Environnement : reconstitution du récif corallien à Terre-de-Haut

Le collège de Gourdeliane s’implique

Les Saintois n’ont pas manqué d’observer en novembre dernier et en ce mois de janvier 2018 la présence sur leur littoral durant plusieurs jours de jeunes garçons et filles s’affairant autour d’une étrange structure flottante qu’ils ont remorquée au large et mouillée non loin de l’îlet à Cabris. Ce n’étaient tout simplement que les élèves d’une classe de 3ème du collège de Gourdeliane à Baie-Mahault qui se sont investis depuis deux ans dans la préservation des coraux dans le cadre d’une opération intitulée Kay an nou. Cette opération qui a pour mission la sauvegarde et la reconstitution de nos récifs coralliens s’inscrit elle-même dans un projet national plus global initié par la Fondation C.GÉNIAL.

30bb21_c7bee1dd7a1340ba9952f92c9dd6b126mv2_d_6016_4000_s_4_2-730x410

Qu’est-ce que la Fondation C.Génial ?

Créée en 2006 par des entreprises et le soutien du Ministère de la Recherche, la Fondation C.Génial a pour mission de promouvoir les sciences et les technologies, et les métiers qui y sont associés. Elle œuvre également au rapprochement entre le monde de l’entreprise et celui de l’éducation pour faire face aux enjeux d’aujourd’hui et de demain. Voici comment cette fondation définit elle-même sa mission et ses objectifs :

Nos objectifs sont multiples et complémentaires :

– Promouvoir les métiers scientifiques et techniques et mieux faire connaître leur intérêt et leur diversité
– Susciter des vocations scientifiques, chez les filles et chez les garçons.
– Développer des échanges entre la jeunesse et le milieu de la science et de l’entreprise.
– Impliquer ingénieurs et techniciens des entreprises dans la mise en valeur de leurs métiers.
– Illustrer l’enseignement des sciences au collège et au lycée avec des exemples d’applications en entreprise.
– Informer les jeunes sur les grands enjeux de société liés à l’avancée des sciences et des technologies.
Grâce à l’engagement des professionnels du monde de l’enseignement et de l’entreprise, nous mettons en place plusieurs actions phares :

Nos valeurs

ENGAGEMENT dans des actions à vocation sociétale. Cet engagement sociétal est teinté de pragmatisme car nous nous investissons pleinement chaque jour pour mener à bien notre mission.
GÉNÉROSITÉ qui est notre leitmotiv. Cette générosité s’exprime à la fois par le temps consacré à nos actions, le bénévolat et par les contributions financières qui nous sont essentielles afin d’accroître notre développement.
ENTHOUSIASME pour aider les jeunes à comprendre le monde d’aujourd’hui et de demain en leur donnant le goût des sciences et des technologies. C’est par cet enthousiasme communicatif que nous assurons la pérennisation de nos actions.
OUVERTURE sur le monde scientifique et technique qui se traduit par une transmission de compétences et de savoir-faire envers les jeunes et leurs enseignants.

DOSSIER DE PRESSE PARIS - copie (glissé(e)s) 3 (1)

Un partenariat fort avec l’Éducation nationale

L’ensemble des actions de la Fondation se fait en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale. Une convention-cadre a été signée en 2011 et a été renouvelée en 2014, puis en 2017 afin de développer nos actions au sein de l’Éducation nationale. Cette étroite collaboration se traduit notamment par un travail actif entre la Fondation et le dispositif ministériel « Sciences à l’école ».

Remorquage à l’Îlet à Cabris – Photo Raymond Joyeux – novembre 2017

Concours

images-1«Sciences à l’École» et la Fondation C.Génial pilotent et organisent le « concours C.Génial », concours scientifique national pour les collégiens et les lycéens. Le « concours C.Génial », qui se décline en « C.Génial-collège » et « C.Génial-lycée », est destiné à promouvoir les sciences et s’adresse aux élèves de collèges et lycées.
Il s’agit pour les élèves participants de présenter un projet scientifique conduit en équipe. Après une première étape de sélection, toutes les équipes finalistes se retrouvent pour la finale nationale. Pour la session 2018, la finale aura lieu à Toulouse, à la Cité de l’Espace.

Objectifs

Le « concours C.Génial » invite les collégiens et les lycéens à présenter en équipe un projet innovant. Est attendue une démarche de projet scientifique interdisciplinaire (mathématiques,  physique, chimie, sciences de la vie et de la Terre, technologie…) et associant si possible l’enseignement professionnel et les enseignements généraux dans le cas des projets présentés par des équipes de lycées professionnels.

Le Collège de Gourdeliane :
vainqueur académique du concours C.Génial

Pour la troisième fois le collège de Gourdeliane a remporté le 1er prix de la finale académique de ce concours scientifique. « Cette année nous avons présenté un projet innovant intitulé « KAY AN NOU ». Il s’agit là de proposer une réponse au problème du blanchissement des coraux. Après avoir réalisé des recherches, des expériences, et fabriqué des maquettes et prototypes en classe, ce dispositif artificiel a été implanté par les 27 élèves de la 3ème D à l’Îlet à Cabrit aux Saintes au mois de janvier. Un reportage de Guadeloupe 1ère a d’ailleurs couvert l’événement. Vous pourrez, si vous le désirez, observer à l’Îlet à Cabrit les structures immergées repérables par la bouée en surface ainsi que le panneau d’information fixé sur l’Îlet ». (Dossier de presse Collège de Gourdeliane)

HELP pour l’exposition internationale de Sciences au Luxembourg

Suite à leur premier prix au concours national de Sciences C.Génial, les élèves du Collège de Gourdeliane seront les seuls représentants de la France à l’exposition internationale de Sciences qui se déroulera au Luxembourg fin mars 2018. Malheureusement seuls 3 élèves et un professeur sont pris en charge par les organisateurs pour la finale nationale à Paris qui aura lieu du 18 au 20 mai 2018. Pour qu’un maximum d’élèves de cette classe qui se sont impliqués dans ce projet puissent partir à Paris soutenir leurs camarades, comme c’est le cas pour les élèves des autres académies de l’Hexagone, 6000 € sont nécessaires. Aussi les responsables du projet KAY AN NOU lancent un appel aux dons afin de récolter les fonds nécessaires. Si vous souhaitez y participer, cliquez sur le lien ci-dessous. Par votre obole, vous aurez contribué à soutenir et encourager ces élèves pour leur implication méritoire dans la sauvegarde de notre environnement. (Site Collège de Gourdeliane)

https://www.leetchi.com/c/projets-de-fse-gourdeliane􏰊􏰖􏰇􏰢􏰩􏰉􏰑􏰒􏰞􏰇􏰖􏰂􏰇􏰅􏰆􏰇􏰝􏰘􏰗􏰝􏰗􏰢􏰆􏰘􏰇􏰟􏰦􏰆􏰇􏰘􏰀􏰝􏰗􏰦􏰢􏰆􏰇􏰉􏰟􏰇􏰝􏰘􏰗􏰃􏰖􏰌􏰓􏰆􏰇􏰅􏰟􏰇􏰃􏰖􏰉􏰦􏰎􏰔􏰒􏰢􏰢􏰆􏰓􏰆􏰦􏰞􏰇􏰅􏰆􏰢􏰇􏰎􏰗􏰘􏰉􏰟􏰠􏰪􏰇􏰁􏰝􏰘􏰌􏰢􏰇􏰉􏰚􏰗􏰒􏰘􏰇 􏰟􏰔􏰎􏰗􏰓􏰚􏰔􏰇􏰀􏰐􏰚􏰇􏰟􏰐􏰌􏰖􏰐􏰟􏰌􏰖􏰐􏰚􏰡􏰇􏰀􏰐􏰚􏰇􏰐􏰤􏰢􏰔􏰟􏰓􏰐􏰜􏰌􏰐􏰚􏰡􏰇􏰐􏰠􏰇􏰒􏰎􏰆􏰟􏰓􏰞􏰙􏰔􏰇􏰀􏰐􏰚􏰇􏰝􏰎􏰞􏰙􏰐􏰠􏰠􏰐􏰚􏰇􏰐􏰠􏰇􏰢􏰟􏰘􏰠􏰘􏰠􏰫􏰢􏰐􏰚􏰇􏰐􏰜􏰇􏰌􏰗􏰎􏰚􏰚􏰐􏰡􏰇􏰌􏰐􏰇 􏰀􏰓􏰚􏰢􏰘􏰚􏰓􏰠􏰓􏰒􏰇􏰎􏰟􏰠􏰓􏰒􏰓􏰌􏰓􏰐􏰗􏰇􏰎􏰇􏰔􏰠􏰔􏰇􏰓􏰝􏰢􏰗􏰎􏰜􏰠􏰔􏰇􏰢􏰎􏰟􏰇􏰗􏰐􏰚􏰇􏰬􏰭􏰇􏰔􏰗􏰑􏰛􏰐􏰚􏰇􏰀􏰐􏰇􏰗􏰎􏰇􏰮􏰑􏰝􏰐􏰇􏰍􏰇􏰂􏰇􏰖􏰩􏰒􏰖􏰆􏰞􏰇􏰂􏰇􏰄􏰉􏰃􏰘􏰒􏰞􏰇􏰉􏰟􏰠􏰇􏰋􏰉􏰒􏰦􏰞􏰆􏰢􏰇􏰉􏰟􏰇 􏰝􏰘􏰓􏰚􏰇􏰀􏰐􏰇􏰦􏰎􏰜􏰛􏰓􏰐􏰟􏰥􏰇􏰂􏰜􏰇􏰟􏰐􏰢􏰘􏰟􏰠􏰎􏰕􏰐􏰇􏰀􏰐􏰇􏰍􏰙􏰎􏰀􏰐􏰗􏰘􏰙􏰢􏰐􏰇􏰣􏰑􏰟􏰐􏰇􏰉􏰇􏰅􏰩􏰉􏰒􏰖􏰖􏰆􏰟􏰘􏰢􏰇􏰎􏰗􏰟􏰚􏰆􏰘􏰞􏰇􏰖􏰩􏰀􏰚􏰌􏰦􏰆􏰓􏰆􏰦􏰞􏰪􏰇 􏰏􏰗􏰟􏰢􏰇􏰝􏰗􏰟􏰘􏰘􏰆􏰙􏰇􏰢􏰒􏰇􏰚􏰗􏰟􏰢􏰇􏰖􏰆􏰇􏰅􏰀􏰢􏰒􏰘􏰆􏰙􏰇􏰗􏰃􏰢􏰆􏰘􏰚􏰆􏰘􏰇􏰂􏰇􏰖􏰩􏰒􏰖􏰆􏰞􏰇􏰂􏰇􏰄􏰉􏰃􏰘􏰒􏰞􏰇􏰖􏰆􏰢􏰇􏰢􏰞􏰘􏰟􏰎􏰞􏰟􏰘􏰆􏰢􏰇􏰒􏰓􏰓􏰆􏰘􏰑􏰀􏰆􏰢􏰇􏰘􏰆􏰝􏰀􏰘􏰉􏰃􏰖􏰆􏰢􏰇􏰝􏰉􏰘􏰇

􏰖􏰉􏰇􏰃􏰗􏰟􏰀􏰆􏰇􏰆􏰦􏰇􏰢􏰟􏰘􏰐􏰉􏰎􏰆􏰇􏰉􏰒􏰦􏰢􏰒􏰇􏰜􏰟􏰆􏰇􏰖􏰆􏰇􏰝􏰉􏰦􏰦􏰆􏰉􏰟􏰇􏰅􏰩􏰒􏰦􏰐􏰗􏰘􏰓􏰉􏰞􏰒􏰗􏰦􏰇􏰐􏰒􏰠􏰀􏰇􏰢􏰟􏰘􏰇􏰖􏰩􏰒􏰖􏰆􏰞􏰪􏰇 􏰉􏰐􏰙􏰗􏰚􏰇􏰮􏰇􏰔􏰗􏰑􏰛􏰐􏰚􏰇􏰐􏰠􏰇􏰙􏰜􏰇􏰢􏰟􏰘􏰒􏰐􏰚􏰚􏰐􏰙􏰟􏰇􏰚􏰘􏰜􏰠􏰇􏰢􏰟􏰓􏰚􏰇􏰐􏰜􏰇􏰌􏰖􏰎􏰟􏰕􏰐􏰇􏰢􏰎􏰟􏰇􏰗􏰐􏰚􏰇􏰘􏰟􏰕􏰎􏰜􏰓􏰚􏰎􏰠􏰐􏰙􏰟􏰚􏰇􏰢􏰘􏰙􏰟􏰇􏰗􏰎􏰇􏰒􏰓􏰜􏰎􏰗􏰐􏰇􏰜􏰎􏰠􏰓􏰘􏰜􏰎􏰗􏰐􏰇 􏰅􏰇􏰏􏰎􏰟􏰓􏰚􏰇􏰞􏰙􏰓􏰇􏰎􏰙􏰟􏰎􏰇􏰗􏰓􏰐􏰙􏰇􏰀􏰙􏰇􏰣􏰯􏰇􏰎􏰙􏰇􏰬􏰰􏰇􏰝Quant à nous, nous ne saurons que trop  remercier et féliciter ces collégiens de la 3ème D de Gourdeliane, ainsi que leurs professeurs, pour leur projet de reconstitution des coraux en danger et leur adressons tous nos souhaits de succès pour la finale dans l’Hexagone en mai prochain !

Panneau d’information sur le projet à Terre-de-Haut – Photo R.Joyeux

􏰏􏰘􏰙􏰟􏰇􏰗􏰎􏰇􏰠􏰟􏰘􏰓􏰚􏰓􏰑􏰝􏰐􏰇􏰒􏰘􏰓􏰚􏰡􏰇􏰜􏰘􏰠􏰟􏰐􏰇􏰌􏰘􏰗􏰗􏰑􏰕􏰐􏰇􏰎􏰇􏰟􏰐􏰝􏰢􏰘􏰟􏰠􏰔􏰇􏰗􏰐􏰇􏰣􏰐􏰟􏰇􏰢􏰟􏰓􏰤􏰇􏰀􏰐􏰇􏰗􏰎􏰇􏰒􏰓􏰜􏰎􏰗􏰐􏰇􏰎􏰌􏰎􏰀􏰔􏰝􏰓􏰞􏰙􏰐􏰇􏰀􏰐􏰇􏰌􏰐􏰇 􏰌􏰘􏰜􏰌􏰘􏰙􏰟􏰚􏰇􏰚􏰌􏰓􏰐􏰜􏰠􏰓􏰒􏰓􏰞􏰙􏰐􏰥􏰇􏰄􏰐􏰠􏰠􏰐􏰇􏰎􏰜􏰜􏰔􏰐􏰇􏰜􏰘􏰙􏰚􏰇􏰎􏰛􏰘􏰜􏰚􏰇􏰢􏰟􏰔􏰚􏰐􏰜􏰠􏰔􏰇􏰙􏰜􏰇􏰢􏰟􏰘􏰦􏰐􏰠􏰇􏰓􏰜􏰜􏰘􏰛􏰎􏰜􏰠􏰇􏰓􏰜􏰠􏰓􏰠􏰙􏰗􏰔􏰇􏰧􏰇􏰊􏰁􏰃􏰇􏰁􏰈􏰇 􏰈􏰋􏰂􏰇􏰨􏰥􏰇 􏰊􏰖􏰇􏰢􏰩􏰉􏰑􏰒􏰞􏰇􏰖􏰂􏰇􏰅􏰆􏰇􏰝􏰘􏰗􏰝􏰗􏰢􏰆􏰘􏰇􏰟􏰦􏰆􏰇􏰘􏰀􏰝􏰗􏰦􏰢􏰆􏰇􏰉􏰟􏰇􏰝􏰘􏰗􏰃􏰖􏰌􏰓􏰆􏰇􏰅􏰟􏰇􏰃􏰖􏰉􏰦􏰎􏰔􏰒􏰢􏰢􏰆􏰓􏰆􏰦􏰞􏰇􏰅􏰆􏰢􏰇􏰎􏰗􏰘􏰉􏰟􏰠􏰪􏰇􏰁􏰝􏰘􏰌􏰢􏰇􏰉􏰚􏰗􏰒􏰘􏰇 􏰟􏰔􏰎􏰗􏰓􏰚􏰔􏰇􏰀􏰐􏰚􏰇􏰟􏰐􏰌􏰖􏰐􏰟􏰌􏰖􏰐􏰚􏰡􏰇􏰀􏰐􏰚􏰇􏰐􏰤􏰢􏰔􏰟􏰓􏰐􏰜􏰌􏰐􏰚􏰡􏰇􏰐􏰠􏰇􏰒􏰎􏰆􏰟􏰓􏰞􏰙􏰔􏰇􏰀􏰐􏰚􏰇􏰝􏰎􏰞􏰙􏰐􏰠􏰠􏰐􏰚􏰇􏰐􏰠􏰇􏰢􏰟􏰘􏰠􏰘􏰠􏰫􏰢􏰐􏰚􏰇􏰐􏰜􏰇􏰌􏰗􏰎􏰚􏰚􏰐􏰡􏰇􏰌􏰐􏰇 􏰀􏰓􏰚􏰢􏰘􏰚􏰓􏰠􏰓􏰒􏰇􏰎􏰟􏰠􏰓􏰒􏰓􏰌􏰓􏰐􏰗􏰇􏰎􏰇􏰔􏰠􏰔􏰇􏰓􏰝􏰢􏰗􏰎􏰜􏰠􏰔􏰇􏰢􏰎􏰟􏰇􏰗􏰐􏰚􏰇􏰬􏰭􏰇􏰔􏰗􏰑􏰛􏰐􏰚􏰇􏰀􏰐􏰇􏰗􏰎􏰇􏰮􏰑􏰝􏰐􏰇􏰍􏰇􏰂􏰇􏰖􏰩􏰒􏰖􏰆􏰞􏰇􏰂􏰇􏰄􏰉􏰃􏰘􏰒􏰞􏰇􏰉􏰟􏰠􏰇􏰋􏰉􏰒􏰦􏰞􏰆􏰢􏰇􏰉􏰟􏰇 􏰝􏰘􏰓􏰚􏰇􏰀􏰐􏰇􏰦􏰎􏰜􏰛􏰓􏰐􏰟􏰥􏰇􏰂􏰜􏰇􏰟􏰐􏰢􏰘􏰟􏰠􏰎􏰕􏰐􏰇􏰀􏰐􏰇􏰍􏰙􏰎􏰀􏰐􏰗􏰘􏰙􏰢􏰐􏰇􏰣􏰑􏰟􏰐􏰇􏰉􏰇􏰅􏰩􏰉􏰒􏰖􏰖􏰆􏰟􏰘􏰢􏰇􏰎􏰗􏰟􏰚􏰆􏰘􏰞􏰇􏰖􏰩􏰀􏰚􏰌􏰦􏰆􏰓􏰆􏰦􏰞􏰪􏰇 􏰏􏰗􏰟􏰢􏰇􏰝􏰗􏰟􏰘􏰘􏰆􏰙􏰇􏰢􏰒􏰇􏰚􏰗􏰟􏰢􏰇􏰖􏰆􏰇􏰅􏰀􏰢􏰒􏰘􏰆􏰙􏰇􏰗􏰃􏰢􏰆􏰘􏰚􏰆􏰘􏰇􏰂􏰇􏰖􏰩􏰒􏰖􏰆􏰞􏰇􏰂􏰇􏰄􏰉􏰃􏰘􏰒􏰞􏰇􏰖􏰆􏰢􏰇􏰢􏰞􏰘􏰟􏰎􏰞􏰟􏰘􏰆􏰢􏰇􏰒􏰓􏰓􏰆􏰘􏰑􏰀􏰆􏰢􏰇􏰘􏰆􏰝􏰀􏰘􏰉􏰃􏰖􏰆􏰢􏰇􏰝􏰉􏰘􏰇 􏰖􏰉􏰇􏰃􏰗􏰟􏰀􏰆􏰇􏰆􏰦􏰇􏰢􏰟􏰘􏰐􏰉􏰎􏰆􏰇􏰉􏰒􏰦􏰢􏰒􏰇􏰜􏰟􏰆􏰇􏰖􏰆􏰇􏰝􏰉􏰦􏰦􏰆􏰉􏰟􏰇􏰅􏰩􏰒􏰦􏰐􏰗􏰘􏰓􏰉􏰞􏰒􏰗􏰦􏰇􏰐􏰒􏰠􏰀􏰇􏰢􏰟􏰘􏰇􏰖􏰩􏰒􏰖􏰆􏰞􏰪􏰇 􏰉􏰐􏰙􏰗􏰚􏰇􏰮􏰇􏰔􏰗􏰑􏰛􏰐􏰚􏰇􏰐􏰠􏰇􏰙􏰜􏰇􏰢􏰟􏰘􏰒􏰐􏰚􏰚􏰐􏰙􏰟􏰇􏰚􏰘􏰜􏰠􏰇􏰢􏰟􏰓􏰚􏰇􏰐􏰜􏰇􏰌􏰖􏰎􏰟􏰕􏰐􏰇􏰢􏰎􏰟􏰇􏰗􏰐􏰚􏰇􏰘􏰟􏰕􏰎􏰜􏰓􏰚􏰎􏰠􏰐􏰙􏰟􏰚􏰇􏰢􏰘􏰙􏰟􏰇􏰗􏰎􏰇􏰒􏰓􏰜􏰎􏰗􏰐􏰇􏰜􏰎􏰠􏰓􏰘􏰜􏰎􏰗􏰐􏰇 􏰅􏰇􏰏􏰎􏰟􏰓􏰚􏰇􏰞􏰙􏰓􏰇􏰎􏰙􏰟􏰎􏰇􏰗􏰓􏰐􏰙􏰇􏰀􏰙􏰇􏰣􏰯􏰇􏰎􏰙􏰇􏰬􏰰􏰇􏰝􏰎􏰓􏰥􏰇 􏰄􏰆􏰝􏰆􏰦􏰅􏰉􏰦􏰞􏰫􏰇􏰦􏰗􏰟􏰢􏰇􏰢􏰗􏰟􏰔􏰉􏰒􏰞􏰗􏰦􏰢􏰇􏰜􏰟􏰩􏰟􏰦􏰇􏰓􏰉􏰠􏰒􏰓􏰟􏰓􏰇􏰅􏰩􏰀􏰖􏰌􏰚􏰆􏰢􏰇􏰅􏰆􏰇􏰎􏰆􏰞􏰞􏰆􏰇􏰎􏰖􏰉􏰢􏰢􏰆􏰇􏰜􏰟􏰒􏰇􏰢􏰆􏰇􏰢􏰗􏰦􏰞􏰇􏰒􏰓􏰝􏰖􏰒􏰜􏰟􏰀􏰢􏰇 􏰅􏰉􏰦􏰢􏰇􏰎􏰆􏰇􏰝􏰘􏰗􏰕􏰆􏰞􏰇􏰝􏰟􏰒􏰢􏰢􏰆􏰇􏰝􏰉􏰘􏰞􏰒􏰘􏰇􏰉􏰟􏰢􏰢􏰒􏰇􏰂􏰇􏰈􏰉􏰘􏰒􏰢􏰇􏰢􏰗􏰟􏰞􏰆􏰦􏰒􏰘􏰇􏰖􏰆􏰟􏰘􏰢􏰇􏰎􏰉􏰓􏰉􏰘􏰉􏰅􏰆􏰢􏰇􏰎􏰗􏰓􏰓􏰆􏰇􏰎􏰩􏰆􏰢􏰞􏰇􏰖􏰆􏰇􏰎􏰉􏰢􏰇􏰝􏰗􏰟􏰘􏰇􏰖􏰆􏰢􏰇 􏰀􏰖􏰌􏰚􏰆􏰢􏰇􏰅􏰆􏰢􏰇􏰉􏰟􏰞􏰘􏰆􏰢􏰇􏰉􏰎􏰉􏰅􏰀􏰓􏰒􏰆􏰢􏰇􏰅􏰆􏰇􏰖􏰩􏰔􏰆􏰠􏰉􏰑􏰗􏰦􏰆Les informations sur C.Génial sont tirées du site de la Fondation du même nom. Celles sur le projet KAY AN NOU ainsi que les photos, autres que les nôtres, proviennent du site du collège de Gourdeliane de Baie-Mahault et du dossier de presse que nous a aimablement communiqué M. Olivier DUNO que nous remercions vivement pour sa précieuse coopération.

Raymond Joyeux

Publié dans Actualités saintoises | Laisser un commentaire

Voyage au cœur de l’archipel saintois

Bonne et heureuse année à tous à la (re)découverte des Saintes…

En ce début d’année 2018, que je vous souhaite excellente à tous points de vue, je vous propose une présentation des îles de notre archipel, écrite par le médecin militaire  Sauzeau de Puyberneau, en poste à Terre-de-Haut entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle, alors que les Saintes étaient encore pratiquement inconnues du reste du monde. C’est dans une brochure intitulée Monographie sur les Saintes, dépendance de la Guadeloupe, publiée à Bordeaux en 1901, que j’ai sélectionné ces textes exceptionnels. Inestimable pour nous aujourd’hui, cette présentation, île par île, nous révèle la manière dont était perçu notre environnement géographique et l’intérêt qu’il a suscité aux yeux de cet observateur passionné. Davantage que dans un banal prospectus touristique, nous apprécierons la qualité littéraire et la précision chirurgicale des descriptions dont a fait preuve cet auteur, influencé à coup sûr par sa formation médicale, mais sans doute aussi par l’insolite beauté des paysages côtoyés et l’amour qu’il en a éprouvé. Puissent ces pages nous permettre de mieux connaître et préserver ces îles que beaucoup nous envient et renforcer notre attachement à l’exceptionnel cadre de vie qui est le nôtre.

11401589_101715343504999_404418336560087804_n-1

Terre-de-Haut vue d’avion – Photo Internet

1 – Terre-de-Haut

Un bourg blotti entre rade et collines-sentinelles

Un petit village très gai, frais et propre, bâti au bord de l’eau ! une chaîne de montagnes le domine et s’étend dans toute la longueur de l’île ; elle ressemble à une sorte d’échine le long de laquelle se succèdent des pics plus ou moins élevés dont les principaux sont : le morne Myr (110 mètres) qui porte le Fort Napoléon, le morne Morel (130 mètres), le morne Rouge (100 mètres), qu’il ne faut pas confondre avec la Tête Rouge, autre élévation sans importance où est établie une batterie, le morne à Craie (80 mètres), le Piton (140 mètres), le Chameau (316 mètres) au haut duquel se trouve la Tour Modèle. La chaîne occupe presque le milieu de l’île, et de chaque côté les versants mènent directement à la mer en pente douce, sauf en quelques points où sont taillées de hautes falaises. Celles-ci sont assez nombreuses du côté Est de l’île dont la forme est vaguement convexe ; la mer y vient battre avec fracas. De l’autre côté, ouvert à l’Ouest, la forme circulaire de l’île est plus correcte : c’est de ce côté que s’étend le village, de ce côté qu’est la rade.

IMG_2367

Le bourg et la rade vus du Morne Myr – Ph. Raymond Joyeux

Une multitude de baies sablonneuses et tranquilles

Le flot a creusé tout autour des baies de toute beauté auprès desquelles on surprend quelquefois des rêveurs, souvent paresseux, mais jamais d’artistes. À la baie du Marigot qui dort sans jamais troubler l’approche de la Roche aux Mauves, succède la baie de Pompierre, presque fermée par les rochers connus sous le nom de Roches percées, où viennent bouillonner les grandes vagues du large ; plus loin la Grande Anse, où les lames énormes se bousculent comme des géants, poussées par les vigoureuses rafales qui soufflent de la Dominique, et s’éclaboussent en s’étendant sur la vaste plage de la baie. C’est un spectacle magnifique ! en continuant vers le Sud, on tombe sur l’Anse Rodrigue et l’Anse Figuier, plus petites et surplombées de chaque côté par des rochers aigus. Ces deux anses, ainsi que celle de Cahouenne qui les suit, sont très fréquentées des pêcheurs.

BMarigot

La Baie du Marigot et la roche aux Mauves,  au fond TDB – Photo Raymond Joyeux

En dedans, se sont dessinées d’autres petites baies, plus discrètes et plus aptes à faire apprécier la saveur et les bienfaits de l’eau de mer : l’Anse à Myr, l’une des plus connues par les baigneurs en villégiature, entourée d’un paysage curieux ; l’Anse du Bourg où se trouve le débarcadère ; la Petite Anse, au pied de l’église, l’Anse du Fond Curé, peu profonde mais étendue ; l’Anse Galet, une des mieux partagées comme fond ; l’Anse du Pain de Sucre, au vent d’un morne conique tronqué qui porte le nom de l’Anse ; l’Anse à Cointre qui offre une assez jolie plage.

25594032_772263729626657_2684790007804668887_n

Plage de Grande Anse – Photo Alain Joyeux

Des promontoires rocheux à la toponymie poétique et maritime

Les promontoires, qui se détachent et se prolongent quelquesfois assez loin de la ligne creuse de ces anses, sont des pointes aiguës et souvent abruptes, qui les font ressembler à d’énormes éperons menaçants. Ce sont en allant du Nord vers l’Est : la Pointe Portail ou Pointe à L’eau, en face de laquelle se trouve un haut-fond dangereux, la Pointe Morel, la plus avancée dans la mer ; la Pointe Zozio, placée en face de Marie-Galante ; la Pointe du Vent , dans la direction des alizés ; la Grosse Pointe, volumineux promontoire qui borne la Grande Anse ; la Pointe Rodrigue, large et arrondie celle-là ; la Pointe de la Redonde, vis-à-vis de laquelle émerge le rocher de ce nom ; la Pointe de Boisjoli, point terminus de l’île au Sud ; le Pain de Sucre, gros rocher réuni à la terre par un petit isthme ; la Tête Rouge, siège d’une batterie d’artillerie, la Pointe de la Petite Anse ; la Pointe Coclett, qui limite la passe des Baleines.

25659951_772263259626704_1114946523908273991_n-2

L’Anse Figuier et ses ilots – Photo Alain Joyeux

Des panoramas à couper le souffle

Presque tous les mornes constituent une série d’ascensions dont la fatigue est largement compensée par la vue du délicieux panorama que l’on enveloppe du haut de leur faîte, quel qu’il soit. De la Tour Modèle, surtout, apparaît dans son ensemble Terre-de-Haut, comme un gracieux ruban, harmonieusement découpée sur les bords, vert ou brun suivant les saisons, légèrement jaunâtre dans les baies, avec en relief des gaufrures inégales et inégalement espacées ; le ruban se termine par deux gaufrures : le Fort Napoléon et le pic Morel. Du Fort Napoléon, le site est charmant aussi : toutes les crêtes se profilent vivement sur le fond bleu ; à ses pieds on voit d’un côté battre la vague monotone et tranquille de la rade, de l’autre se rompre en panache le flot tumultueux et protéique de la grande mer. Quand on fait l’ascension de la Tour Modèle ou du Fort Napoléon, le matin de très bonne heure le soleil qui se lève et dore progressivement l’île, l’air qui apporte sa fraîcheur, le ciel qui étend sa grande nappe d’azur : tout cela est d’un charme difficile à éviter, inoubliable.

25994697_772261459626884_9188470309008217230_n-1

Vue du Chameau – Photo Alain Joyeux

Deux quartiers disparates séparés par l’église

Le bourg est divisé en deux parties par la petite église pauvre bâtie sur un tertre ; ces deux parties sont très disparates. La partie Nord appelée Le Mouillage, a l’apparence plus riche, plus aristocratique, si tant est que l’on puisse, en l’espèce, se servir de ce terme ; on y voit d’assez belles habitations. Le Fond Curé, qui désigne la partie Sud, est plus particulièrement occupée par les pêcheurs qui ont leurs petites maisons sur le bord de l’anse de façon à mieux surveiller leurs embarcations qu’ils échouent tous les jours, et à se trouver plus à même pour les préparatifs que nécessite leur métier.

IMG_2378 (1)

Église de l’Assomption – Photo Raymond Joyeux

Pour beaucoup, le Fond Curé est plus digne d’intérêt que le Mouillage. Il est plus pittoresque ; il est d’ailleurs plus étendu en raison de la facilité qu’ont les pêcheurs à y obtenir de l’État une concession de terrain. D’un bout à l’autre, le bourg ne mesure pas moins d’un kilomètre, sans compter le hameau de l’Anse Myr où sont groupées une dizaine d’habitations d’âge très différent. Ce hameau est un coin délicieux, toujours ombragé ; il est devenu une promenade accréditée, 8 à 900 mètres à peine le séparent du centre du bourg.

IMG_2746.jpg

Le Chameau sur fond de coucher de soleil

De nombreuses possibilités de balade

On peut, au reste, facilement varier ses promenades à Terre-de-Haut qui mesure 5 kilomètres ½ dans sa plus grande longueur et 2 kilomètres dans sa plus grande largeur. L’île est étranglée à sa partie moyenne où elle ne mesure que 600 mètres ; c’est au niveau de cet étranglement que la Chapelle des Marins, maigre ex-voto vaguement entretenu par les femmes des marins, petit pèlerinage annuel de ces derniers, dresse sa simple blancheur fanée, qu’éclaire une pâle lueur de prière…

P1010328

Vue de la Chapelle des Marins – Photo Pédro Lionet

Texte : Sauzeau de Puyberneau (1901)
Sous-titres : Raymond Joyeux
Photographies de Pédro Lionet et de Raymond et Alain Joyeux
Prochaine chronique : Terre-de-Bas et les îlots environnants.

Publié dans Voyages voyages... | 5 commentaires

Il y a 43 ans : Les Saintes…

md22663762626 (1)Cest dans cette brochure touristique (photo ci-contre) intitulée tout simplement Guadeloupe, publiée en 1974, puis successivement en 1975 et 1978 aux Éditions du Pacifique*, que j’ai découvert cet article sur notre archipel saintois. Vous sachant toujours très friands de tout ce qui touche nos îles, c’est avec plaisir que je vous propose cette  originale présentation, rédigée il y a 43 ans par Bob Putigny, écrivain, ancien correspondant de l’AFP et auteur d’ouvrages, entre autres, sur Tahiti et l’Île de Pâques. Les illustrations, sauf autre précision d’origine, sont tirées de la brochure et ont pour auteurs les photographes Bernard Hermann et Michel Folco dont vous trouverez aisément les biographies détaillées sur Internet. À la veille des fêtes de fin d’année, j’espère que cette dernière chronique de 2017 vous intéressera, et profite de l’occasion pour vous souhaiter à toutes et à tous un très Joyeux Noël et une bonne année 2018, avec toute mon amitié et mes remerciements pour votre fidélité. Raymond Joyeux
Pour connaître les publications des Éditions du Pacifique, cliquez sur le lien ci-dessous : 

http://www.leseditionsdupacifique.com

Découverte : novembre 1493

Ce petit archipel, à une quinzaine de kilomètres dans le sud de la Basse-Terre de la Guadeloupe, ne possède, si l’on néglige les îlets minuscules, que quatre îles dignes de ce nom : Terre-de-Haut, Terre-de-Bas, Grand Îlet, Îlet à Cabrit. Découvert le jour de la Toussaint 1493 par Christophe Colomb, il reçut de ce fait le nom de « Los Santos » : Les Saintes. Vues de la mer, ces îles, en tout 1467 hectares de rocher, de terre et de sable, se présentent comme des collines arrondies, par endroit dénudées. La végétation est rabougrie, composée principalement de fourrés et de cactus, hantée par les iguanes, lézards monstrueux, certains atteignent un mètre cinquante de longueur. Parfaitement inoffensifs malgré leur tête crêtée aux yeux brillants, leur corps long et disgracieux couvert d’écailles, ils semblent venir tout droit des époques antédiluviennes.

IMG_2460 - copie

Iguane commun des Saintes  – Photo Raymond Joyeux – décembre 2017

Les cultures sont plutôt rares et se limitent à quelques champs de maïs et de manioc. Cependant les reliefs accentués légèrement boisés offrent quelques possibilités d’élevage : chèvres, cabris et volailles.

La pêche, principale ressource

IMG_2559

Pêcheurs saintois remaillant leur filet – Photo Brochure Guadeloupe – 1974

Mais le climat lui-même est très sec, les pluies sont infiniment plus rares qu’à la Guadeloupe, cependant très proche, et la principale ressource de l’archipel reste la pêche. On pratique ici indifféremment : la pêche à la traîne, à la senne, au casier et, le soir sur les plages, lorsque les bateaux rentrent, on peut y admirer les plus magnifiques étalages de grands poissons des Caraïbes : tazars, thons, dorades, bonites et de poissons locaux aux noms charmants et drôles : les z’œils-de-bœuf, les z’oreilles noires, les grand-gueules. Ces pêcheurs-nés, les Saintois, sont originaires de l’Armorique, mais apparemment plus mélangés que les Saint-Barts, « habitants de Saint-Barthélemy ». De fréquents métissages ne les empêchent pas d’avoir encore des enfants blonds et de se proclamer Bretons. Certains prétendent même descendre des corsaires. Il faut reconnaître qu’ils ont belle allure avec leur haute taille et leurs larges chapeaux de paille. Ce sont aussi d’habiles charpentiers de marine. Ils construisent des bateaux aux formes allongées avec lesquels ils sortent pour aller à la pêche au large ou pour se rendre à Trois-Rivières, sur l’île de la Guadeloupe. Imperturbables, ils naviguent quelles que soient la force du vent et la hauteur des vagues sur ces embarcations appelées comme eux des saintois.

Retour de pêche à la senne – Photo Brochure Guadeloupe  – 1974

 Terre-de-Haut

À Terre-de-Haut qui est à la fois le nom du village et celui de l’île, on baigne dans un sympathique et chaleureux milieu de gens de mer. Très accueillants et hospitaliers, ils vous emmènent volontiers avec eux à la pêche et vous font partager leur existence. En contrebas du village, le sable du rivage est partiellement couvert de barques élégantes et de toutes couleurs, et jalonnée par des pyramides de gros coquillages très décoratifs et éminemment comestibles, les « lambis ».

IMG_2557 (1)

Barques de pêche saintoises  – Photo Brochure Guadeloupe – 1974

De longs filets de pêche sèchent suspendus à des bâtons fourchus. Mais le matin un mouvement incessant se produit dans la rade, des barques partent pour la pêche ou en reviennent, évoluant à toute vitesse et s’arrêtant d’un coup, moteur stoppé ou voiles affalées. Tandis qu’on embarque ou qu’on débarque au milieu des rires et des cris joyeux, car pour les non-initiés, c’est déjà une aventure de prendre place dans un de ces engins rapides, étroits qui manquent de stabilité, tandis que d’autres embarcations chargées à ras-bords assurent les constantes liaisons avec la Guadeloupe.

IMG_2558

Saintoises discutant au marché – Photo Brochure Guadeloupe  – 1974

Fortifications 

Au sommet de Terre-de-Haut, se trouve le fort Napoléon. Ses enceintes, son glacis, ses chemins de ronde, ses remparts sont en parfait état. C’est une curiosité. Construit sous Napoléon, il n’a jamais servi, militairement parlant, contrairement aux autres forteresses antillaises dont les pierres furent plus ou moins piquetées par les balles ou écornées par les boulets de canons. Son sol n’a jamais bu de sang humain, mais constitue une attraction pour les touristes imaginatifs. Il sert de logement aux pacifiques troupes des colonies de vacances et de cachettes aux cabris vagabonds. Ces cachots ont tenu prisonniers, très momentanément, les gaullistes antillais en 1942. Le pendant du fort Napoléon est tout naturellement le fort Joséphine. C’est un vrai fort, celui-là qui a subi l’épreuve du feu. Il lui fait face sur l’Îlet à Cabrit. Mais ses bâtiments sont maintenant transformés en un hôtel confortable et paisible.

Repos d’après-midi à Terre-de-Haut – Photo Brochure Guadeloupe  – 1974

Des lieux chargés d’histoire

Cependant que de combats, que de coups de canons dans ces lieux chargés d’histoire. Les Indiens Caraïbes en 1653 y attaquaient furieusement les premiers colons européens, tandis que deux siècles plus tard, tout l’archipel servait de toile de fond à une des plus grandes défaites françaises, revanche de la flotte britannique sur la victoire française de Chesapeak Bay qui avait été déterminante pour l’indépendance des États-Unis. Là, dans le canal des Saintes, au matin du 12 avril 1782, les trente navires de la flotte du comte de Grasse, prenaient leur formation de combat face aux trente-sept unités de l’amiral Rodney. Attaque téméraire s’il en fut : deux mille deux cent quarante-huit canons français allaient ouvrir le feu contre trois mille douze canons anglais de meilleure qualité. Mais l’amiral de Grasse qui s’était la veille fait prendre un navire, refusa de l’abandonner disant qu’il y allait de son honneur et de celui de la Marine Royale. Aussi, malgré une manœuvre superbe de Bougainville, qui commandait l’escadre bleue française, la disparité des forces et un vent défavorable, firent qu’au tomber du jour, l’amiral de Grasse amenait son pavillon tandis que ses bateaux qui pouvaient encore naviguer fuyaient, s’égaillant dans la nuit. Un mois plus tard, apprenant ce désastre, le peuple de Paris chantonnait : « Notre amiral s’est rendu de la meilleure grâce, Français de quoi te plains-tu de grâce. » Il n’empêche que l’Angleterre allait conserver, et pour bien longtemps, la maîtrise des mers dans les Caraïbes, et que toute l’histoire des Antilles françaises allait durement le ressentir.

salaco retouché

Figure saintoise au salaco – Photo Brochure Guadeloupe – 1974

 Vue imprenable

Le principal sommet de l’île (309 mètres) est dit le « Chameau ». On peut aisément grimper sur sa bosse d’où l’on découvre un panorama admirable de terre, de ciel et d’eau où flottent des îles, tandis qu’à l’horizon s’allongent en fond de décor la Guadeloupe et les îles de Montserrat et de la Dominique.

IMG_2553

Terre-de-Haut vue du Chameau – Photo Brochure Guadeloupe – 1974

Rappel 

Le texte est de Bob Putigny et date de 1974 – Les photos sous-titrées Brochure Guadeloupe sont de Bernard Hermann et de Michel Folco.
La brochure Guadeloupe, ISBN 2-85 700-079-0, est éditée aux Éditions du Pacifique que je remercie de  m’avoir aimablement autorisé à publier l’article ci-dessus ainsi que les photographies l’accompagnant. Les sous-titres sont de la rédaction du blog.

À tous, je renouvelle mes vœux de bonnes fêtes de Noël et de nouvel an et vous donne rendez-vous en 2018, si Dieu me prête vie, bien entendu.
Raymond Joyeux

 

Publié dans Histoire locale | 4 commentaires

Peinture : vernissage réussi pour Alain Joyeux à LO Bleu

Une récidive très appréciée

Après l’OMCSL de Terre-de-Bas en février dernier, le public est venu nombreux ce samedi soir 9 décembre 2017 dans les locaux agréables et spacieux de l’hôtel LO Bleu à Terre-de-Haut pour le premier jour d’exposition Couleurs pays d’Alain JOYEUX. Les tableaux particulièrement attrayants qu’il a présentés, dont certains très récents, ont ravi les visiteurs enthousiastes. Méditant devant les œuvres du peintre, chacun y allait de son admiration et de ses commentaires, prouvant, s’il en était besoin, que le Saintois, résident ou d’adoption, abreuvé en continu des mirifiques colorations changeantes de la mer et du ciel – colorations sublimées par le talent explosif d’Alain – n’est pas insensible à cet art subtil et délicat qu’est la peinture.

Au vernissage de ce samedi soir, il convient de noter la présence amicale et chaleureuse de deux artistes de renom : le designer et graphiste Bruno Coiffard, bien connu en Guadeloupe, récemment installé aux Saintes, auquel on doit, entre autres, le design des verres à punch d’une célèbre distillerie du Sud Basse-Terre, à la production particulièrement appréciée ici… Et Ella Helman, artiste-peintre d’origine polonaise de renommée internationale, en voie de monter son atelier chez nous, à Terre-de-Haut. De quoi satisfaire pleinement Alain Joyeux dont l’exposition à LO Bleu est appelée à durer jusqu’à fin décembre, permettant ainsi aux amateurs, empêchés samedi dernier, de ne pas rater cette occasion unique de se faire plaisir.

Alain Joyeux en famille, au milieu de ses œuvres

Retour aux sources poétiques et familiales

Satisfaction d’autant plus grande et émouvante pour Alain que l’hôtel dont le nom renvoie au célèbre poème d’Arthur Rimbaud, Voyelles : (A noir, E blanc, I vert, U rouge, O bleu), est construit sur l’ancienne propriété de son arrière grand-père Jean-Marie JOYEUX, maître-senneur et notable reconnu aux Saintes, qui y avait édifié sa résidence et rangeait autrefois ses filets, cordages et autres engins de pêche dans un entrepôt jouxtant une plantation en tonnelle de ce fameux et succulent raisin muscat qui fit pendant longtemps la juste renommée de notre île.

Pêcheurs saintois

Un accueil bienveillant et passionné

Les sympathiques et très accueillants actuels maîtres des lieux, Stéphane Nicolas et son épouse Véronique, amoureux tous deux, sans retenue, de l’art et de notre archipel, et qui ont su imprimer leur touche personnelle à la fois rustique et moderne à ce bel ensemble hôtelier, ne sont pas à leur coup d’essai en matière d’exposition artistique. Avant Alain, d’autres artistes ont accroché avec succès leurs œuvres aux cimaises de ce splendide hall, s’ouvrant directement sur la baie illuminée des Saintes, cadre particulièrement propice et adapté à ce genre de manifestation. L’Eau bleue – LO Bleu, subtil et poétique jeu de mots que ne manquent certainement pas de relever et d’apprécier les amateurs de couleurs, de nature et de poésie, clients privilégiés, habituels ou épisodiques de l’établissement et de son environnement exceptionnel.

Vague

Pour un festival d’art pérenne et reconnu aux Saintes

Merci à Alain Joyeux, au public et au couple Nicolas pour cette manifestation culturelle de haut niveau, esthétique et conviviale, qui devrait devenir une tradition, dans le sillage des festivals artistiques réguliers de certaines communes, (musique, chants, poésie, peinture, cinéma…) et qui nous font tant défaut aux Saintes… Espérons que ce premier pas réussi sera suivi de beaucoup d’autres tout aussi enthousiasmants. Ce ne sont pas les artistes en tous genres qui manquent à Terre-de-Haut… à eux de se faire connaître et apprécier !

 

Pour plus d’informations sur les motivations, les influences et l’œuvre picturale d’Alain Joyeux, cliquer sur le lien suivant :

https://raymondjoyeux.com/2015/01/19/alain-joyeux-ou-linspiration-tropicale/

L’homme qui plantait des arbres

« Puisse l’arbre de la peinture et de l’œuvre d’Alain prospérer dans notre imaginaire et y porter ses fruits apaisants et colorés. » J’ai voulu terminer par cette petite note poético-philosophique… à vous de juger si ma formulation est ratée ou non ! Merci de votre indulgence…

Raymond Joyeux

Publié dans Actualités saintoises, Artistes saintois | 2 commentaires

Terre-de-Haut : hommage et reconnaissance à nos agents communaux

Se prendre en charge :
une spécificité majoritairement inconnue des Saintois

S’ils ne sont pas les seuls, les Saintois sont rouspéteurs de nature. Tout le monde le sait. La majorité d’entre eux, de tout temps, ne comptent que sur la commune pour résoudre leurs problèmes. Qu’ils soient personnels ou collectifs. Et si ça tarde un peu, ils rouspètent ! Il faut dire que depuis près de 50 ans, ON les a habitués à ne jamais se prendre personnellement en charge, ou si peu ! Pourquoi se gêneraient-ils aujourd’hui ?

IMG_2437

Bâtiment des services techniques de la commune de TDH

Une étrange habitude imposée : la mairie comme lieu géométrique centralisateur de la vie communale

Il n’y a pas si longtemps encore tout passait par la mairie. C’était une obligation imposée et une bien étrange pratique. Une réunion de parents d’élèves : à la mairie ; une rencontre des marins-pêcheurs : à la mairie ; un bilan associatif (du temps où existaient les associations), à la mairie ; une manifestation prévue de commerçants : encore à la mairie ; la programmation d’une chorale ou l’organisation d’une soirée récréative, toujours à la mairie, et j’en oublie certainement… Tout cela bien entendu orchestré et dirigé par M.M nos maires en personne. Personnages publics importants certes, polyvalents de nature, ça va de soi, mais aussi histoire sans doute de se tenir informés des moindres faits et gestes de la vie de leurs administrés et d’ y mettre leur grain de sel. Belle et noble raison ! Et comme on n’a jamais eu l’idée (et surtout pas la volonté) – au cas où les opposants en bénéficieraient –  de créer une maison des associations, au fonctionnement indépendant des instances politiques et municipales, comme cela existe partout ailleurs, il faut bien se réunir quelque part, alors pourquoi pas à la mairie ? N’est-elle pas appelée, après tout, maison du peuple ?

P1030212

Étrange maison du peuple, accueillante plus souvent qu’à son tour !

Un personnel mis à rude épreuve, toujours sur la brèche

Mais trêve d’ironie de mauvais aloi et de persiflage. Malgré son toit rouillé, la mairie de Terre-de-Haut existe et fonctionne bien. Et c’est tant mieux. Avec son maire d’abord qui répond systématiquement de bonne grâce à tous vos courriers ; avec son personnel administratif ensuite, accueillant et coopératif, toujours prêt à vous écouter, à vous informer et à satisfaire vos demandes,… sans attendre des mois pour vous fournir une fiche d’état civil. Mais aussi et surtout avec ses agents techniques qu’on pourrait qualifier des « services extérieurs », chargés de tout ce qui touche à l’entretien et à l’embellissement des biens communaux ; à la propreté du bourg et à la sauvegarde de son patrimoine et de son environnement : abattage, élagage, broyage, balayage, nettoyage, ramassage, jardinage… Tâches ingrates s’il en est, mais indispensables, et qui méritent qu’on s’y attarde au lendemain des intempéries de septembre qui nous ont si cruellement touchés.

IMG_8950

Jean-Charles, le roi incontesté du râteau

Impatience et rouspétance

Bien entendu, les choses ne se passent jamais assez vite et aussi bien que nous le souhaitons. D’où la rouspétance évoquée plus haut et un sentiment de frustration, voire d’injustice de certains qui attendent que l’on déblaie devant leur porte où s’accumulent encore, plus de deux mois après le passage de l’ouragan, les méfaits trop visibles de Maria.

IMG_2440

Que l’ON déblaie ! Oui, mais qui ? Sinon justement ces agents communaux qui dès le lendemain de la tempête jusqu’au jour d’aujourd’hui (1er décembre 2017) n’ont ménagé ni leur peine ni leur temps pour redonner progressivement à la commune son cachet d’avant : noria journalière incessante d’engins, bennes et camions pour collecter les encombrants de toute nature, polluant les rues et le littoral : tôles et ferrailles rouillées, antennes de TV délabrées, branchages enchevêtrés, vieilles planches vermoulues, gouttières plastiques endommagées, filets, cordages et bâches échoués qu’il faut désensabler… Ajouté à cela le service régulier de ramassage des déchets ménagers et des appareils électriques hors d’usage qui viennent s’additionner aux lourds sacs de vinyle noir, remplis à ras bord, bien connus – mais mal aimés à juste titre – des éboueurs matinaux.

Et après cela il serait injuste et déplacé de rendre hommage à ce personnel exceptionnel sans qui toutes les communes, dont la nôtre, crouleraient sous les décombres et la pestilence ? ! Bien au contraire, c’est ne pas le faire qui serait injuste !

IMG_2435 (1)

René, symbole souriant de l’agent technique impliqué dans le nettoyage communal

 Et si chacun y mettait du sien ?

Et si, pour les aider, chacun y mettait un peu du sien ? Râteaux, pelles, brouettes, sachets poubelles, cela coûte si peu en comparaison des efforts fournis par nos agents communaux. Et, à vrai dire, tout le monde n’est pas resté les bras croisés. On en a vu – souvent les mêmes – qui quotidiennement se sont retroussé les manches sans attendre le secours providentiel de la collectivité. Et c’est grâce au travail combiné et complémentaire des uns et des autres que Terre-de-Haut commence à redevenir propre et belle, en dépit de quelques amoncellements toujours visibles mais qui, avant Noël, nous en sommes persuadés, auront disparu pour la satisfaction de tous.

IMG_2206

Mieux vaut se munir des gants solides et résistants pour ce genre de récolte !

IMG_2112

IMG_2175

IMG_2188

Reconnaissance et hommage amplement mérités

Voilà l’hommage que je tenais, en votre nom et au mien, chers compatriotes, à rendre à tous ces particuliers et à nos nombreux agents communaux des « services extérieurs » qu’il faudrait citer individuellement tant ils sont tous aussi méritants et généreux les uns que les autres. Merci et bravo mesdames et messieurs pour votre engagement et votre sens du bien commun au service de la collectivité de Terre-de-Haut.

IMG_2444 (1)

Un bon bricoleur fouineur et persévérant y trouverait son compte !

IMG_2449

Amoncellement hétéroclite de déchets sur fond de navire de croisière : 29/11/17

 La délation : pratique policière ou sport favori de certains

Dans ce remue-ménage incessant de remise en état de notre île, on peut être sûr en tout cas que ce n’est pas vous, particuliers responsables et agents techniques communaux, qui perdez votre précieux temps à téléphoner aux autorités pour leur rapporter qu’ intel ka koupé piébois ; qu’ intel ka planté pikets ; qu’ intel ka fè ci ; ka fè ça … Ceux-là, ce sont des makos patentés, comme on dit vulgairement chez nous. Des tontons macoutes décérébrés qui, en d’autres temps, auraient dénoncé à coup sûr leurs voisins innocents pour les envoyer à la mort. On peut être certain aussi que ce ne sont pas eux qui ont tenu un râteau ou une pelle pour nettoyer, après le cyclone, devant leur porte. Ils ont préféré ou préfèrent encore attendre en délateurs, qu’on vienne le faire à leur place. Triste et pitoyable réalité que ce sport imbécile et honteux que pratiquent certains habitants de notre commune, au cerveau dérangé, toujours à l’affût du mal qu’ils pourraient faire aux autres. Ce à quoi il faudrait ajouter que cette attitude maladive et perverse devrait être depuis longtemps  éradiquée de nos mœurs saintoises si, au lieu de l’encourager, les responsables politiques successifs – car la politique sert aussi à éduquer – l’avaient désapprouvée en remettant à leur place ces minables petits rapporteurs, en quête, faute d’intelligence, d’une hypothétique et monnayable reconnaissance.

IMG_2418 (1)

Élagage individuel pour suppléer à la surcharge municipale : autorisation officielle indispensable

Car la vraie et respectable reconnaissance, s’il faut en attribuer une, c’est à nos agents communaux qu’elle revient. À ceux et celles qui chaque jour font leur boulot de façon désintéressée. Sans chercher à nuire à qui que ce soit. Pour la simple et unique satisfaction d’accomplir une responsabilité honnêtement assumée.

****

Toutes les photos sont de Raymond Joyeux. Celles présentant des personnes sont publiées avec l’autorisation des intéressés que l’auteur remercie pour leur collaboration.

Raymond Joyeux

PS : Une pensée particulière en ce début décembre pour la famille Bocage qui vient de perdre coup sur coup deux de ses membres : Michel, resté 23 ans paralysé à la suite d’un accident cérébral et Jean-Michel, le fils de Carmen et de notre regretté Francis. À leurs parents, proches et amis nous adressons nos très sincères condoléances et notre plus vive sympathie. Condoléances et sympathie à partager avec les familles Hoff et Bride à l’occasion du décès en métropole de Maryse, épouse de notre ami Philippe.

 

Publié dans Actualités saintoises | 6 commentaires

L’eau aux Saintes, suite !….

Bonjour à tous,

Face au problème récurrent de la distribution de l’eau aux Saintes, je souhaiterais publier un article paru en décembre 2013 sur le sujet. Malheureusement, l’informatique me jouant des tours, je ne peux que vous donner le lien de cet article dont j’ai quelque peu modifié le titre et l’introduction. Mille excuses pour cet incident.
Bonne journée à tous. Raymond Joyeux

https://raymondjoyeux.com/2013/12/18/leau-aux-saintes-un-epineux-probleme-aujourdhui-resolu/

 

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

L’eau aux Saintes : un épineux problème aujourd’hui résolu ?..

Le jeudi 23 novembre à 13 heures, une rupture de canalisation à Trois-Rivières a privé d’eau Terre-de-Haut et Terre-de-Bas pendant deux jours. Maintenant que la distribution a été rétablie,  nous avons jugé bon de publier à votre intention cette chronique parue en décembre 2013, retraçant l’évolution de l’alimentation en eau de notre archipel. Si  nous avons ajouté un point d’interrogation au titre initial, c’est pour signifier que nous sommes à la merci d’un incident identique à n’importe quel moment et que le problème n’est pas aussi définitivement résolu qu’il y paraît. D’autant que nous sommes tributaires de la petite guerre politique que se livrent à nos dépens la CASBT dirigée par Mme Michaux-Chevry  et le Conseil Général de la Guadeloupe en la personne de Madame Borel-Lincertin. À preuve cette dernière publication de Terre-de-Haut Indiscrétion qui nous apprend que c’est sur l’intervention de Mme Borel que la réparation a pu être réalisée, la présidente de la CASBT refusant de la prendre en charge !.. 

Chassés par le manque d’eau

voyage labatL’histoire nous apprend que les premiers colons qui abordèrent les côtes saintoises en 1648 durent abandonner rapidement l’archipel à cause du manque d’eau. « Il n’y a qu’une chose désagréable dans ces Isles,  écrit Jean-Baptiste Labat, c’est le défaut d’eau douce. »Ces colons revinrent cependant quelques années plus tard, en 1652, et s’y installèrent définitivement, ayant sans doute trouvé un moyen quelconque (que les archives ne précisent pas), pour récupérer et conserver le précieux liquide.

Réservoirs militaires et communaux

Par la suite, nous savons que lorsque s’édifièrent les fortifications et bâtiments militaires (entre 1809 et 1870), les constructeurs prirent soin de doter la plupart d’entre eux d’immenses citernes, dont certaines souterraines, capables de fournir aux garnisons et à la population de l’époque un approvisionnement régulier en eau. Selon un document manuscrit authentifié en ma possession, voici la liste, le lieu, la date de construction et la contenance de ces citernes :

Citernes Bien

Citerne de la Caserne -1841. Photo R.Joyeux

Si l’on excepte le réservoir souterrain du Fort Napoléon, la plupart de ces citernes sont aujourd’hui abandonnées ou comblées et certaines d’entre elles totalement détruites. Une réhabili-tation des édifices existants, outre la préservation d’un patrimoine excep-tionnel, serait un hommage rendu à l’histoire et au passé de notre île.

Puis, au fur et à mesure que se cons-truisirent les édifices  publics : église, mairie, écoles, se sont édifiées simultanément des citernes com-munales gérées par les autorités et assurant en saison de sécheresse des ressources complémentaires.

Jarres, fûts et citernes privées

Modèle de jarre utilisée aux Saintes

Parallèlement à cet effort public, les particuliers se mirent à constituer leurs réserves personnelles en installant des gouttières autour du toit de leurs maisons pour alimenter jarres et fûts, au contenu éphémère, en attendant d’avoir les moyens de construire des citernes en dur. Certains avaient  creusé dans leur cour ou leurs « terres », des puits ou mares pour subvenir aux besoins en eau du bétail, et éventuellement s’en servir pour le ménage, la vaisselle ou la lessive. La commune elle-même possédait une mare au Marigot, qui existe encore et autour de laquelle se sont affairées pendant des décennies, des générations de femmes saintoises transformées en lavan-dières… quand elles ne se rendaient pas à l’îlet à cabris par canots entiers.

La mare du Marigot

Située au pied des Mornes du même nom et ancrée dans la mémoire collective des Saintois, la Mare du Marigot est régulièrement alimentée par les eaux de ruissellement. Plusieurs fois comblée de terres charriées lors de pluies abondantes, elle a été souvent désensablée, réaménagée et une partie de ses berges renforcée en dur, ce qui a altéré quelque peu son caractère naturel et modifié certainement son biotope originel.

La mare du Marigot aujourd'hui. Photo R. Joyeux

L’Étang Bélénus

 Avec la mare du Marigot, le plan d’eau douce le plus célèbre de Terre-de-Haut reste sans conteste l’Étang Bélénus aujourd’hui disparu. Cet étang, peu profond, mais très étendu, situé à l’entrée de la plage de Grand’Anse, constituait un élément exceptionnel et unique du biotope saintois par la présence en ses eaux et aux abords d’espèces animales et végétales d’une extraordinaire variété. Comblé en 1966 par les militaires du SMA (Service Militaire Adapté), à l’occasion des travaux de l’aérodrome, sa disparition prive Terre-de-Haut non seulement d’une appréciable et naturelle réserve d’eau douce, mais d’un patrimoine écologique et paysager irremplaçable.

Étang Bélénus avant sa disparition - Coll. Boisel

Les pompes-fontaines de Théodore Samson

Les plus anciens doivent s’en souvenir : lorsque les carêmes étaient particulièrement rigoureux, tout ce qui vivait aux Saintes, hommes, animaux, végétaux, ressentait douloureusement les effets du manque d’eau. C’est pour cette raison que la municipalité de Théodore SAMSON, dans les années 50, ordonna des forages pour tenter de faire monter l’eau du sous-sol. Des fontaines, actionnées par une pompe à bras, furent installées aux endroits stratégiques de l’île, (carrefour de la mairie, de la Poste, des écoles…), permettant à la population de venir s’approvisionner facilement. Ce fut la première tentative « scientifique » de résolution du problème de l’eau toujours crucial à Terre-de-Haut. Malheureusement, si l’idée était bonne et la technique relativement au point pour l’époque, la proximité de la nappe sous-marine, rendant l’eau saumâtre, donc inutilisable, fit échouer le projet et les pompes qui fonctionnèrent un certain temps, finirent par s’oxyder et disparurent l’une après l’autre.

Les interventions de la Marine nationale

Citerne ronde communale -Photo R.Joyeux

Au cours de la période 1960-1975, sous les municipalités successives de Georges AZINCOURT, d’Eugène SAMSON et de René GERMAIN, la Marine nationale est intervenue à maintes reprises  pour alimenter les Saintes en eau potable. Des navires citernes qui faisaient le plein en Guadeloupe venaient régulièrement en période de dure sécheresse remplir la citerne ronde de la mairie, obligeant malgré tout, sous la surveillance étroite du garde-champêtre Virgile Cloris,  à un rationnement de la population. Rationnement qui suscitait, pour autant que je m’en souvienne, de mémorables bousculades, contestations, altercations et « babillages » aux heures de distribution…

Une technique d’évaporation irréalisable

À la fin des années 60, le conseil municipal sous la conduite d’Eugène Samson, se pencha sérieusement sur une technique, capable, pensait-on, de  solutionner définitivement le problème récurrent de l’eau aux Saintes : un procédé d’évaporation-récupération dont une maquette expérimentale resta un certain temps installée en plein soleil devant la mairie de Terre-de-Haut. Difficilement réalisable à grande échelle, le projet resta à l’état de maquette et c’est une municipalité nouvelle élue en 1971 et dirigée par le Docteur René GERMAIN qui entreprit les travaux d’installation d’une usine de dessalinisation de l’eau de mer.

La dessalinisation ou dessalement de l’eau de mer

Cette technique révolutionnaire à l’époque, qui avait fait ses preuves en Israël, semblait être en effet, en dépit de son coût élevé, la solution de l’avenir. Une première unité de dessalement fut installée en plein bourg, dans le bâtiment désaffecté de l’ancien groupe électrogène. Les conduites d’alimentation de l’usine amenaient l’eau de mer directement de la rade, pompée à quelques encablures au large du débarcadère. Outre les risques de pollution et le bruit occasionné par le fonctionnement des appareils, cette unité de production à faible débit ne servit au début qu’à alimenter les citernes communales, en attendant que se construisent, aux flancs du Chameau et du Morne Mire, les châteaux-d’eau et, dans le bourg, les canalisations urbaines pour le branchement des particuliers.

Unités de dessalement de Morel en 1985 - Photo R.Joyeux

Lorsque, après plus de dix longues années de travaux particulièrement incommo-dants, furent achevées et  rendues opérationnelles ces importantes et coûteuses réalisations : (trois réser-voirs en béton d’une capacité totale de 2650 M3, et une grande partie du réseau urbain de canalisations souterraines), il fallut penser à réformer la petite usine du bourg devenue obsolète. La commune disposant d’un vaste emplacement à Morel, c’est l’UCDEM (Unité Caribéenne de Dessalement de l’Eau de Mer), une société spécialisée basée à Saint-Martin, qui se chargea de l’implantation de deux unités performantes de production d’eau douce, d’un débit quotidien de 90 M3.  Mises en service en 1985, elles étaient appelées à assurer désormais à la population une alimentation régulière en eau, à condition qu’elle y mette le prix : jusqu’à 60 F le M3, soit l’équivalent de 9€ 15 actuels. La distribution, gérée par un Syndicat communal des eaux, sous la houlette de la mairie, devint vite objet de pression électoraliste, les autorités municipales détenant seules le droit régalien de raccordement ou non des particuliers.

Vers la solution définitive

Alors qu’il semblait qu’avec cette nouvelle usine le problème de l’eau aux Saintes serait définitivement résolu, des pannes à répétition et des incidents techniques, (mauvais dosage entre autres des apports en sels minéraux), intervenant en pleine sécheresse, causèrent de sérieux inconvénients aux particuliers et aux hôteliers. Il s’est alors avéré que la fiabilité des installations et de leur mise en œuvre était loin d’être assurée à 100%. Incidents  auxquels était venu se greffer un grave contentieux financier entre le Syndicat des eaux et l’UCDEM, laissant les Saintois à la merci d’une pénurie généralisée.

Préparation d'un élément de la canalisation

C’est alors que les autorités départementales décidèrent de prendre les choses en mains. À l’instar de la Désirade qui venait d’être reliée en eau à la Guadeloupe par des canalisations sous-marines, le Conseil Général entreprit de rassembler les moyens financiers, techniques et humains susceptibles de régler le problème des Saintes une fois pour toutes.

Ce ne sont pas moins de 100 Millions de Francs (l’équivalent de 15 Millions d’Euros) qui allaient être consacrés à la mise en œuvre d’un gigantesque chantier, présenté comme une première mondiale en ce domaine. Une canalisation flexible de 14 kilomètres en continu, réalisée au Danemark et posée entre deux eaux, à des profondeurs atteignant parfois 320 mètres, par une barge spécialisée venue directement de Scandinavie, amènera désormais l’eau aux Saintes depuis la Guadeloupe.

Le chantier de raccordement

Débutés en septembre 1993, les travaux s’achèveront en février 1994 et c’est le Président du Conseil Général, M. Dominique Larifla, qui inaugura le 15 août de la même année cette liaison vitale des communes sain-toises avec la grande île, mettant définitivement, pour de bon cette fois, il faut l’espérer, un point final aux tracasseries de nos popu-lations, privées naturelle-ment sur leur sol de rivières et de sources, leur permettant d’assurer leur autonomie en eau douce, élément indispensable à toute vie sur la planète. Élément rare, précieux et fragile qu’il nous incombe  de préserver et d’économiser… en songeant aux efforts constants consentis par nos prédécesseurs pour nous rendre pratiques et sûres aujourd’hui ses multiples et vitales utilisations.

Mise à l'eau

Raymond Joyeux
Les photos du chantier m’ont été aimablement communiquées à l’époque
par un responsable du projet.

Cet article a été publié dans Histoire locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris. Modifier

9 commentaires pour L’eau aux Saintes : un épineux problème aujourd’hui résolu ?..

  1. Alain Joyeux dit :

    Comme toujours, les dossiers sur le patrimoine local présentés sur ce blog ( le lambi, le tourment s d’amour…) sont d’un immense intérêt pour ceux qui aiment notre petit pays. Ce dossier sur l’eau est à la hauteur des précédents. La précision des informations ainsi que la rigueur du traitement, les documents iconographiques (souvent des images inédites ou rares), font de cette chronique un véritable travail d’historien et de journalisme tout en incluant des souvenirs personnels, précieux témoignages, qui nous rendent les description particulièrement vivantes : les « mémorables bousculades, contestations, altercations et « babillages » aux heures de distribution » mettent du piment dans ce qui aurait seulement pu être un simple inventaire de faits et de dates.
    Ce dossier insiste sur l’espoir de résoudre cette question essentielle de l’eau sur l’île. Cet espoir est à chaque fois la motivation de nouvelles installations, un véritable feuilleton sur plusieurs générations !
    Au final l’approvisionnement par tuyaux sous marin est présenté comme « la solution définitive » . Vu la récurrence du problème depuis les premiers colons il m’aurait semblé plus prudent d’y ajouter un point d’interrogation : l’abduction sous marine depuis la Guadeloupe est-elle vraiment l’épilogue de cette histoire d’eau ?… En effet il paraît hasardeux de faire une confiance absolue sur le long terme à une canalisation sous marine, fut-elle d’une technologie avancée, fiable et solide. Certaines rumeurs parlent de fuites considérables … est-ce vrai ? En tout cas, lorsque l’on prend conscience de la force des éléments, il est tout à fait possible que cette conduite se rompe un jour ou l’autre suite a des mouvements de mer plus fort qu’ à l’habitude. Qui est chargé de la maintenance de cette conduite ? Y aurait-il aujourd’hui dans le département les barges et technologies disponibles pour réparer rapidement en cas d’avarie ?
    Les citernes du chameau et autres sont elles pleines en permanence afin de palier momentanément aux besoins en eau de la population suite à une rupture de la dite conduite sous marine ?
    L’usine de Morel est elle encore en mesure de traiter l’eau ? Son bon fonctionnement est-il assuré au cas où ?
    Y-a-t-il un plan B en cas de rupture de la conduite sous marine. Si oui quel est-il ?
    Il semble que ce dossier, aussi excellent soit-il pour les repères historiques qu’il donne, mérite d’être complété par les réponses aux questions ci dessus.
    Par ailleurs il serait intéressant d’avoir des données chiffrées sur l’évolution de la quantité d’eau consommée par la population de Terre de Haut au fil du temps. Aujourd’hui, ce confort certain d’avoir une source inépuisable au robinet doit certainement changer la donne en matière de consommation, compte tenu , non seulement du « haut débit » relatif au structures hôtelières et touristiques, mais aussi du simple changement d’habitude de tout un chacun, savourant ce bienfait inestimable d’une eau de bonne qualité à profusion. Il n’est pourtant pas si lointain, le temps, où l’on faisait sa toilette avec un couï par personne pour économiser l’eau de la citerne familiale…
    D’un autre coté, les personnes bien avisées, qui ont bonne mémoire et surtout l’espace et les moyens de rénover ou de construire des citernes domestiques sont bien évidemment celle les mieux placés pour faire face à une avarie sur le réseau de distribution. Rappelons que les techniques de maçonnerie actuelle, les qualités des armatures et des ciments, certains matériaux composites, permettent la construction d’unité de stockage de l’eau de pluie anti-sismiques, sans parler des systèmes de filtrations qui sont loin de rendre obsolète le concept de la citerne domestique.
    Plutôt que se reposer exclusivement sur un système externe soumis à d’éventuels aléas (la conduite sous marine), Le bon sens voudrait que la politique encouragée soit celle de l’autonomie familiale en eau, surtout aux Saintes, vu les données géo climatiques. Avoir une citerne en réserve n’empêche pas d’avoir le branchement sur le réseau actuel de distribution. Le conseil régional de la Guadeloupe a un temps « sponsorisé » les particuliers pour les inciter à recueillir les eaux de pluie. Cette politique d’aide est-elle encore d’actualité ?
    Voilà pour les quelques questions.
    Si l’auteur ou des lecteurs de ce blog peuvent amener des réponses…

    A Noter : au registre des zones naturelles, il peut être fait mention de la fameuse « cascade » du chameau (sur l’anse Figuier) , très active certes lorsque la saison est bien arrosée, cascade qui peut couler à flot pendant quelques temps de grosses pluies, et qui garde généralement en permanence un filet d’eau même pendant le carême.
    Raymond, tu n’as pas mentionné l’épisode d’un sourcier qui serait venu (dans les années 60 ?) ainsi que ses conclusions sur d’hypothétiques réserves d’eau naturelle sur notre île. Est-ce une légende ? un oubli de ta part ? Il serait intéressant de mentionner cet épisode. Qui était ce sourcier ? Qui l’a fait venir ? A t-il découvert quelque chose ?
    Merci pour ce dossier qui, en tout cas, est une bonne référence pour notre histoire collective.
    AJ.

    • Analyse et questions pertinentes quant à la viabilité à long terme du procédé, jamais à l’abri d’incidents techniques liés à l’usure des matériaux, à une défaillance imprévue de l’installation et aux aléas climato-météorologiques. Incidents qui se sont déjà d’ailleurs produits, aussi bien sur le réseau désiradien que saintois. À ma connaissance, Il a fallu à chaque fois faire intervenir une barge, du matériel et des ouvriers spécialisés qui apparemment ne sont pas basés sur place. Incidents qui n’ont cependant pas affecté de façon significative la distribution d’eau, mais c’est vrai, des fuites sous-marines, souvent importantes, sont régulièrement signalées ici ou là et leur colmatage reste à chaque fois problématique en raison même de la complexité du système et de la profondeur où « flottent » les canalisations…

      J’ignore si les réservoirs de Terre-de-Haut sont toujours entretenus et opérationnels et s’ils sont programmés pour suppléer aux défaillances momentanées du réseau sous-marin. Je sais par contre que beaucoup de Saintois, peut-être un peu trop confiants, démolissent leurs citernes jugées inutiles, n’étant encouragés par aucune autorité à les conserver.

      Concernant le rapport du sourcier, en réalité un radiesthésiste, c’est volontairement que je ne l’ai pas signalé, ne possédant que des informations fragmentaires. De plus, les déductions qu’il avait faites voilà 30 ans n’entraient pas à proprement parler dans le cadre d’une mission rémunérée. Je ne citerai donc pas son nom mais selon lui, des forages au flanc du Chameau permettraient d’atteindre une nappe d’eau douce très importante, à une profondeur ne dépassant pas 36 mètres, pour un débit de 5 M3 heure ; 100 M3 si on fore plus en profondeur… Selon lui également, cette nappe d’eau se situerait à l’aplomb de l’ancienne décharge municipale, ce qui laisserait planer des doutes quant à la potabilité de l’eau… Mais c’est toujours bon à savoir, pour un futur à mon sens très éloigné, mais sait-on jamais …

  2. Chrysos dit :

    Merci Alain pour ta contribution, elle solde mes interrogations quant à la pérennité du cordon ombilical qui nous relie « au continent » …Les impondérables politiques , les catastrophes : il ne faudrait sous estimer aucun risque , selon moi.

    Par ailleurs, il se dit qu’ un esprit hante la mare du marigot. Serait-ce celui de l’enfant Casimir BELENUS( homonyme avec celui qui fit fonction de maire)retrouvé noyé en 1832 ( source: les archives départementales) si ma mémoire est bonne.

  3. Alain Joyeux dit :

    Un plan B officiel en cas de rupture du « cordon » ? Quelle serait l’alternative programmée ? Peut-être la compagnie des eaux peut-elle répondre à cette question ?

    • En ballade au Chameau avec Roméo Léon, le dimanche 29 décembre, à 5 heures du matin, il m’a expliqué que le réservoir du Chameau est parfaitement opérationnel car c’est là qu’arrive l’eau de la Guadeloupe qui est répartie après modération de la pression, chez les particuliers de TDH. Les autres réservoirs, selon lui, sont laissés à l’abandon. Donc, apparemment, il n’y a pas de plan B.

  4. peter christian dit :

    Je voudrais simplement rajouter que le réservoir du fort napoléon est aussi en fonction. A eux deux rempli constitue environ a peine 48 heurs en consommation normal voir moins. il y a disons 5 années il avais fait une étude a savoir si la citerne du chameau pouvais alimenter celle de terre de bas résultat non et j’ai cru comprendre qu’il envisage un procédé pour le futur afin de relier les deux îles

  5. Un grand merci Christian pour ton commentaire qui éclaire notre lanterne. J’ai toujours grand plaisir à te lire et toute information sur ce sujet (ou sur un autre) sera le bienvenu. Je profite pour te souhaiter, à toi, à ta famille et à tous nos lecteurs, une excellente année 2014, en attendant que je reprenne bientôt le fil de mes chroniques.

  6. Marc DUPUY dit :

    Je viens de tomber sur votre article qui est passionnant à lire et m’interpelle sur les problèmes de l’eau, qui n’est pas assuré partout…

  7. Alain Thouret dit :

    Merci Raymond pour ces détails historiques. L’eau, problème crucial pour tout ilien probablement, et l’électricité ? Acheminement sous marin également , mais apparemment moins problématique .
    En tout cas, ayant vécu MARIA , l’eau et l’électricité font parti de notre quotidien, et quand ils manquent…ça se complique, surtout l’eau, élément vital.

Laisser un commentaire

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire