Terre-de-Haut : évolution du clocher et de l’église

Notre ami Igor Schlumberger, grand amoureux des Saintes, par un patient et passionné travail de recherche dans les archives photographiques de notre commune, a sélectionné pour nous une série de clichés montrant l’évolution du clocher de l’église de Terre-de-Haut. Pratiquement depuis l’origine jusqu’à nos jours. Avec son aimable permission, je vous propose le lien de sa video que vous trouverez ci-dessous, en fin de chronique.

De Clochers en Clochers :
une brochure du Père Camille Fabre

En attendant de vous rendre sur la vidéo d’Igor, voici, extrait de la brochure de Clochers en Clochers, réalisée en 1979 par le père Camille Fabre, un article qui retrace l’évolution de l’église elle-même, et sa transformation par le Père Jean-Marie Offrédo, curé de Terre-de-Haut de 1945 à 1962, soit 17 années de ministère paroissial aux Saintes :

Les Origines
(Texte du Père Camille Fabre)

« Faute de documents, écrit le Père Fabre, il nous est impossible de parler de ce qui se passa à Terre-de-Haut du point de vue religieux entre 1648 et 1846, année où apparait dans nos archives le premier rapport paroissial. Il concerne d’ailleurs les deux îles de Terre-de-Haut et de Terre-de-Bas. Toutes deux sont administrées par l’abbé François Jégo, né en 1814 dans le Finistère. Ses deux églises ont une toiture défectueuse. Il donne 577 habitants pour Terre-de-Haut ; il y a une école de garçons avec 17 élèves, l’autre de filles avec 45. En 1852, c’est l’abbé Delpont, âgé de 29 ans, qui est curé de Terre-de-Haut…

L’église bâtie en pierres est en assez bon état, mais l’intérieur est pauvre. Il n’y a que le maître-autel qui soit passable. Elle est bénite sous le patronage de l’Assomption de la  Sainte Vierge, située au centre du bourg. Elle est commode et suffit à la population. Il n’y a point de fonts baptismaux, ni de reliques. Il y a une petite chapelle à l’hôpital où M. le curé dit la première messe aux principales fêtes. Elle est en bon état…

1856, le clocher est surélevé pour recevoir une cloche

1945- 1962 :
Le Père Jean-Marie Offrédo :
un curé bâtisseur

Des années durant, le Père Offrédo a fait le tour de son église, il l’a meublée, ornée, parée, embellie, mais ce n’était à ses yeux que des détails. Il rêve d’agrandissement, de transformations. Une longue étude est faite, dont nous ne connaissons pas l’auteur, propose des éléments à conserver, notamment pour préserver son caractère « d’église de littoral et d’enchantement pour les marins, il faut garder la façade, mais le clocher, cet affreux édicule de tôles sans formes, doit disparaître », et faire place à une haute tour carrée apparentée à un phare. L’agrandissement ne pouvait se faire que par allongement du sanctuaire et l’adjonction d’un transept. 1952 passe, on attend, car il faut entente avec la Mairie et même obtenir un bout de terrain pour permettre le développement de la nouvelle église.

On fouille les archives pour savoir de quelle surface réelle était le terrain donné par le sieur Sainte-Marie Grizel pour l’église, il est bien difficile d’ailleurs de trouver à Terre-de-Haut des titres officiels de propriété, alors finalement, on va ouvrir le chantier.

La mission de 1954, marquée par l’érection d’une croix, le passage de la « Jeanne » et un don important laissé par les équipages favorisent le démarrage. On traîne encore un peu et en octobre 1955 l’équipe de Ramkelaouan donne les premiers coups de pioche.

Le chœur rénové est bénit le 19 février 1959 par Mgr Jean Gay –

Enfin, le 19 février 1956, c’était un jour de liesse aux Saintes et une douce consolation pour le Père Offrédo qui voyait récompenser plusieurs années d’efforts accomplis pour restaurer et agrandir son église…

Façade décapée, nouveau clocher et transept : œuvre du Père Offrédo

Magnifique journée consacrant une belle œuvre. Reste encore le clocher à édifier, mais le Père Offrédo a confiance en la Providence et en la générosité de ses nombreux amis.

Le clocher attendu ne tarda guère, avant la fin de l’année avec les conseils de M. de Salme, il couronnait l’ouvre d’agrandissement. »

Le clocher en béton de 1956, fragilisé par le séisme de 2004, sera abattu.

Une vidéo d’Igor Schlumberger

Voici pour finir, mieux qu’un simple texte, les différents stades de la transformation du clocher de Terre-de-Haut, mises en images par notre ami Igor :

https://www.youtube.com/watch?v=h-070lwliVI&feature=youtu.be

Le texte entre guillemets est du Père Camille Fabre
Les photos sont du Frère Marian et d’Igor Schlumberger
La video est d’Igor Schlumberger que je remercie pour sa contribution.
La présentation est de Raymond Joyeux
Article publié le mardi 23 mars 2021

Cet article a été publié dans Histoire locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Terre-de-Haut : évolution du clocher et de l’église

  1. Liliane CORBIN dit :

    Très émouvante vidéo. Merci Raymond de l’avoir jointe à votre article !

    • raymondjoyeux dit :

      Bonjour Liliane, je crois savoir que vous avez vous-même fait des recherches sur l’église de Terre-de-Bas et que avez publié un intéressant article à ce sujet dans une brochure généalogique à laquelle vous collaborez. C’est à moi de vous remercier pour votre contribution à la connaissance de l’histoire des Saintes.

  2. Dominique P. dit :

    Oui, au gré des décennies une touchante video, merci Raymond!

  3. ALAIN JOYEUX dit :

    une enquete historique toujours aussi intéressante. Se pose pour moi deux questions au sujet de la première photographie : Le premier clocher date à priori de la date indiquée (1855 – sans doute fait consigné dans des archives écrites) mais la question est sur la date effective de la photographie elle-même, d’assez belle facture, qui ne semble pas correspondre à la technologie photographique balbutiante de l’époque, même si cela n’est pas tout à fait inconcevable ( voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_photographie) … La seconde question est relative à ce qui est apparent au delà du clocher , qui montre un promontoire rocheux voir une sorte de lagon dans la rade, apparition assez étrange qui me fait poser cette question : s’agit-il vraiment d’une photo de terre de haut ?… même si le reste semble ll’attester…

  4. raymondjoyeux dit :

    Alain, mis à part ce problème technique de la photographie, je me suis posé la même question que toi car je ne reconnais pas bien le paysage à l’entour de l’église. Par mail, j’ai interpelé Igor, l’auteur de la vidéo. Il me confirme que c’est bien TDH. Ce qu’on pourrait prendre pour un lagon, c’est une partie de la baie (entre la poissonnerie actuelle et la maison de D. Déher,) cachée aujourd’hui par l’ancien hôtel La saintoise. Le promontoire rocheux à droite serait celui de la Tit Anse, à proximité de la maison des jeunes et de l’actuelle place des Héros… En face de l’église, on reconnaît un mur d’enclos comme celui d’aujourd’hui. Deux choses continuent néanmoins à m’intriguer, ce sont les petits bâtiments en dur sur le côté droit, à l’arrière de l’église, et la bande de verdure qui semble prolonger le rocher de la Tite Anse pour former ce qui apparaît comme un lagon. Je rappelle qu’il pourrait y avoir eu autrefois une bande de terre plus importante, reliant le rocher à la terre ferme, et séparant les deux baie, celle de la poissonnerie et celle du Fond Curé. Cette bande de terre aurait perdu sa végétation et se serait rétrécie au cours des ans.. Voilà ma conclusion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s