Micheline Gain : une Savoisienne devenue Saintoise militante

Notre amie Mimi Gain

Notre amie Mimi Gain

Mimi pour les intimes – et ses nombreux amis-, Micheline Gain, toujours souriante et courtoise sous son éternel parasol coloré, ne passe pas inaperçue, c’est le moins que l’on puisse dire, dans les rues ensoleillées du bourg de Terre-de-Haut !

Arrivée dans nos eaux au début de l’année 2000, après un séjour à la Martinique où elle a travaillé dans l’import-export, puis comme secré-taire attitrée de Consulat, elle s’est fait  non seulement un nom, à l’instar du célèbre diminutif du poème bien connu d’Alfred de Musset, Mimi Pinson, mais une place prépondérante au sein de la communauté saintoise.

Son intégration rapide sur une île qu’elle découvrait à peine témoigne de sa grande détermination et de sa capacité incontestable d’adaptation. Là où d’autres auraient tergiversé avant de s’installer définitivement, Micheline Gain n’a pas hésité à acquérir sans attendre une coquette maison et à trouver peu après, sur place, un compagnon en la personne de notre sympathique compatriote Rodolphe Foy.

Avec son compagnon Rodolphe Foy

Avec son compagnon Rodolphe Foy

Sous le charme, dès le premier jour, des Saintes en général et de Terre-de-Haut en particulier, elle s’enthousiasme : « Je ne serais pas « normale », dit-elle, si je n’étais pas tombée amoureuse de cette île et de son cadre paradisiaque, bien écorné depuis par les scooters et autres véhicules bruyants et polluants. Le vrai bonheur pour moi c’est de passer un moment sur les quais, le matin, avant l’arrivée des bateaux et d’admirer cette baie.  Je me sens revivifiée à chaque fois et, devant la beauté de ce monde, l’après-midi, du côté atlantique, plus calme, plus sauvage, je parfais ma sérénité. Je me plais dans cette ambiance petit village très rassurante car restreinte, c’est facile pour moi qui ne suis pas d’ici … »

D’origine savoyarde en effet, Mimi revendique avec force la nationalité savoisienne dont elle est titulaire : « La France, dit-elle, nous a annexés en 1860 mais à ce jour nous sommes sous protection de l’ONU car les traités sont caducs puisque non renégociés en temps et en heure par la France.  J’en suis très fière et n’ai nullement l’intention de revendiquer une autre nationalité. »

De ses ascendants, résistant depuis toujours à l’oppression d’où qu’elle vienne, elle affirme : « Notre famille, dont je possède l’arbre généalogique depuis 1700, a toujours été du côté de la résistance à l’injustice, c’est dans nos gênes ». Et de son père, elle précise pudiquement avec émotion : « Mon père a reçu la médaille des évadés et celle des blessés de guerre car quand (son sous-marin) a dû rentrer à Toulon sous Pétain, il a participé avec ses compagnons au sabordage de la flotte ».

On comprend dès lors l’engagement naturel, spontané et volontaire de Mimi aux côtés de l’opposition municipale à Terre-de-Haut : « Je suis toujours passionnée par ce qui m’entoure, confie-t-elle,  et, c’est  en écoutant les uns et les autres et en observant, que je me suis aperçue que la beauté de l’île cachait bien des souffrances et des inégalités flagrantes : mes gènes se sont réveillés, l’instinct mercenaire de tout Savoisien : combattre pour aider dès l’instant où ce n’est pas contre notre duché … Et quand Hilaire (le leader de l’opposition locale)  m’a demandé si j’étais prête à me joindre à leur lutte, je n’ai pas hésité une seconde, j’ai été très flattée de cette demande qui me prouvait que, bien que n’étant pas native, je pouvais, pour mon amour de l’île, prendre part à sa « libération ». J’ai été accueillie à bras ouverts par tous les sympathisants et je les remercie de leur amitié. Je resterai fidèle à notre groupe jusqu’au bout,  et tant pis pour ceux qui tentent, par tous les moyens, de m’intimider… »

On l’aura compris aussi, l’engagement manifeste, vécu et revendiqué haut et fort par Mimi, lui procure  bien des ennuis, machiavéliquement orchestrés, le plus souvent, selon elle, par les autorités municipales qui voient sans doute dans sa volonté combattante un danger électoral. Sans plainte ni regret, mais avec un brin d’amertume cependant, elle énumère non sans humour les tracasseries récemment endurées : « Je fais ce que je peux à mon niveau pour aider et ceci malgré toutes les brimades et vexations diverses dont j’ai été victime et qui ne m’ont jamais découragée, bien au contraire ! On a arraché mes arbustes d’ornement pour couler du béton sur le tour de ma propriété ; on a caillassé ma maison la nuit, m’obligeant à refaire ma toiture ; on a fissuré ma citerne en faisant des travaux non pensés, ni votés ni urgents, avec un gros engin vibrant sur la route (…). On me promène de jour en jour pour une signature, ce n’est pas grave, je prends le bateau et vais à Basse-Terre vers une autre autorité. Dernièrement on m’a même expulsée d’une réunion publique en mairie où je représentais un ami empêché : motif ? pas de procuration. Du jamais vu dans une assemblée ouverte à tous !! Et je ne compte pas les procès, certains perdus, certains gagnés, mais payés par moi, la partie adverse pioche dans le budget municipal c’est ce qui lui permet de faire ce qu’elle veut envers et contre tout, au mépris des lois, dans le seul but de nuire, d’écraser, mais avec moi c’est RATÉ, je ne suis épuisée ni mentalement ni financièrement ! »

Ce qui est extraordinaire pourtant chez cette femme de caractère, bourrée de gentillesse et de générosité, c’est que malgré les attaques dont elle est la cible, jamais elle ne stigmatise la population, ni tel ou tel en particulier, sachant exactement d’où vient le mal qu’on s’acharne à lui faire, par méchanceté gratuite ou par calcul, dans le vain espoir de l’anéantir : « La population est, en majorité, d’une grande gentillesse, je m’en aperçois tous les jours. Quand je décourage un peu, je vais faire un tour. Au troisième « bonjour » échangé, le moral revient et ceci en un temps record. Je dirais que les « moins gentils » ce n’est pas de leur faute. On leur jette une rognure de temps en temps pour qu’ils ne se posent pas de question et restent dans l’ignorance. Sur une si petite île, conclut-elle, la vie pourrait être meilleure, plus sereine. Même si de temps en temps il y a des querelles, il faudrait que ça reste bénin, sans haine tenace, sans manipulation politicienne. C’est faisable j’en suis persuadée. »

En séance de travail avec le Ministre des Outre-Mers, M. Victorin Lurel

En séance de travail avec le Ministre des Outre-Mers, M. Victorin Lurel

De sa Savoie natale à Terre-de-Haut où elle a élu domicile depuis 13 ans,  en passant par la Martinique, férue d’export-import, ex-secrétaire de Consul, mais surtout descendante d’une lignée de résistants et de marins, dont un frère mort en service commandé, Micheline Gain, dite « Mimi », n’est pas du genre à se laisser abattre.

Bien sûr, elle aurait pu mener tranquillement une petite existence sans histoire avec son compagnon saintois, sans se mêler, comme la plupart des arrivants, à la population et aux affaires du pays. Mais, plus forts qu’elle, ses gênes, comme elle dit, et son tempérament de battante ont fait d’elle une vraie Saintoise, militante de surcroît, attachée au sort de ceux qu’on écrase injustement pour leurs idées ou leur engagement.

N’ayant nulle intention, à l’exemple de Bayard, de renier la cause qu’elle a choisi de défendre, elle rappelle avec à propos la réponse que le célèbre Chevalier sans peur et sans reproche a faite à François 1er qui lui demandait pourquoi il n’avait que des Savoisiens dans son armée : « Sire, répondit Bayard, ce sont les seuls qui ne tournent pas le dos à l’ennemi. »

Plage de Grande Anse

Plage de Grande Anse

Voilà la devise, le mot d’ordre ancestral, qui anime Mimi, la Savoisienne devenue Saintoise.  Et l’opposition municipale qu’elle a ralliée naturellement peut compter en toute confiance sur cette nouvelle Dame de fer, insensible aux menaces et prête à s’exposer pour plus de justice et d’égalité sur une petite île perdue qui pourtant au départ n’était pas la sienne.

Texte et propos recueillis par Raymond Joyeux

Cet article a été publié dans Actualités saintoises. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Micheline Gain : une Savoisienne devenue Saintoise militante

  1. Rogers dit :

    Tout à fait vrai, c’ est le genre de personnage que je ne manque de dire bonjour à chacune de mes arrivées sur le quai de terre de haut.Acceuillante, souriante,charmante, comme venue d’un petit scénario de film français, elle est là à regarder les allées et venus des touristes au quotidien.Comme tu y est plus présent que moi, Raymond, aux saintes, peux tu à l’occasion lui faire de gros bisous de ma part, merci.

  2. le grand dit :

    tatie danielle cette femme vous connaissez d elle que la bonne face mais pas le coté sombre

    • raymondjoyeux dit :

      Peut-être avez-vous des raisons personnelles de penser cela car qui n’a pas son « côté sombre » ? Nul n’est parfait. Je peux vous dire cependant que les Saintois ont de la chance puisqu’en 13 ans de vie à Terre-de-Haut, Mimi a toujours présenté à tous son côté lumineux.

  3. taylor dit :

    oui a méditer ……………

  4. Gain mimi dit :

    legrand: personne n’est parfait et heureusement sinon la vie serait bien monotone. Mon défaut c’est de ne pas plier devant les attaques…peut-être en avez-vous fait l’expérience ?

  5. Gain mimi dit :

    Rogers: je te remercie c’est toujours avec un grand plaisir que je vois arriver les amis, chassons le naturel et tu vois il revient au galop !!!

  6. Roland et Martine dit :

    Bonjour Micheline,
    Un petit coucou de la part de Roland et Martine depuis Perly CH.
    Cela nous fait plaisir d’avoir de tes nouvelles.

    • vonvon dit :

      roland et martine quel bonheur d’avoir de vos news depuis la Suisse. Laissez moi vos coordonnées mail que je puisse vous écrire.

      • Roland et Martine dit :

        Micheline,
        Comment t’envoyer mon mail sans que tout le monde puisse y accéder?
        Je vais être envahi de spams si je fais ça.
        Comment faire?
        A +

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s