægypti que sont la dengue et le zika, redoutables fléaux qui sévissent chaque année dans nos régions et au-delà.

PS : Au lendemain de la publication de cette chronique, soit le samedi 26 octobre 2019, le quotidien France-Antilles Guadeloupe publie un article sur la dengue à lire en cliquant sur le lien ci dessous :
Dengue : la situation se corse

Aux écoliers, collégiens, lycéens, bacheliers, étudiants, doctorants et doctorantes guadeloupéens et Saintois, nous adressons tous nos encouragements, nos plus vives félicitations et nos vœux de réussite dans leurs études, quel que soit leur sujet de formation ou de recherches.

Réception des bacheliers en mairie – 8 août 2019 – Ph. Facebook mairie de TDH

 

Publié dans Actualités saintoises | 6 commentaires

À la découverte de nos archives (2)…

Dans la continuité du partage de nos archives communales, voici aujourd’hui un texte publié par l’Association L’œil de l’Iguane il y a exactement trente ans, jour pour jour,

le 14 octobre 1989.

Le contexte :
Les élections municipales, qui ont eu lieu en mars de cette année-là, sont gagnées de justesse par la liste conduite par un certain Robert Joyeux, à la tête de la commune depuis 18 ans.
L’opposition qui a obtenu 48% des voix s’est organisée en association sous le nom de L’œil de l’Iguane, mais n’est pas représentée au CM par la faute d’une loi électorale défavorable à la proportionnelle dans les petites communes.
Le 16 septembre, l’ouragan Hugo dévaste la Guadeloupe.
Sous l’égide de l’opposition, une collecte de vivres et de vêtements est organisée pour les habitants de la Désirade, durement touchés par le cyclone.
Deux navires des 
compagnies maritimes locales, Déher et Lorgé, acceptent d’acheminer bénévolement les colis à destination.
La commune, de son côté, ne fait aucun geste de solidarité en faveur de nos compatriotes désiradiens.
Pour la troisième fois consécutive, le maire et son conseil siègent en séance secrète, faisant évacuer la salle des délibérations, privant ainsi les administrés de leur droit au débat et à l’information.

Terre-de-Haut :
Une séance très ordinaire du Conseil municipal

Samedi 14 octobre 1989 :  session publique du Conseil municipal.
Neuf conseillers sur 15 que comporte l’assemblée communale, plus le maire, sont présents.

18 heures : M. le maire ouvre la séance. Avant d’aborder l’ordre du jour, il fait un tour d’horizon de l’actualité saintoise des dernières semaines. Les quatre personnes qui forment le public écoutent stoïquement l’interminable exposé sur l’après-Hugo et la « malhonnêteté des Saintois » toujours prêts, selon lui, à profiter des circonstances pour « se remplir les poches ». (65 déclarations de sinistre).

20191011_062946 (1)

Place de la mairie 1942 – Photo Catan

Trois-quarts d’heure de considérations vaseuses pour une conclusion laconique mais somme toute vraie : « Terre-de-Haut a peu souffert de l’ouragan ». Merci Saint Robert.

Pas un mot en revanche de l’initiative des jeunes qui, dès le lendemain du cyclone ont organisé une collecte pour nos compatriotes désiradiens. Pas un mot de la générosité de la population après ce drame qui touche toute la Guadeloupe ! L’initiative populaire, la solidarité, ne sont pas des atouts électoraux. Ils n’intéressent donc pas M. le maire ! N’a-t-il  pas refusé l’utilisation des panneaux électoraux – toujours en place – pour l’appel à la solidarité  ?

Mais nous ne sommes pas au bout de notre étonnement. Deuxième volet des préoccupations municipales : des tracts récents dénonçant la passivité des conseillers municipaux et des méthodes de travail surprenantes du CM. Celui-ci affectionnerait, semble-t-il, les réunions secrètes et les comités restreints. M. le maire se défend vigoureusement de ces « accusations mensongères » et vitupère contre ces « petits oisifs » qui n’ont d’autres visées que de prolonger outrageusement la campagne électorale, de saborder l’action municipale et de diviser un conseil si parfaitement uni autour de sa rayonnante autorité ! Bref, plus d’une heure après l’ouverture de la séance, l’ordre du jour n’est toujours pas abordé. Le public, impatient mais attentif, s’est enrichi d’une unité. Cinq personnes désormais le composent. Autant dire la foule !

19h25 : L’auguste monologue s’achève enfin. Les questions prévues vont pouvoir être discutées. C’est le soulagement dans l’assemblée… Mais, puisqu’il a la parole, M. le maire la garde et annonce le programme :

  • Examen et vote du compte administratif
  • Examen et vote du budget supplémentaire
  • ZAC du Marigot
  • Aides scolaires
  • Révision TLE
  • Affaire S.M.

Médusé, le public n’en croit pas ses oreilles lorsqu’il comprend qu’aucune de ces questions ne sera débattue en séance plénière.

20191011_062712 (1)

Place et mairie de TDH années 50-60 – Archives R.Joyeux

Abusant en effet d’un article explicite du code des communes, le maire déclare la séance secrète et ordonne l’évacuation de la salle. Personne ne bouge. Le vrai débat peut alors commencer : celui de la parole libérée, de la démocratie directe et du droit de la population d’assister librement aux délibération du C.M.

L’assistance refusant d’obtempérer exige des explications : Si un maire peut déclarer secrète à tout moment et sur n’importe quel sujet une séance publique du CM, que devient le droit fondamental des citoyens ? Exiger le respect de la loi est une chose mais l’appliquer soi-même en est sans doute une autre !

M. le maire sait-il que (selon le code des communes), « Le C.M. ne peut systématiquement siéger en comité secret sans risquer une sanction du Tribunal administratif » ? D’ailleurs a-t-il informé  la population de la tenue de cette séance et de son ordre du jour comme le lui commande expressément ce même Code communal ? Les délibérations de son conseil sont-elles régulièrement et règlementairement affichées ? Non, bien sûr. Détails que tout cela !

– Qu’avez-vous donc à cacher ? interpelle un assistant !
Absolument rien, répond le maire, mais c’est une question de principe…

Une question de principe en effet que de vouloir écarter systématiquement la population de ses propres affaires !
Une question de principe que de bafouer le droit à l’information.
Une question de principe que de se livrer bassement et pour la 3ème fois consécutive à la provocation.

Le souci de ne pas répondre à cette provocation a raison de la résistance du public qui accepte finalement d’évacuer la salle.

Il est 20h 30. Le voile du secret tombe une nouvelle fois sur la démocratie…
Voilà le lamentable spectacle auquel se livrent depuis les dernières élections les élus de la commune de Terre-de-Haut. On n’a vraiment pas envie de rire…

Mais il paraît que cette affaire n’est pas close. À suivre donc, M. le maire, et à la prochaine séance…

L’Œil de l’Iguane


P.S. : Ce texte, reproduit ici dans son intégralité, provient des archives personnelles de Raymond Joyeux 

Commentaires :

1 – J’avoue avoir été présent dans le public ce jour-là à la mairie de TDH, comme les précédentes fois après les élections de mars 1989. 
2 – 30 ans plus tard, découragé par les pratiques récurrentes, à mes yeux peu orthodoxes de la classe politique saintoise, je me suis éloigné définitivement de cette sphère de dirigeants toxiques dont certains ont eu à faire avec la justice et condamnés.
3 – Les démocrates de TDH ont nourri beaucoup d’espoir lors de l’éviction du précédent maire et de l’élection du nouveau.
4 – Quelque chose a-t-il vraiment changé depuis 1989 ? La réponse nous est (partiellement) donnée par Mme Daniele Hayet dont je me permets de vous proposer le commentaire suivant, daté du 8 septembre 2019, à lire sur le compte Facebook de l’intéressée en cliquant sur le lien ci-dessous :

Dur apprentissage de la démocratie

Conseil municipal du vendredi 11 octobre 2019 – Photo N.B.

Publié dans Histoire locale | Laisser un commentaire

Origine de l’appellation de nos lieux-dits : appel aux détectives…

Qui pourra identifier le lieu exact où a été prise cette photographie
de Terre-de-Haut datant de 1900 ?

Presbytère (1)

Elle est tirée du livre de Jacques Schirmann intitulé IPHIGÉNIE, Journal de bord de l’aspirant Charles Millot, dit Gervaise, dernière campagne 1899-1900, publié en 2001 aux Éditions Marcel-Didier-Vrac (MDV).

Pour ceux qui s’interrogent sur l’origine des noms des lieux-dits de notre commune, voici un indice intéressant qui pourrait peut-être expliquer l’origine de l’appellation FOND CURÉ ou FOND DU CURÉ : la présence d’un presbytère sur cette photo et, parmi les personnages, un prêtre en soutane noire. Je précise que ce lieu n’est pas indiqué dans le livre.

Nous connaissons l’origine de L’Anse Mire, La Rabès, Bois-Joli, Pavillon, l’Anse à Cointre qui sont des nom de personnages historiques ; ainsi que Le Mouillage, Grand’Anse, Petite Anse, la Savane, Marigot, Pain de Sucre… qui sont, eux, d’origine géographique ou topographique. Mais beaucoup d’appellations nous restent inexpliquées comme justement Fond-Curé et bien d’autres : Crawen, Anse Figuier, Rodrigue, Pompierre… Pour la petite histoire, l’Îlet à Cabris s’appelait autrefois Petite Martinique. Et pour les Anglais, Terre-de-Haut et Terre-de-Bas s’appelaient respectivement St Peter et St Paul.

Merci d’avance à toutes celles et ceux qui pourraient nous donner la réponse concernant l’emplacement du presbytère de 1900 – photo du haut.

Anse mire 1

Anse Mire 2 (1)

Anse Mire Années 50 – Photos Catan

Ps : Si vous récupérez les photos pour une publication, Facebook ou autre, veuillez SVP indiquer leur origine :  Nom des auteurs et blog raymondjoyeux.com.
Merci de votre compréhension.

 

Publié dans Histoire locale | 10 commentaires

Municipales 2020 : Ginette Samson, première candidate officiellement déclarée…

Ginette 2Bien avant Engel Molinié, présenté dans notre chronique du 9 septembre, prenant tout le monde de court, la première à annoncer sa candidature à la mairie de Terre-de-Haut n’est autre que Mme Ginette Samson, ex-première adjointe dans deux précédentes mandatures. C’est en effet très opportunément à la veille de la fête des mères, le 23 mai 2019, soit dix mois avant les prochaines échéances électorales, que les Saintois ont découvert sa déclaration. Une prose élégante et claire, savamment orchestrée en quinze paragraphes parfaitement articulés, bien détachés les uns des autres pour en faciliter la lecture. Qualité d’expression non négligeable en l’espèce, obligeant cependant la candidate à utiliser sa feuille recto-verso, ce qui présente un léger inconvénient pour un tract électoral. Mais qu’à cela ne tienne ! Accompagnant ses vœux affectueux et tendres de « bonne fête des mères à toutes les mamans des Saintes », une splendide photo en plan américain, reproduite ci-dessus, pour clore la déclaration, toute en couleurs et franc sourire aux lèvres, compense astucieusement ce désavantage et incite le lecteur – l’électeur – à passer outre.

Dès l’entame de son texte, Mme Ginette Samson se veut résolument proche et familière. L’apostrophe initiale, « Mes très chers amis », annonce le ton intimiste de l’ensemble. Et, après avoir exprimé sa fierté d’être « originaire de l’archipel des Saintes et d’avoir grandi en osmose avec l’une des 3 plus belles baies du monde », comme d’ailleurs tous les Saintois j’imagine, elle adopte même, dans le deuxième paragraphe, sans complexe apparent, une phraséologie carrément gaullienne, avec l’emploi de l’anaphore pour enfoncer le clou : « Je vous ai écouté, je vous ai entendu, je vous ai compris », et l’accord volontairement au singulier des participes passés, sans doute parce que son message s’adresse à chacun de ses « chers amis » en particulier…

05-04

Puis, ayant échangé, écrit-elle, avec beaucoup d’entre nous,  « au hasard de rencontres fortuites » (sic), l’évidence, telle une apparition divine, a sauté aux yeux de notre égérie quelque peu exaltée : « Il m’est apparu évident, que je devais m’engager encore davantage et mettre ma riche expérience au service de notre commune ». Car, tenons-nous-le pour dit, Mme Samson se pose, ni plus ni moins, en sauveur providentiel de notre commune. Une commune en faillite dont les deux précédents édiles, avec lesquels, semble-t-il, elle ferait aujourd’hui étrangement bon ménage, (politiquement s’entend !), avaient organisé et précipité le naufrage. Ce qui lui avait valu en son temps de démissionner de son poste de capitaine en second, abandonnant le navire en perdition aux soubresauts houleux des pathétiques événements que nous avons si dramatiquement vécus.

Quoi qu’il en soit, soyons rassurés : Mme Ginette Samson, forte, dit-elle modestement, de sa « riche expérience » (1) souhaite mettre ses « compétences, sa passion, sa flamme et sa force » au service de la collectivité. Quel bel élan, en vérité, que cette exaltation soudaine pour une candidate plus que discrète jusqu’ici qui a « ressenti un grand nombre de nos besoins et de nos attentes, qui a perçu notre vision» et qui nous propose « un mode de fonctionnement basé sur l’anticipation, l’innovation, mais surtout sur l’implication et la concertation », et plus loin, pour compléter le catalogue des ions : sur « de véritables et nouvelles impulsions » !

(1) : Rappelons que Mme Ginette Samson a présidé la Jeune Chambre Économique de la Basse-Terre en 1998-1999.

Terre-de-Haut change de cap !

Ironie du sort, parodiant un célèbre slogan des municipales de 2001, Mme Ginette Samson fixe pour notre île un « un cap ambitieux ». Autrement dit un changement radical de direction, en vue de « satisfaire les besoins quotidiens de la population ». Démarche qui, poursuit-elle, « va de pair, obligatoirement, avec une ouverture d’esprit, une écoute, une communication intergénérationnelle. » Autant de vertus qui sont l’exact contraire de celles pratiquées par celui dont elle avait intégré l’équipe successivement en 2007 et 2014. Et c’est, sans doute là, entre autres raisons, la pierre d’achoppement à l’origine de son départ du conseil municipal évoqué plus haut. Une démission logique à l’époque et, selon ses propres termes, « mûrement réfléchie », (1) qui rend plus incompréhensible encore aux yeux de beaucoup son alliance d’aujourd’hui avec qui nous savons. Nous sommes en effet très loin du « vrai sens et de la cohérence de l’action municipale » prônés par la candidate dans sa déclaration.

(1 )- Voir le France-Antilles du 17- 12 -2014

Écoute, ouverture d’esprit, communication intergénérationnelle

01-20-intergen

On comprend aisément dès lors qu’aucune évocation fâcheuse des pratiques passées et encore moins leur condamnation publique, ne doivent venir ternir et contrarier les amitiés renouées de Mme Samson. Et que sa déclaration de candidature, lisse et sans accroc sur ce point, doive au contraire s’en tenir uniquement à de belles considérations générales, sans que nous soient révélés les moyens concrets de les mettre en application.

Mais ne soyons ni pressés ni trop impatients. La campagne électorale est loin d’être officiellement ouverte. Et la subtilité tactique de Mme Ginette Samson, son intelligence hors du commun, ses compétences en psychologie sociale et management opérationnel, sa maîtrise de la communication savamment dosée, le tout, bien entendu, soutenu et fécondé par sa « riche expérience », la conduisent à ne nous présenter pour le moment que les  lignes directrices de sa future politique, son cadre idéologique en quelque sorte… un peu à la manière du sommaire abrégé d’un livre à venir. Elle nous met tout simplement l’eau à la bouche avec l’intention évidente de nous tenir la dragée haute jusqu’à l’échéance finale…
Et si par hasard, en dépit de sa grande « détermination », de sa « force d’agir », de son « envie d’innover », il lui arrivait d’échouer dans son « challenge audacieux », dans son « projet ambitieux pour notre île », autrement dit si les électeurs de Terre-de-Haut venaient majoritairement à bouder son appel à rejoindre sa « démarche visionnaire », elle aura déjà gagné sur un point : celui de passer à la postérité. Pour la simple et bonne raison qu’elle aura été la première femme saintoise à briguer chez nous une place de maire, ce qui ne s’était jamais vu dans l’histoire de notre commune. Et c’est d’ores et déjà pour Mme Ginette Samson, davantage qu’un honneur, une réussite calculée indéniable.

Raymond Joyeux

PS  : La déclaration recto-verso de Mme Ginette Samson peut se lire sur le site de
Terre-de-Haut Indiscrétions du 24 mai 2019.

Crédit photos et illustrations :
1 – Mme Ginette Samson :  photo déclaration de candidature du 23 mai 2019
2 – De Gaulle, Je vous ai compris : journaldugeeek.com
3 – Jeanne d’Arc : enluminure 1431
4 – Valkyrie : Peter Nicolaï Arbo 1869
5 – Logo Terre-de-Haut change de cap  2001 : archives Raymond Joyeux
6 – Communication intergénérationnelle : dessin de Jim Ucciani
7 – Femmes de l’histoire de France : Couverture livre de Catherine Valenti, édition First
8 – L’extase de Sainte Thérèse : Le Bernin, Rome 1652
 

 

 

Publié dans Actualités saintoises, Politique | 2 commentaires

Municipales 2020 : les candidats frappent à la porte…

20190905_073347 (1).jpgDécidément, hormis la liasse imposante de pubs, d’invitations et de factures habituelles, ma boîte aux lettres de Terre-de-Haut m’a réservé bien des surprises en ce début septembre 2019. Après deux mois d’absence, outre la lettre du maire à propos du 3ème prix obtenu par notre commune au concours télé du Village préféré des Français, lettre dont j’ai rendu compte par ailleurs, (voir la chronique précédente) voilà que m’atterrit sous les yeux la profession de foi d’un candidat inattendu, parmi d’autres, semble-t-il, aux municipales de 2020. La surprise passée et bien qu’ayant pris mes distances d’avec la politique, c’est avec une attention toute particulière et un grand intérêt que j’ai pris connaissance du texte de M. Engel Molinié, jeune professeur de physique-chimie, récemment nommé au Collège Archipel des Saintes. (1)
Au placard donc la sempiternelle bipolarisation de l’exercice électoral qui a prévalu chez nous jusqu’à ce jour. Avec à la clé un renouvellement potentiel de la classe dirigeante saintoise pour une alternance souhaitée et un changement radical, espérons-le, de nos mœurs politiques locales, corrompues, partisanes et inefficaces.

(1) – Le texte intégral de la déclaration de M. Molinié est publié sur le Facebook de l’intéressé

Une constatation lucide

Ce qui frappe d’abord chez M. Engel Molinié, c’est qu’il entre d’emblée dans le vif du sujet. Pas de salamalecs inutiles ni de périphrases alambiquées pour vanter ses mérites et se mettre en valeur, mais pour dire tout simplement que « depuis des années nous subissons des conflits politiques ». Une évidence qu’il résume en stigmatisant avec raison une « politique archaïque » qui « créé, précise-t-il, la méfiance et divisé les familles ». Comment ne pas être d’accord avec lui sur ce point ? Bien entendu, dans ce type de déclaration, on peut difficilement entrer dans des considérations qui alourdiraient le propos et rendraient inaudible la communication par des longueurs excessives. N’empêche qu’une analyse plus approfondie serait bien venue pour que l’électeur comprenne d’où viennent ces conflits, qui les provoquent et les entretiennent. Seraient-ils inhérents à la politique elle-même dont l’essence est d’opposer les candidats entre eux, ce qui génère nécessairement partisans et adversaires, mais qui, les élections passées, finissent, dans une démocratie normale, par s’oublier sinon se réconcilier ? Ou bien sont-ils liés aux individus dont l’indigence culturelle, la mentalité perverse et le comportement mal approprié défient les règles de la morale, des principes démocratiques et du respect de l’autre ?

Image babelio.com

Les exemples ne manquent pas en effet chez nous de ces conduites aberrantes distillant en permanence la haine et le mépris et que plus de 40 années consécutives de règne sans partage des mêmes et inamovibles dirigeants n’ont pas contribué à atténuer, encore moins à abolir. M. Engel Molinié est sans doute trop jeune pour se souvenir exactement de quoi nous parlons ici. Certains dans son entourage pourraient alors  lui rafraîchir la mémoire… peut-être même en musique et chansons ! Gardons-nous cependant de lui jeter trop vite la pierre. Nul n’est responsable des méfaits des autres, fussent-ils très proches, s’il n’y est pas personnellement associé. Et puisqu’il reconnaît, fustige et condamne avec courage ces agissements passés et souhaite pour l’avenir une « amélioration de la situation », laissons-lui le bénéfice favorable de la bonne foi et de la sincérité.

Un rappel des valeurs « traditionnelles »

Sans lier nécessairement pour ma part « le partage, le respect, la tolérance, la bonté et le courage » à la religion, comme le fait naïvement M. Engel Molinié, je ne peux que me réjouir de constater que ce futur candidat, reprend presque mot pour mot mes propres concepts, maintes fois exposés ici-même comme piliers d’une politique rénovée et fraternelle. Je le renvoie donc à mes écrits et propositions qu’il retrouvera facilement, s’il le souhaite, en naviguant sur ce blog.

https://raymondjoyeux.com/2018/03/26/actualite-politique-une-ere-nouvelle-pour-terre-de-haut/

À ce propos, ma seule réserve porterait sur l’adjectif « traditionnelles ». Si les vertus énoncées l’étaient tant que cela, traditionnelles, si elles étaient « inscrites dans notre façon de vivre », comme le prétend un peu facilement M. Engel Molinié, aurions-nous connu ces conflits et divisions qu’il pointe du doigt au début de sa déclaration ? Non, M. Molinié, les vertus que vous énumérez, si je ne doute pas que vous les pratiquiez assidument chez vous, elles ne sont pas toutes, ne vous en déplaise, inhérentes à notre mentalité saintoise. Loin de là, et vous le savez très bien. Sinon vous n’auriez pas souhaité qu’elles s’inscrivent dans la nouvelle pratique politique que vous préconisez. Je concède qu’il ne faille pas généraliser et connais nombre de nos compatriotes qui les revendiquent et les mettent en pratique, mais de là à prétendre qu’elles soient, comme le sens de l’accueil, inscrites dans notre façon de vivre, dans notre ADN en quelque sorte, c’est aller un peu vite en besogne. Permettez-moi de ne pas vous suivre sur ce terrain glissant pour ne pas dire démagogique.

Une condamnation sans appel du « monarchisme » municipal.

image wikipedia – maxicours.com

Un nouvel aveu courageux de la part de M. Engel Molinié s’exprime, dans sa déclaration, par la condamnation des pratiques récentes de nos dirigeants politiques. « Un maire ne peut plus diriger la commune comme un monarque. Ce temps est révolu », écrit-il. Voilà qui fait du bien à entendre. On s’étonne seulement que la lucidité dont fait preuve aujourd’hui M. Molinié n’ait pas influé sur les pratiques monarchiques instituées par ses amis alors au pouvoir à Terre-de-Haut, particulièrement au cours des 15 dernières années avant le vote du 17 mars 2018. Mais sans doute avait-il depuis longtemps pris ses distances avec eux, et qu’il a toujours réprouvé leurs turpitudes sans que nous le sachions. Ce qui constituerait non seulement une courageuse position de sa part, mais une première aux Saintes, tant famille et politique sont étroitement liées chez nous depuis la nuit des temps.

Plus de reconnaissance et de transparence

Enfonçant le clou de la bonne gouvernance, M. Engel Molinié préconise enfin la participation active aux affaires municipales de la population qui selon lui « ne veut plus subir la politique mais veut en être l’acteur principal ». Regrettant que « depuis des années nous sommes dépossédés de toute influence », M. Molinié revendique alors « plus de reconnaissance et de transparencec’est là, poursuit-il, une « exigence démocratique. »

image wikipedia- démocratie participative.gouv.fr

On ne peut être plus clair dans ses intentions et il serait mal venu de contester cette conception de la politique que beaucoup d’entre nous partageons sans restriction… et que surtout les autres candidats ne manqueront sans doute pas de reprendre à leur compte. Car qui, dans une déclaration préalable à toute candidature électorale, s’aviserait de dire le contraire ? Toute la question est de savoir si, parvenu au pouvoir, ce candidat, comme les autres, mettra en pratique la promesse faite d’instaurer enfin chez nous la démocratie participative, le dialogue et la transparence que depuis des lustres nous appelons nous-mêmes de nos vœux. Sur ce point, le passé politique calamiteusement ankylosé de notre île est loin de nous rassurer…

Un appel à l’union et à l’humilité

N’empêche qu’il est extrêmement agréable et réconfortant, en dépit des réserves exprimées d’entendre ce langage qui contraste étrangement avec des pratiques pas si lointaines qui ont plongé notre commune dans le gouffre moral et financier que nous connaissons. Le grand mérite de M. Engel Molinié c’est en définitive d’avoir eu le courage de condamner avec force et lucidité, sans aucun état d’âme, ces pratiques d’un autre âge et de préconiser pour l’avenir une gouvernance municipale basée sur l’union et la réconciliation, afin, dit-il, en conclusion de sa déclaration, que « chacun d’entre nous apporte sa pierre à l’édifice pour que Terre-de-Haut vive ! ». Puisse-t-il être entendu, en toute « humilité », comme il le souhaite, bien sûr… Cela va de soi !

68745351_1101487780039753_514808012892798976_n

Une place très convoitée – Photo Facebook Mairie de Terre-de-Haut

                                                                          Raymond Joyeux  

Publié dans Actualités saintoises, Politique | Laisser un commentaire