Épidémies de choléra et de fièvre jaune aux Saintes en 1865 et 1869

Publiée le 25 mai 2017, cette chronique relate, sous la plume de l’abbé Le Couturier, la survenue aux Saintes en 1865 d’une épidémie de choléra et ses conséquences sur la vie des habitants de Terre-de-Haut. Un rappel historique opportun, selon nous, au moment où nous nous apprêtons à affronter la pandémie du Coronavirus qui touche aujourd’hui notre département et peut-être notre île. Ce récit de l’abbé Le Couturier est extrait de la brochure diocésaine De clochers en clochers éditée en 1979 par le père Camille Fabre. Il n’a pas pour but de nous effrayer ou de nous démoraliser, mais de nous rappeler que nous ne serons jamais totalement à l’abri de tels événements et que nos ancêtres avant nous en avaient fait l’amère et douloureuse expérience.

 Le choléra asiatique *

L’année 1865 n’est pas seulement mémorable pour la Guadeloupe et ses dépendances, par les épreuves que leur fit subir le « coup de vent » du six septembre ; elle est encore et surtout par les dures étreintes de la maladie la plus cruelle qui se déclara contre les malheureux habitants de cette Colonie. Du 22 au 30 octobre, plusieurs personnes, dans le voisinage du Canal Vatable, à Pointe-à-Pitre, moururent au bout de quelques heures seulement de souffrances. Leur mal à toutes avait manifesté les mêmes symptômes, et ce mal, loin de cesser après ces huit jours, se répandit par la ville. Alors, toutes les classes de la population, et spécialement les gens de couleur parmi lesquelles presque toutes les victimes avaient été choisies, furent terrifiées. Beaucoup de familles espérant de trouver le salut à l’étranger se hâtèrent d’abandonner leurs demeures. Bientôt la Basse-Terre et les autres communes virent affluer chez elles l’abondance des fuyards.

*   Titre  de l’article de la brochure 

 

Rue Vatable à Pointe-à-Pitre d’ où est partie l’épidémie en octobre 1865

Origine de la maladie

Mais quelle avait été la cause de cette maladie ? Des étrangers l’avaient-ils apportée du dehors ou avait-elle pris naissance sur les lieux mêmes ? Personne ne pouvait le dire d’une manière certaine ; personne encore, jusqu’à présent, n’a pu le découvrir. Cependant les désastres du mal allaient en grandissant de manière la plus effrayante. Au 15 novembre, presque toutes les paroisses en étaient atteintes. Le 22 du même mois, les Saintes seules et l’Anse-Bertrand restaient intactes. Mais aux Saintes, pouvions-nous espérer de demeurer longtemps ainsi épargnés ? Non, à mon avis. Une quarantaine de cinq jours d’observation qui fut imposée aux embarcations venant des points contaminés ne me semble pas avoir été suffisante. Et puis, les relations fréquentes que nous étions obligés d’avoir, pour notre approvisionnement, avec Pointe-à-Pitre et surtout avec Basse-Terre, où l’on voyait mourir, à certains jours, plus de cent cinquante personnes, nous présentaient le plus grave danger. D’autre part, il n’y avait que quelques jours qu’un beau nombre de personnes étaient venues de la Guadeloupe se réfugier sur notre île. Toutes ces circonstances ne nous étaient pas favorables ; elles nous faisaient craindre…

Le premier décès

Enfin, le 24 novembre, un pauvre père de famille de l’extrémité sud de notre bourg mourait. À partir de ce moment, le choléra, qui l’avait emporté, ne cessa de nous tourmenter jusqu’au commencement de février suivant. Dans ce court espace de temps, il nous emporta cent et quelques personnes à Terre-de-Haut, c’est-à-dire le sixième de la population.

Observation du maire de Basse-Terre : déclaration collective des décès

Mesures prises contre l’épidémie et désenchantement

Ici je dois, ce me semble, rapporter la manière dont le fléau fut combattu dans cette paroisse, et l’influence morale qu’il produisit sur les habitants. D’abord deux ambulances, destinées à recevoir, l’une les hommes, l’autre les femmes, furent établies grâce aux soins de MM. Sylvestre Thomas, adjoint au Maire, le Commissaire de la Marine Bonnefoy, le Docteur Pommeau et Émile Fournier. Il m’en coûte de l’avouer, mais la vérité m’y contraint, ces ambulances recueillirent certains malades qui, si les familles auxquelles ils appartenaient avaient eu plus de cœur, n’auraient pas dû y apparaître. Elles ne furent pas non plus souvent assistées par ceux de nos Saintois qui étaient en santé. Dire, en revanche, l’admirable dévouement qu’y déployèrent les Frères Justin et Barnabé, de la Maison de Ploërmel, et les sœurs Adélaïde et Delphine, de la Communauté de Saint-Joseph de Cluny, ne serait pas chose difficile. Cependant, ces bons frères et ces bonnes sœurs, pas plus que leur curé, n’ont été trouvés bien méritants aux yeux de l’Administration civile. Ici, quatre médailles avec mention honorable ont été accordées, au sujet de l’épidémie qui nous occupe, et nous n’y avons eu part ni les uns ni les autres.

Celles et ceux qui se sont dévoués

En dehors des ambulances où travaillèrent avec une bonne volonté remarquable plusieurs prisonniers de la Maison Centrale qui, en récompense, reçurent une large diminution de leurs peines, les personnes de cette paroisse qui, selon moi, ont, avec les bons frères et les bonnes sœurs précités, marqué le plus d’assiduité et de générosité dans le soin des cholériques sont : MM. le Docteur Poumeau, Floresty, Desvallons, Casimir Lognos, Schmüntz, capitaine du Génie, Bonnefoy, Commissaire de la Marine, les sœurs Saint-Valentin et Stéphanie, de la communauté de Saint-Paul de Chartres, M. Émile Fournier, M. Sylvestre Thomas, adjoint au maire, Melle Olympe Lognos, feu Mme Clément Ihaut et Mme Vve Tichon Saint-Romain. Bien d’autres personnes encore ont marqué un véritable dévouement ; mais comme ç’a été plutôt à l’égard de leurs parents qu’à l’égard du public, je ne cite pas leurs noms…

(NB : les patronymes en rouge ont encore aujourd’hui des descendants à Terre-de-Haut, NDLR)

Influence morale et religieuse de la maladie

Quant à l’influence morale que produisit le choléra sur les habitants de Terre-de-Haut, elle fut immense. Un beau nombre de concubinaires contractèrent mariage ; presque tous les autres cessèrent leurs désordres ; et, parmi les gens qui avaient négligé précédemment leurs devoirs de religion, il ne resta qu’un bien petit nombre de personnes qui ne reprirent pas le chemin de l’église et ne vinrent pas se confesser. Les victimes de la maladie aussi marquèrent les meilleurs sentiments. Toutes demandèrent et reçurent les secours de mon ministère, excepté trois dont deux furent emportés subitement et une mourut au Grand-Ilet sans qu’on soit venu me chercher. Mais ces bons effets religieux ont-ils persévéré ? Quelques-uns ont persévéré et sont pour mon cœur un vrai sujet de consolation. Mais il n’en est pas ainsi de tous, malheureusement. Aujourd’hui, l’indifférence pour l’assistance à la messe et l’immoralité recommencent. En un mot, les Saintois d’aujourd’hui, à quelques exceptions près, sont ce qu’ils étaient il y a un an.

Récolte et distribution des secours

Après avoir parlé des désastres du choléra, je devrais, ce me semble, annoncer que des secours abondants sont venus soulager la misère de nos veuves et de nos orphelins. Des sommes considérables, il est vrai (plus de douze cent mille francs), ont été recueillies en France tant pour nous relever des pertes que nous a occasionnées le coup de vent du 6 septembre que pour assister ceux que la maladie a plongés dans la détresse ; mais à part six cents francs que nous devons à la bienfaisance de Mgr Boutonnet, notre Évêque, pas un centime jusqu’ici n’a été donné à nos pauvres Saintois au sujet du choléra ; beaucoup même d’entre eux n’ont encore rien reçu pour les aider à rebâtir leurs maisons, détruites par l’ouragan du 6 septembre précité. Je n’accuse personne, je constate un fait.

Signé : P. Le Couturier,
curé des Saintes de 1864 à 1867

 Il est à noter que quatre ans plus tard, exactement en avril 1869, une nouvelle épidémie se déclare à Terre-de-Haut : la fièvre jaune. Entre temps, l’abbé MOULY a remplacé le Père Le Couturier à la tête de la paroisse. À peine installé, voici ce qu’écrit le nouveau curé à propos de cette épidémie :

« J’ai eu à songer plutôt aux malades de l’hôpital qu’à mes paroissiens. Une épidémie venait de se déclarer. D’après le docteur chargé du service médical, il y aurait eu soixante-cinq personnes atteintes de ce terrible fléau, et nous avons eu à déplorer trente-cinq morts dont une sœur de Saint-Paul de Chartres : sœur Alexis, un officier du génie et une brigade entière de gendarmerie… Sur la demande de quelques personnes pieuses de la paroisse, et par l’autorisation de l’Évêché, j’ai fait édifier une petite chapelle à l’honneur de la Sainte Vierge, afin de mettre sous son patronage cette paroisse qui a tant besoin de la protection de la Reine des Anges. Parmi les personnes qui ont le plus contribué à la construction de ce petit monument, je ne puis citer que M. Reimonet. »

Tombe de la sœur Alexis, décédée de la fièvre jaune le 6 avril 1889, comme le rapporte le paragraphe ci-dessus. Ignorant sans doute l’histoire de cette religieuse, ceux qui ont restauré sa tombe l’ont confondue vraisemblablement avec un militaire d’où la bande tricolore au-dessus de la croix et le masculin à décédé.

La petite Chapelle de la vierge

La petite chapelle de la Vierge, inaugurée le 1er mai 1870, telle qu’elle était à l’origine. Rénovée depuis, elle est appelée aujourd’hui Chapelle des Marins et donne lieu chaque 16 août à une traditionnelle procession à la Vierge.

PS : Rappelons qu’était édifié à l’Îlet à Cabris un Lazaret de quarantaine destiné à isoler pendant 40 jours les travailleurs immigrés venus de l’Inde et de nos diverses colonies « asiatiques » de l’époque, avant de les envoyer remplacer les esclaves des plantations guadeloupéennes après l’abolition de 1848.

Publié par Raymond Joyeux
le 19 mars 2020

Cet article a été publié dans Histoire locale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Épidémies de choléra et de fièvre jaune aux Saintes en 1865 et 1869

  1. Lysimaque Maguy dit :

    Merci pour ce pan d’histoire aujourd’hui oublié

  2. Aimé dit :

    Oui merci pour qui a mis ceci sur le web. Quelqu’un aurait-il des renseignements sur le capitaine du génie Schmuntz mentionné parmi les gens qui se sont dévoués ?

    • raymondjoyeux dit :

      Bonjour Aimé. Pour répondre à votre question, je vous informe que j’ai répertorié toutes les épitaphes des tombes des marins et personnels militaires morts et enterrés aux Saintes à cette époque. Je n’ai trouvé qu’un seul « Garde du génie » du nom de Patey, décédé le 24 mars 1864, soit bien avant l’épidémie de choléra. Rien concernant le capitaine Schmuntz. Sans doute n’est-il pas mort aux Saintes et aurait-il vraisemblablement regagné la métropole à la fin de sa mission. Certes il y a des tombes sans inscription, mais à ma connaissance son nom ne figure pas sur la stèle récapitulative érigée à la mémoire de ces militaires et marins ayant servi à Terre-de-Haut entre 1856 et 1945. Cordialement.

      • Aimé dit :

        Merci de votre réponse Raymond.
        Sans doute aurai-je d’autres questions.
        Cordialement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s