Terre-de-Haut : hommage et reconnaissance à nos agents communaux

Se prendre en charge :
une spécificité majoritairement inconnue des Saintois

S’ils ne sont pas les seuls, les Saintois sont rouspéteurs de nature. Tout le monde le sait. La majorité d’entre eux, de tout temps, ne comptent que sur la commune pour résoudre leurs problèmes. Qu’ils soient personnels ou collectifs. Et si ça tarde un peu, ils rouspètent ! Il faut dire que depuis près de 50 ans, ON les a habitués à ne jamais se prendre personnellement en charge, ou si peu ! Pourquoi se gêneraient-ils aujourd’hui ?

IMG_2437

Bâtiment des services techniques de la commune de TDH

Une étrange habitude imposée : la mairie comme lieu géométrique centralisateur de la vie communale

Il n’y a pas si longtemps encore tout passait par la mairie. C’était une obligation imposée et une bien étrange pratique. Une réunion de parents d’élèves : à la mairie ; une rencontre des marins-pêcheurs : à la mairie ; un bilan associatif (du temps où existaient les associations), à la mairie ; une manifestation prévue de commerçants : encore à la mairie ; la programmation d’une chorale ou l’organisation d’une soirée récréative, toujours à la mairie, et j’en oublie certainement… Tout cela bien entendu orchestré et dirigé par M.M nos maires en personne. Personnages publics importants certes, polyvalents de nature, ça va de soi, mais aussi histoire sans doute de se tenir informés des moindres faits et gestes de la vie de leurs administrés et d’ y mettre leur grain de sel. Belle et noble raison ! Et comme on n’a jamais eu l’idée (et surtout pas la volonté) – au cas où les opposants en bénéficieraient –  de créer une maison des associations, au fonctionnement indépendant des instances politiques et municipales, comme cela existe partout ailleurs, il faut bien se réunir quelque part, alors pourquoi pas à la mairie ? N’est-elle pas appelée, après tout, maison du peuple ?

P1030212

Étrange maison du peuple, accueillante plus souvent qu’à son tour !

Un personnel mis à rude épreuve, toujours sur la brèche

Mais trêve d’ironie de mauvais aloi et de persiflage. Malgré son toit rouillé, la mairie de Terre-de-Haut existe et fonctionne bien. Et c’est tant mieux. Avec son maire d’abord qui répond systématiquement de bonne grâce à tous vos courriers ; avec son personnel administratif ensuite, accueillant et coopératif, toujours prêt à vous écouter, à vous informer et à satisfaire vos demandes,… sans attendre des mois pour vous fournir une fiche d’état civil. Mais aussi et surtout avec ses agents techniques qu’on pourrait qualifier des « services extérieurs », chargés de tout ce qui touche à l’entretien et à l’embellissement des biens communaux ; à la propreté du bourg et à la sauvegarde de son patrimoine et de son environnement : abattage, élagage, broyage, balayage, nettoyage, ramassage, jardinage… Tâches ingrates s’il en est, mais indispensables, et qui méritent qu’on s’y attarde au lendemain des intempéries de septembre qui nous ont si cruellement touchés.

IMG_8950

Jean-Charles, le roi incontesté du râteau

Impatience et rouspétance

Bien entendu, les choses ne se passent jamais assez vite et aussi bien que nous le souhaitons. D’où la rouspétance évoquée plus haut et un sentiment de frustration, voire d’injustice de certains qui attendent que l’on déblaie devant leur porte où s’accumulent encore, plus de deux mois après le passage de l’ouragan, les méfaits trop visibles de Maria.

IMG_2440

Que l’ON déblaie ! Oui, mais qui ? Sinon justement ces agents communaux qui dès le lendemain de la tempête jusqu’au jour d’aujourd’hui (1er décembre 2017) n’ont ménagé ni leur peine ni leur temps pour redonner progressivement à la commune son cachet d’avant : noria journalière incessante d’engins, bennes et camions pour collecter les encombrants de toute nature, polluant les rues et le littoral : tôles et ferrailles rouillées, antennes de TV délabrées, branchages enchevêtrés, vieilles planches vermoulues, gouttières plastiques endommagées, filets, cordages et bâches échoués qu’il faut désensabler… Ajouté à cela le service régulier de ramassage des déchets ménagers et des appareils électriques hors d’usage qui viennent s’additionner aux lourds sacs de vinyle noir, remplis à ras bord, bien connus – mais mal aimés à juste titre – des éboueurs matinaux.

Et après cela il serait injuste et déplacé de rendre hommage à ce personnel exceptionnel sans qui toutes les communes, dont la nôtre, crouleraient sous les décombres et la pestilence ? ! Bien au contraire, c’est ne pas le faire qui serait injuste !

IMG_2435 (1)

René, symbole souriant de l’agent technique impliqué dans le nettoyage communal

 Et si chacun y mettait du sien ?

Et si, pour les aider, chacun y mettait un peu du sien ? Râteaux, pelles, brouettes, sachets poubelles, cela coûte si peu en comparaison des efforts fournis par nos agents communaux. Et, à vrai dire, tout le monde n’est pas resté les bras croisés. On en a vu – souvent les mêmes – qui quotidiennement se sont retroussé les manches sans attendre le secours providentiel de la collectivité. Et c’est grâce au travail combiné et complémentaire des uns et des autres que Terre-de-Haut commence à redevenir propre et belle, en dépit de quelques amoncellements toujours visibles mais qui, avant Noël, nous en sommes persuadés, auront disparu pour la satisfaction de tous.

IMG_2206

Mieux vaut se munir des gants solides et résistants pour ce genre de récolte !

IMG_2112

IMG_2175

IMG_2188

Reconnaissance et hommage amplement mérités

Voilà l’hommage que je tenais, en votre nom et au mien, chers compatriotes, à rendre à tous ces particuliers et à nos nombreux agents communaux des « services extérieurs » qu’il faudrait citer individuellement tant ils sont tous aussi méritants et généreux les uns que les autres. Merci et bravo mesdames et messieurs pour votre engagement et votre sens du bien commun au service de la collectivité de Terre-de-Haut.

IMG_2444 (1)

Un bon bricoleur fouineur et persévérant y trouverait son compte !

IMG_2449

Amoncellement hétéroclite de déchets sur fond de navire de croisière : 29/11/17

 La délation : pratique policière ou sport favori de certains

Dans ce remue-ménage incessant de remise en état de notre île, on peut être sûr en tout cas que ce n’est pas vous, particuliers responsables et agents techniques communaux, qui perdez votre précieux temps à téléphoner aux autorités pour leur rapporter qu’ intel ka koupé piébois ; qu’ intel ka planté pikets ; qu’ intel ka fè ci ; ka fè ça … Ceux-là, ce sont des makos patentés, comme on dit vulgairement chez nous. Des tontons macoutes décérébrés qui, en d’autres temps, auraient dénoncé à coup sûr leurs voisins innocents pour les envoyer à la mort. On peut être certain aussi que ce ne sont pas eux qui ont tenu un râteau ou une pelle pour nettoyer, après le cyclone, devant leur porte. Ils ont préféré ou préfèrent encore attendre en délateurs, qu’on vienne le faire à leur place. Triste et pitoyable réalité que ce sport imbécile et honteux que pratiquent certains habitants de notre commune, au cerveau dérangé, toujours à l’affût du mal qu’ils pourraient faire aux autres. Ce à quoi il faudrait ajouter que cette attitude maladive et perverse devrait être depuis longtemps  éradiquée de nos mœurs saintoises si, au lieu de l’encourager, les responsables politiques successifs – car la politique sert aussi à éduquer – l’avaient désapprouvée en remettant à leur place ces minables petits rapporteurs, en quête, faute d’intelligence, d’une hypothétique et monnayable reconnaissance.

IMG_2418 (1)

Élagage individuel pour suppléer à la surcharge municipale : autorisation officielle indispensable

Car la vraie et respectable reconnaissance, s’il faut en attribuer une, c’est à nos agents communaux qu’elle revient. À ceux et celles qui chaque jour font leur boulot de façon désintéressée. Sans chercher à nuire à qui que ce soit. Pour la simple et unique satisfaction d’accomplir une responsabilité honnêtement assumée.

****

Toutes les photos sont de Raymond Joyeux. Celles présentant des personnes sont publiées avec l’autorisation des intéressés que l’auteur remercie pour leur collaboration.

Raymond Joyeux

PS : Une pensée particulière en ce début décembre pour la famille Bocage qui vient de perdre coup sur coup deux de ses membres : Michel, resté 23 ans paralysé à la suite d’un accident cérébral et Jean-Michel, le fils de Carmen et de notre regretté Francis. À leurs parents, proches et amis nous adressons nos très sincères condoléances et notre plus vive sympathie. Condoléances et sympathie à partager avec les familles Hoff et Bride à l’occasion du décès en métropole de Maryse, épouse de notre ami Philippe.

 

Cet article a été publié dans Actualités saintoises. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Terre-de-Haut : hommage et reconnaissance à nos agents communaux

  1. Liliane CORBIN dit :

    Civisme … incivisme…!
    Comme je comprends votre colère, Raymond !
    Bravo pour l’hommage à ceux qui le méritent !

    • raymondjoyeux dit :

      Merci, chère Liliane, pour votre commentaire qui me permet de faire une mise au point concernant cette présente chronique. Étant fiché dans « l’opposition », ce que je revendique pleinement, certains de mes amis se sont étonnés que je fasse l’éloge des employés municipaux alors que je suis censé à leurs yeux avoir pris mes distances avec « la politique locale ». Ce qui par ailleurs est parfaitement vrai. Encore faut-il savoir lire entre les lignes et distinguer l’éloge de la critique. La reconnaissance du désaccord.

      Ce n’est pas parce que, ayant les yeux ouverts, je désapprouve en tant que citoyen la politique municipale actuelle et ses conséquences désastreuses sur l’état notre commune, qu’il ne me faut pas reconnaître qu’au sein de l’administration communale et en particulier au niveau des agents dits des « services extérieurs » comme je les nomme, se fait un travail exceptionnel qui mérite selon moi d’être mis en valeur. Que mes amis se rassurent, la reconnaissance exprimée à ces agents communaux, que je côtoie pratiquement tous les jours et avec lesquels j’ai toujours entretenu de très bons rapports, n’entache et ne modifie en rien mes convictions sur la politique générale menée à Terre-de-Haut.

      Ma colère, comme vous dites, Liliane, s’exprime surtout à l’égard de cette pratique policière organisée qui consiste à s’occuper des moindres faits et gestes de certains administrés pour chercher à leur faire du tort pour la seule raison qu’ils sont supposés être des opposants. Et selon moi, le plus à blâmer dans cette pratique ne sont pas ceux qui s’y adonnent – bien qu’ils soient eux aussi coupables – mais ceux qui l’ont mise en place et qui l’approuvent et l’encouragent.

  2. Hermantin Cyril dit :

    Bravo pour votre hommage « poétique « , M.Joyeux!
    Les Saintes sont, aussi comme d’autres villages de France, la scène de ces « figurants » dont la fonction si petite soit elle mérite un hommage tant leur rôle est important. L’un d’entre eux, mon oncle Yvon Belenus, à la retraite, maintenant y a bien contribué. Hommage à lui et à tous.

  3. Alain Thouret dit :

    Merci à ces employés municipaux et personnes de bonne volonté qui ré-embellissent les Saintes.
    Quant aux délateurs, la méchanceté, tel le boomerang, leur reviendra dans la g…. !

  4. ALAIN dit :

    Superbe photo du tas d’encombrants sur fond de bateau de croisière…

    On pourrait voir cela comme un paradoxe.

    Un autre point de vue serait celui de deux types d’encombrants se donnant rendez-vous sur une même image… car le luxe superficiel, ce bâtiment de croisière pouvant le symboliser, nous encombre (la vue, la vie…) souvent tout autant que les immondices toujours plus volumineuses à évacuer.
    Nos déchets d’aujourd’hui ne sont ils pas notre luxe d’hier ?…
    Je suis du coup perplexe en regardant mon frigo tout neuf !

    Redécouvrir, une  » sobriété heureuse » dans nos équipements domestiques et nos mode de consommation serait-il une voie d’avenir enfin soutenable ?

    Un problème de société mais une question de choix individuels… Car si l’analyse est aisée, la mise en pratique est difficile. la tentation du « toujours plus » est permanente, nos habitudes et notre paresse à changer est tenace, malgré nos convictions souvent balayées pour enfin avoir ce nouveau frigo (même si l’ancien fonctionne encore ou peut être facilement réparé) !

  5. Liliane CORBIN dit :

    J’apprécie : la mise au point, les commentaires, les mea culpa de chacun. Rendons à César … C’est bien ainsi que je conçois la justice, l’honnêteté … Vous avez raison Raymond, de faire la part des choses et mettre les points sur les « i » s’avère souvent nécessaire afin que le lecteur ne se méprenne sur la pensée de l’auteur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s