Municipales 2020 – acte 4…

Louly Bonbon – Hilaire Brudey :
entre désillusion et occasion manquée

Pratiquement de la même génération, 58 ans pour l’un, 60 pour l’autre cette année 2020, ces deux compatriotes de Terre-de-Haut, après vingt-cinq ans de lutte commune dans l’opposition, se présenteront en adversaires aux Municipales de mars prochain. L’information semble désormais officiellement confirmée, même si ni l’un ni l’autre n’ont encore publié, à ce jour, leur profession de foi, à l’instar d’Angel Molinié et de Ginette Samson, très en avance sur le calendrier. (Voir ci-dessous nos chroniques du 9 et du 20 septembre 2019).

https://raymondjoyeux.com/2019/09/09/municipales-2020-les-candidats-frappent-a-la-porte/

https://raymondjoyeux.com/2019/09/20/municipales-2020-ginette-samson-premiere-candidate-officiellement-declaree/

Unis dans l’opposition depuis 1989

La première apparition commune sur la scène politique saintoise de ces deux candidats remonte aux municipales de 1989. Avec déjà Hilaire Brudey comme leader du groupe. Cette année-là, le maire sortant, Robert Joyeux, au pouvoir depuis trois mandatures, l’emporte de justesse et se représentera seul en 1995. Rappelons qu’en dépit du bon score réalisé à ces élections, aucun des membres de l’opposition de l’époque, conformément à l’absurde loi électorale alors en vigueur, ne siègera au C.M. et ce jusqu’à la modification de cette loi en 2014…

Cependant, boostée par son encourageant succès de 89, cette opposition s’organise en Association et crée le périodique L’Iguane comme support écrit de ses analyses critiques, de ses propositions et de son action omniprésente sur le terrain. Louly Bonbon et Hilaire Brudey sont, bien entendu, totalement engagés dans le mouvement dont ils sont les cofondateurs. L’un en tant que premier secrétaire de l’Association, l’autre comme trésorier adjoint, ainsi que le confirme cet encart publié dans le premier numéro de L’Iguane daté d’octobre 1989.

20191216_115128_resized_2 (2)

Retour aux urnes en 2001

Après avoir fait l’impasse sur les municipales de 1995, le groupe de L’Iguane revient aux élections de 2001 sous le sigle RDS, Réalisme-Démocratie-Solidarité, et le slogan de campagne Terre-de-Haut change de Cap. Naturellement, Louly Bonbon et Hilaire Brudey en font plus que jamais partie. Cette fois-ci, non contre Robert Joyeux qui a dû démissionner à la suite de ses déboires budgétaires mettant la commune au bord de la faillite, mais contre un ancien adjoint et dauphin désigné du maire démissionnaire, Louis Molinié, tout frais élu par ses pairs du C.M. à la place de ce dernier.

Affichette contre le maire Joyeux avant sa démission en mars 2000

Malheureusement, l’énorme travail de préparation, de rencontres et de concertation réalisé en équipe avec la population, avant et pendant la campagne électorale, en prévision de ces élections de 2001, n’a pas été payant. Le candidat de la majorité est élu et Louly Bonbon prend ses distances d’avec la politique pour raisons familiales, allant jusqu’à se faire rayer des listes électorales de Terre-de-Haut. Il ne participe plus, dès lors, aux actions du groupe, toujours actif sur le terrain, sans pour autant, à notre connaissance, s’en désolidariser…

Livret RDS

Élections 2001 – Livret de concertation – Arch. R. Joyeux


Le coup de théâtre de 2014 ou l’improbable alliance 

Alors que la campagne pour les municipales de 2014 est à peine entamée qu’à la surprise générale, sans crier gare ni expliquer clairement ses raisons, voilà que Louly Bonbon, qui a sollicité sa réinscription à Terre-de-Haut, revient en politique pour se rallier à son adversaire d’hier, Louis Molinié, et se retrouver sur la liste de ce dernier en 7ème position. En compagnie d’ailleurs de Ginette Samson, deuxième de la liste, élue première adjointe au maire avant de démissionner 6 mois plus tard, et, elle-même, rappelons-le, candidate déclarée pour les municipales de cette année 2020…

C’est la consternation chez les anciens compagnons de Louly Bonbon, transfuge du groupe RDS, dont certains membres se sentent à juste titre trahis, après 25 ans de lutte commune… De son côté, Hilaire Brudey, ayant constitué sa liste, se présente aux élections au nom de l’opposition et échoue une nouvelle fois à se faire élire. Avec trois de ses colistiers, il participe néanmoins au C.M., la loi électorale sur la proportionnelle ayant été modifiée entre temps. Ainsi les deux ex-amis, l’un conseiller de la majorité, l’autre de l’opposition siègent désormais à la même table et se rencontrent régulièrement aux séances du Conseil municipal… sans pour autant se faire ouvertement la guerre, mais sans non plus se faire des mamours ni clins d’œil complices, cela va sans dire.

Quand la Justice fait le ménage

Quatre ans passent ainsi, cahin-caha, et la gestion du maire Molinié, apparemment seul maître à bord, malgré les 14 conseillers de sa majorité censés le seconder, est épinglée par la justice. La suite est connue : condamné à une peine de prison ferme assortie de 10 ans d’inéligibilité et au remboursement à la commune des sommes présumées détournées, l’élu est destitué d’office par arrêté préfectoral, contraint de laisser le conseil municipal élire à sa place un nouvel édile. C’est ainsi que, le 18 mars 2018, Louly Bonbon, 5ème adjoint, devient momentanément par cooptation le nouveau maire de Terre-de-Haut, en attendant le verdict populaire de 2020. Dès lors, l’affrontement entre les deux anciens colistiers de 1989 et 2001 devient inévitable et quasi permanent à l’approche des prochaines élections.

Élection de Louly Bonbon le 18 mars 2018 – Photo TDH Indiscrétions

L’espoir d’une réconciliation anéanti

Ainsi, Louis Molinié évincé,  l’arrivée de Louly Bonbon pour deux ans à la tête de la commune, après la déception de 2014, suscite un moment chez beaucoup de ses anciens compagnons politiques, outre un sincère sentiment de satisfaction, l’espoir d’une réconciliation possible entre les deux anciens camarades de combat. Mais, même à écarter le passéiste calcul de préséance, c’était sans compter sur leur personnalité respective, leur vision étrangement antagoniste de l’action municipale, de la pratique, osons le dire, désintéressée du pouvoir, de la transparence à tous les niveaux et plus généralement de la démocratie.

https://raymondjoyeux.com/2018/03/26/actualite-politique-une-ere-nouvelle-pour-terre-de-haut/

Pourtant, cette réconciliation souhaitée et espérée par le plus grand nombre aurait été, à notre sens, plus que bénéfique pour Terre-de-Haut. Ayant travaillé 25 ans ensemble sur tous les dossiers touchant à la difficile et délicate gestion communale, à l’exercice exigeant de la démocratie, Louly Bonbon et Hilaire Brudey, main dans la main, mettant leur expérience, leur intelligence, leurs compétences et leur volonté en commun, étaient tout désignés, aux yeux de beaucoup, pour satisfaire ensemble, et au mieux, les intérêts, aspirations et attentes de notre population. Une population que 50 années de politique, moralement et économiquement désastreuse pour la commune, n’ont eu de cesse de spolier à tous les niveaux. Politique qu’ils ont tous les deux en leur temps, unanimement dénoncée, combattue et condamnée. C’est en ce sens que, instruit des calamiteux exemples du passé, nous parlions plus haut d’occasion manquée. Occasion unique, selon nous, que Terre-de-Haut en particulier et les Saintes en général auraient eu tout à gagner à voir se concrétiser pour demain, au lieu d’en faire amèrement aujourd’hui la regrettable et consternante économie… À moins qu’au probable deuxième tour… Il n’est pas interdit de rêver !

         Municipales 2001 : Accroupis, Louly Bonbon 2ème en partant de la gauche – Dernier rang, Hilaire Brudey 4ème en partant de la gauche.

Publié par Raymond Joyeux
 Le 02 janvier 2020

 

Cet article a été publié dans Actualités saintoises. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Municipales 2020 – acte 4…

  1. Danièle HAYET dit :

    Merci Monsieur pour cette rétrospective enrichissante que je me permets de visiter avec mon regard.

    Hilaire BRUDEY – Louly BONBON
    Ces deux là ont fait un bout de chemin politique ensemble, ils ont travaillé ensemble, ils ont perdu ensemble
    Et la séparation arriva !

    Étrange parcours de Louly BONBON après 2001, il se retire de la vie politique pour raisons familiales, ça peut s’entendre.
    Il se fait rayer des listes électorales de Terre de Haut
    Là je n’en crois pas mes yeux !
    Il desserte tout simplement !

    2014, réinscription sur les listes électorales…. Il est donc resté 13 ans sans voter et le voilà maire d’une commune, je rêve ou j’hallucine !
    Le citoyen a des droits et des devoirs
    Voter est un devoir citoyen, on est seul dans l’isoloir avec son bulletin de vote et on vote en son âme et conscience, mais ON VOTE.

    Moi j’appelle ça « coup de trahison »
    Une pirouette et me revoilà
    Opportuniste il va dans le camp des corrompus pour, j’ose espérer, seulement exister.
    Bien joué, les déboires de l’ex maire déchu lui apportent sur un plateau le poste de « maire » important : il est désigné par sa majorité municipale !

    Il bafoue la démocratie à chaque CM, le mot transparence lui est inconnu, je peux le dire j’y assiste à tous depuis 1 an (sauf 1)
    Il bafoue les traditions :
    – Traditionnellement lors de l’allocution du Maire à l’occasion de la fête patronale, l’année des élections municipales, le maire annonce sa candidature ou son retrait, cette année il renvoie son annonce aux calendes grecques !
    – Les vœux traditionnels du nouvel an cette année sont passés à la trappe, sans respect pour la population.

    Le 4 janvier 2020 louly BONBON, à ma connaissance, n’a toujours pas déclaré sa candidature ! mais a-t-il sa liste de 18 noms avec parité ?

    Qui a trahi, trahira toujours

    Etrangement le parcours d’Hilaire BRUDEY est à l’opposé de son ex compagnon politique de 25 ans qui, lui, a choisi des chemins tortueux.

    Hilaire BRUDEY lui a opté pour une ligne droite.
    Egal à lui-même, il suit un chemin tracé par ses valeurs d’homme, de saintois, d’homme politique qui ne varie pas d’un pouce.
    Constance dans ses déclarations, ses actions, son engagement pour Terre d Haut est total pour rassembler toute la population pour un devenir meilleur et gagnant
    C’est l’homme qui saura redonner des valeurs et des couleurs à notre commune et le sens de l’honneur, de la dignité retrouvé au conseil municipal.
    Mais rien ne pourra se faire sans la participation et l’adhésion des saintoises et saintois, aujourd’hui et demain encore plus.

    Tant qu’aux deux autres candidats, déclarés eux,
    Ginette Samson tout le monde connaît son parcours politique chaotique, je pars, je reviens, j’ai fait partie de la famille politique de l’ex maire déchu, mais en 2020 je suis « le sauveur » de la commune….

    Engel Molinié saintois revenu au pays, jeune en politique, on le sait, il fait partie du berceau politique de son cousin et de sa maman qui ont un bilan catastrophique, au bout de 20 ans, ils nous laissent une commune en faillite, un gouffre financier.
    La politique est un long et dur apprentissage, être maire ne s’improvise pas, il part trop tôt dans la bataille !

    Le 15 mars 2020 gageons que notre sagesse saura porter aux responsabilités la bonne personne pour faire grandir Terre de Haut !

Répondre à Danièle HAYET Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s