Pour commencer l’année en BEAUTÉ…

Un livre exceptionnel

la beauté 1En ce début de l’année 2015, vous remerciant chaleureusement de vos vœux et de votre fidélité, je me permets de vous conseiller un livre magnifique sur un des aspects les plus prégnants de notre vie quotidienne : la recherche et la contemplation de la Beauté. De la beauté sous toutes ses formes : naturelle, (je veux dire de la nature qui nous entoure), humaine, littéraire, picturale, musicale… Ce concept auquel chacun peut donner sa propre définition, tant il est chargé de subjectivité, est magistralement analysé à partir d’exemples iconographiques abondamment présentés par Umberto ECCO, l’auteur mondialement connu du Nom de la Rose  qui a assuré la direction de l’ouvrage. Publié à Milan en 2004, traduit de l’italien et paru en France chez Flammarion en 2010, on trouve actuellement l’Histoire de la Beauté dans toutes les bonnes librairies, et si vous êtes amateur d’esthétique (qui ne le serait pas ?), soucieux de vous enrichir culturellement, courrez sans tarder vous le procurer.

Umberto ECCO : un auteur de premier ordre

Photo Wikipedia

Photo Wikipedia

« Professeur, essayiste, romancier, sémiologue, linguiste, Umberto ECCO, né en 1932 dans le Piémont (Italie), n’a cessé de tirer son fil rouge : celui du langage, s’imposant comme le maître incontesté de la sémiotique. Parallèlement, son œuvre romanesque, du Nom de la Rose (Grasset 1983) au Cimetière de Prague (Grasset 2011), couronnée par les prix littéraires les plus prestigieux, connaît un succès mondial. » Telle est la présentation succincte de l’auteur en 4ème de couverture de l’Histoire de la Beauté. Nous retiendrons cependant que sa production en qualité d’essayiste dépasse de loin ses œuvres de fiction, généralement basées sur un contexte et des faits historiques, et ne compte pas moins d’un cinquantaine d’ouvrages très savants ayant pour thème principal la sémiotique, c’est-à-dire, pour résumer, l’étude des signes et leur signification.

Histoire de la Beauté

La Naissance de Vénus - Botticelli

La Naissance de Vénus – Botticelli

Ce livre de 440 pages commence par une interrogation : la Beauté peut-elle se définir rationnellement ou s’agit-il tout simplement d’une appréciation purement subjective ? Umberto ECCO et ses collaborateurs, pour tenter d’y répondre, nous proposent une étude détaillée des plus grandes œuvres de la culture occidentale, de l’antiquité à nos jours. Nous découvrons ainsi à l’aide de reproductions picturales de haut niveau d’impression et de textes sublimes, les multiples facettes de la Beauté, même celle présente dans les monstres de Jérôme Bosch, car nous dit ECCO, la Laideur est nécessaire à la Beauté. Les rabats de la jaquette de l’ouvrage sont truffés de citations d’auteurs, de Plotin à Victor Hugo en passant par Baudelaire, Sapho, Léonard de Vinci, John Keats… Auteurs qui exposent en quelques mots leur conception de la Beauté, l’assimilant parfois, comme Guillaume de Conches (12 ème siècle) « à tout ce qui apparaît dans les éléments singuliers (du monde), comme les étoiles dans le ciel, les oiseaux dans l’air, les poissons dans l’eau, les hommes sur la terre. »

Portrait présumé de Gabrielle d'Entrées et de sa sœur - Artiste inconnu

Portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de sa sœur – Artiste inconnu

« Représenter la Beauté du corps signifie, pour le peintre, répondre à des exigences tant théoriques – qu’est-ce que la Beauté, à quelles conditions est-elle connaissable , – que pratiques – quels canons, quels goûts, quelles coutumes sociales permettent de dire qu’un corps est « beau » ? Page 193.

Albretch Dürer : Autoportrait à la fourrure -1500

Albretch Dürer : Autoportrait à la fourrure – 1500

« La Beauté classique est sentie comme vide, sans âme. Les maniéristes privilégient les figures en mouvement, et surtout le S, figure serpentine qui ne s’inscrit pas dans un cercle ou un quadrilatère géométrique mais renvoie plutôt à des langues de feu. »  page 220.

La Vénus Médicis

La Vénus Médicis – Sculpteur grec inconnu

« La grâce diffère peu de la beauté et en comporte bien des éléments. Elle concerne la posture et le mouvement et tient à l’absence totale d’embarras, à une légère inflexion du corps, et à une disposition générale des parties qui exclue toute gène réciproque comme tout angle aigu et saillant (…) chacun pourra s’en convaincre en examinant la Vénus Médicis. » Edmund Burke – Page 293.

********

Ce mercredi 7 janvier 2015, alors que je termine cette chronique, un attentat, perpétré par des ennemis de la culture et de la liberté d’expression, tue 12 personnes au siège de Charlie Hebdo à Paris.
En solidarité avec tous ceux et toutes celles qui condamnent cet attentat, avec les familles et les proches des victimes, je me permets d’afficher ce slogan repris et arboré par des millions de personnes en France et dans le monde et auquel j’adhère bien évidemment en mon nom personnel :

0280000007844089-photo-je-suis-charlie

Cet article a été publié dans Réflexions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Pour commencer l’année en BEAUTÉ…

  1. ALAIN JOYEUX dit :

    Merci pour cette suggestion littéraire que je ne manquerai pas d’aborder très prochainement …

    En ce qui concerne l’événement dramatique que tu évoques, je fais front également à ma mesure et dans mon domaine d’action: la culture et l’art qui est le ferment de toute civilisation humaine digne de ce nom. Ceux qui s’attaquent lâchement à la liberté d’expression et ceux qui les commanditent ne sont que des mauviettes apeurées : Intimidation, division, dissimulation, domination sont leur signature et des attitudes qui caractérisent les prédateurs castrés du plaisir de vivre, des peine à jouir qui voudraient imposer leur mal-être comme ligne de conduite générale, quitte à tuer pour cela.
    « Vivre et laisser vivre » est le crédo de leurs adversaires dont nous sommes, en grande majorité, face à une poignée insignifiante de prédateurs psychopathes qui se gonfle par des actions desespérées… alors une question difficile à résoudre et à vivre : Peut-on tolérer les intolérants lorsque ceux-ci sont une menace directe pour la survie du plus grand nombre ? Le peuple amérindien (par exemple) a fait les frais de n’avoir pas su éviter le génocide et l’acculturation par, au début, une poignée de fanatiques conquérants…
    Autre point de vue tiré d’un conte zen: Un général offusqué par la résistance passive d’un moine qui n’a pas déguerpi comme tous les autres face à la barbarie de son armée, dit à celui qui le défie dans le silence et la contemplation: Sais tu que je pourrais te couper la tête sans sourciller ? Le moine lui répond : Sais tu que je pourrais me laisser couper la tête sans sourciller ?… Est-ce la bonne attitude ?

    Face à la barbarie, qui nous guette de l’extérieur comme en nous-mêmes, souvenons-nous et mettons en pratique cet adage biblique: « Soyons doux comme des colombes et vigilants comme des serpents »

    Bonne année au poète à la mer et à son blog d’expression libre, curieuse, joyeuse et subversive lorsqu’il le faut !

    JE SUIS CHARLIE

  2. alaintht dit :

    Beauté humaine, de la nature, littéraire….des mots que ceux qui occupent notre triste actualité ne connaissent pas. En fait la haine est une laideur (celle là n’est pas nécessaire pour la beauté).
    Plus que jamais JE SUIS CHARLIE.

  3. Christiane MATHOS dit :

    Bonsoir Raymond

    Je te remercie pour les news, en même temps je t’envoie le courrier de mr Pichot et notre programme pour 2015; En espérant te trouver en bonne forme.

    Bien amicalement C.M

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s