Dépaysement estival en Pologne

UnknownAprès la Scandinavie, la Pologne

Notre expédition en Pologne, cet été 2017, diffère de beaucoup de notre escapade de l’an dernier en pays nordiques. Alors que nous n’ étions partis que quatre en voiture pour la Hollande, le Danemark et la Suède, cette année, c’est en voyage organisé avec 36 autres personnes que nous avons parcouru le Sud de la Pologne. Un périple néanmoins inoubliable de 10 jours en dépit de longues heures de bus, à l’aller comme au retour, entrecoupées, heureusement d’arrêts réguliers nous permettant de nous dégourdir les jambes et de nous substanter de modestes repas tirés du sac, le premier et le dernier jour du voyage.

IMG_1238 - copie

Une initiative de la Chorale Traditions

C’est L’Amicale des Anciens de la Chorale Traditions de Montceau-les-Mines, sous l’énergique férule du dynamique et sympathique Daniel, secondé par le père Tadeusz de IŁOWA, chez qui nous faisons notre première escale, qui a eu la très bonne idée d’organiser ce mémorable « dépaysement ». Dépaysement au sens étymologique du terme dont l’itinéraire, minutieusement préparé ne nous a réservé que d’agréables surprises, tant pour les incontournables visites programmées que pour le gîte et le couvert dans trois hôtels différents, réputés pour leur accueil toujours cordial et empressé et pour la qualité exceptionnelle de leurs mets le plus souvent traditionnels.

17 heures de route à travers la France et l’Allemagne

IMG_0826

Mulhouse, dernier arrêt avant l’Allemagne

Partis des Gautherets en banlieue montcellienne le 31 juillet à 4 heures du matin, nous prenons la direction de Mulhouse, dernière ville française avant l’Allemagne, dont nous côtoyons sous le soleil, sans nous arrêter, les villes de Karlsruhe, Nuremberg et Dresde. Si les autoroutes allemandes sont gratuites, bien entretenues et sans limitation de vitesse, leurs aires de repos aux toilettes payantes, sans chauvinisme aucun, sont loin de valoir celles de la France. Malheureusement, en bus, notre vitesse à nous est forcément limitée et les innombrables zones de travaux nous ralentissent et nous font prendre un retard de deux heures sur l’horaire prévu. C’est donc à 21 heures, alors qu’il fait encore jour, que nous sommes heureux de mettre pied à terre et de découvrir notre première étape polonaise : IŁOWA, petite ville de 4000 habitants dont nous n’avons pas le temps de voir grand chose, et dont la visite d’ailleurs n’est pas prévue au programme. Accueillis pour le repas à la cure de Tadeusz, nous soupons, à volonté, comme des rois, pressés cependant de gagner nos chambres à l’hôtel Janków après ces 17 heures de route, interrompues seulement de trois courts arrêts plus que  bienvenus, en dépit d’une canicule qui n’a rien d’exceptionnel pour la saison…

IMG_0851

Hôtel Janków, ancienne villa allemande où nous passons notre première nuit.

Mardi 1er août :  BOLESŁAWIEC et WROCŁAW 

Le petit déjeuner à la résidence Janków est à l’image de tous ceux que nous aurons à déguster par la suite : choix de jus frais, fromages, œufs brouillés, charcuteries diverses, fruits de saison, lait, café, thé… petits pains exquis au sésame ou au pavot qu’on peut tartiner à volonté de beurre local, de confiture ou de miel, selon ses goûts et habitudes. Et même si ce n’est pas le cas, personne ne se prive de bien garnir assiette et soucoupe, histoire de faire honneur à la tradition du « buffet suédois » comme est appelé ici ce « p’tit dej » gargantuesque, à la mesure de la générosité légendaire de nos hôtes… Mais Daniel veille, il ne s’agit pas de flâner, le bus nous attend déjà et à 7 heures tout le monde, avec armes et bagages, doit être ceinturé à son siège. Nous n’avons que peu de temps pour faire quelques achats au magasin d’usine de céramique d’art de BOLESŁAWIEC et visiter WROCŁAW en voiturettes électriques… avant de prendre à 15 heures, juste après le déjeuner, la direction de Kraków et de notre prochain hôtel.

IMG_0872

IMG_0863

WROCŁAW : Capitale 2016 de la culture européenne

Fondée au 10ème siècle, cette capitale de la Basse-Silésie, est la quatrième ville de Pologne avec plus de 630 000 habitants. La ville est traversée par le fleuve Oder qui se divise en plusieurs bras dont les rives sont reliées par pas moins de 120 ponts. Caractéristique qui a valu à la cité le surnom de « Venise polonaise » ou Venise du Nord. Ville universitaire, WROCŁAW accueille près de 150 000 étudiants de toutes nationalités. De nombreux Prix Nobel y ont étudié et obtenu leur diplôme. Les organisateurs de notre voyage nous ont concocté avec bonheur un tour de ville en voiturettes électriques, particulièrement apprécié et instructif car un guide parlant impeccablement le français nous dévoile, souvent avec humour, les aspects les plus insolites de la ville dont la présence dans presque toutes les rues de lutins en bronze érigés à partir de 2001. On compte actuellement plus de 350 de ces figurines, protégées par le gouvernement et constituant avec nombre de monuments, d’églises, de théâtres, de musées, l’une des attractions principales de la ville…
IMG_0885

IMG_0912

Sur l’un des bras de l’Oder nous découvrons avec surprise ce pont aux cadenas d’amour, semblable à ceux de Paris dont les grillages, comme au Pont des Arts, croulaient sous des tonnes de métal, ce qui a nécessité leur récent enlèvement par les autorités de la capitale. Ici, à Wrocław, les fameux cadenas sont encore parfaitement visibles et, pour l’instant, personne ne semble vouloir les enlever. Les amoureux qui les ont avec ferveur accrochés peuvent continuer à dormir tranquilles dans les bras l’un de l’autre, et à s’aimer sans souci !

IMG_0886

Le Pont aux Cadenas d’amour

IMG_0944 (1)

 Hôtel de ville gothique construite entre 1242 et le XVI ème siècle, rénové en 1950

À vrai dire, les merveilles architecturales et naturelles de cette magnifique ville avec ses îles sur l’Oder sont si nombreuses, qu’il m’est impossible de vous les présenter toutes, surtout que, délaissant nos voiturettes électriques, nous sommes attendus au restaurant Dwór Polski, non loin de la place principale, pour un repas bien mérité, avant de prendre à 15 heures la route de KRAKÓW. C’est à sa périphérie, à trois heures de route de WROCŁAW, que notre prochain hôtel a été réservé. Pressés par un Tadeusz inflexible sur l’horaire, ceux (surtout celles) qui avaient envisagé de faire du lèche-vitrines en restent pour leurs frais !

IMG_0921 

IMG_0904

L’Hôtel de ville et son beffroi vu sous un autre angle

IMG_0937

Sur la place chauffée au soleil...

Direction KRAKÓW et l’hôtel JURAJSKI

C’est autour de 19 heures que notre bus climatisé (il fait 35° au dehors) nous dépose à notre second hôtel : le JURAJSKI. Comme l’ascenseur est souvent utilisé, nous nous résignons à monter nos valises au deuxième étage par l’escalier et à prendre possession de nos chambres, toujours accueillantes avec salle de bains et toilettes attenantes. Lits séparés comme il se doit mais couchage moelleux à souhait, comme une invite exclusive au repos, après ces deux premières journées enrichissantes, mais pour le moins rythmées et quelque peu harassantes. Dans la touffeur atténuée du soir, petite promenade autour de l’hôtel après le repas bien arrosé de bière du pays, avant de regagner nos chambres aux lits séparés. Il est 22 heures 30, le ciel est étoilé, demain est un autre jour !…

IMG_1313

Notre hôtel à la périphérie de KRAKÓW : Le Jurajski

Texte et photographies : Raymond Joyeux

 

Cet article a été publié dans Voyages voyages.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dépaysement estival en Pologne

  1. Jean S Sahaï dit :

    Merci cher Raymond. Je connaissais sustenter mais substanter me plaît tout autant, plus de moelle! À bto js

    • raymondjoyeux dit :

      Sustenter, substanter : Voilà l’agrégé d’anglais qui corrige le petit prof de français ! Autrefois employé, substanter est en effet considéré aujourd’hui comme « vieilli ». Mon dictionnaire me l’avait signalé mais j’ai préféré le garder pour rester entre « vieux ». Mon cher Jean, je reconnais bien là ton œil averti et ton esprit plus que jamais perspicace. À propos (mais il n’y a aucun rapport) je te dois 25 € pour un livre de toi vendu aux Saintes. À notre prochaine rencontre, je te règle rubis sur ongle. Je t’espère en bonne santé et te renouvelle mon amitié. (Je me relis avant de publier, une phaute est si vite arrivée) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s