La voile traditionnelle aux Saintes

L’UGVT pionnière d’un renouveau

histoireC’est dans le sillage de l’UGVT (Union Guadeloupéenne de Voile Traditionnelle) qui, voilà  bientôt 30 ans, est à l’origine, il faut le dire, du renouveau de la voile traditionnelle sportive en Guadeloupe, que les Saintois ont pris conscience qu’ils ne pouvaient laisser aux seuls compatriotes continentaux l’apanage d’une activité qu’ils ont été historiquement et professionnellement les premiers et les plus connus à exercer dans l’archipel caribéen avec la maestria qui a forgé leur réputation.

La suprématie du moteur hors-bord 

Moteurs hors bordLe moteur hors-bord qui fit son apparition à Terre-de-Haut au début des années 60 avait en effet progressivement relégué aux oubliettes l’usage quotidien du foc et de la voile sur le plan professionnel, améliorant ainsi  les conditions de vie des  marins pêcheurs et induisant de facto une modification notable de la carène des embarcations, toujours néanmoins connues aux Antilles sous l’appellation de Saintoises. Je vous invite à relire à ce sujet la chronique du 28 octobre 2013 consacrée au concepteur et constructeur naval Alain FOY.

Le sursaut saintois

Sans attendre, et aiguillonnés par le succès populaire des compétitions de l’UGVT auxquelles les Saintois étaient anormalement absents, les chantiers PINEAU et BOCAGE, respectivement pères et fils, dans un sursaut d’orgueil, d’amour et de passion pour la mer, et pour la plus grande satisfaction de la population saintoise, renouèrent avec bonheur avec cette activité traditionnelle délaissée de charpente maritime et de gréement, activité reconvertie, cela s’entend, en pratique exclusivement sportive. Le premier canot sorti du chantier de feu Francis Bocage fut CARMEN, du prénom de son épouse, qui gagna dès sa mise à l’eau la première complétion à laquelle il participa, en Août 1989. La flotte saintoise affichait alors fièrement pas moins de 11 unités.

Ti boat la 2

Ti Boat La et Twadisyon : une nouvelle génération de voiliers saintois de compétition – chantier Bocage 1990

D’autres constructeurs comme Jariel Hoff, Gilbert et Ludovic Samson, Alain Foy père et fils, entre autres, s’étant joints aux premiers, la flotte saintoise a commencé à faire parler d’elle, aussi bien à l’occasion des régates locales des fêtes communales qu’au championnat et au Tour officiel de la Guadeloupe (TGVT) organisés chaque année par l’UGVT. Toutes compétitions confondues que nos représentants ont maintes fois remportées sous la   conduite entre autres des barreurs Jocelyn Bocage,  Ludovic Samson, Alain Dabriou, Charly Vincent et  du  fin stratège Philippe Petit.

1991 : création d’ Adieu Vat

Camaraderie 2Pour mieux s’organiser et se préparer à ces manifestations hautement physiques et stratégiques, les Saintois n’avaient d’autre solution que de créer leur propre Association baptisée ADIEU VAT, dont l’acte de naissance remonte au 24 février 1991, déclarée en préfecture  le 4 avril de la même année. Le premier bureau était constitué par Eusèbe Dorrifourt, Philippe Bélénus et Guy Maisonneuve. Dirigée aujourd’hui par Jean-Marie Garçon, l’Association comporte actuellement cinq canots traditionnels sponsorisés par diverses entreprises locales et guadeloupéennes. Outre le fait que ses barreurs et équipages défendent plus qu’honorablement les couleurs saintoises, elle est le ciment qui consolide une camaraderie et une solidarité dans la discipline, la loyauté et l’effort que seul peut susciter ce type de pratiques sportives collectives de haut niveau. Malheureusement, sans local ni aides publiques communales, ADIEU VAT ne peut compter pour survivre que sur les moyens financiers de ses sponsors, le bénévolat de ses membres et les primes raflées  aux  diverses compétitions.

L’UGVT  devient le CGVT

president_photoDans cette optique, il convient à nouveau de rendre hommage à l’UGVT créée en 1987, qui a permis ce renouveau de la voile sportive aussi bien en Guadeloupe continentale qu’aux Saintes. UGVT qui, le 25 août 2000 a changé d’appellation et de statuts pour devenir le Comité Guadeloupéen de Voile Traditionnelle, (CGVT) à l’initiative de son président et fondateur Georges Santtalikan toujours en activité (Photo ci-contre). Ce comité, affilié à la Fédération Française de Voile (FFV), regroupe en son sein toutes les Associations de voile traditionnelle de l’archipel, y compris bien entendu celle de Terre-de-Haut, ADIEU VAT. Très actif tout au long de l’année, il a déjà fixé le calendrier des différentes manifestations que l’on peut consulter sur son site : régates communales et championnat de la Guadeloupe, que clôturera, comme à l’accoutumée, en juillet prochain, le Tour ultra-populaire et convivial de la Guadeloupe (TGVT) en une dizaines d’étapes plus animées et disputées les unes que les autres. Autant de manifestations auxquelles participeront cette année une quarantaine de canots venus de presque toutes les communes de l’archipel guadeloupéen. À noter que le déroulement et  les résultats des compétitions sont à suivre en direct sur le site particulièrement attractif et complet du CGVT.

Une préparation tout azimut pour ADIEU VAT

Baptème de la dernière unité d'Adieu Vat

Baptème de la dernière unité d’Adieu Vat: Déclic.

Les équipages saintois, comme tous les autres, on peut l’imaginer, en dépit de l’effervescence des élections municipales de mars, se préparent déjà à en découdre en toute sportivité avec leurs nombreux et redoutables concurrents. Rien n’est laissé au hasard – ici, par exemple, la bénédiction du dernier canot – même si l’absence de moyens matériels, en particulier celle d’un local protégé, empêche une prépara-tion optimale des embarcations et des gréements. Si leur classement à la première étape du championnat qui a débuté le 19 janvier dernier n’est pas des plus satisfaisants, –  le premier Saintois, Philippe Petit se classant 11ème sur 39 concurrents -c’est sans se laisser abattre que les équipages s’entraînent régulièrement, dans la perpective de rapporter pour les Saintes, sinon tous les trophées, du moins des places parmi les premières qui feraient honneur à la réputation de meilleurs marins de la Caraïbe qu’ont toujours été et sont encore les Saintois. C’est le souhait que nous formons pour eux avec tous nos encouragements et notre entière admiration.

Câlin du matin à l'entraînement

Câlin du matin à l’entraînement aux Saintes

 Bon vent à nos représentants pour cette année 2014 et en deux mots : ADIEU VAT !

Raymond Joyeux

Cet article a été publié dans Actualités saintoises. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La voile traditionnelle aux Saintes

  1. cathy dit :

    Vraiment dommage que davantage de moyens ne soient pas donnés à cette noble et belle activité qui est la fierté des Saintes… Quand on songe à ce qui a été fait pour le foot ….

    • raymondjoyeux dit :

      C’est simple, il faut savoir qu’à Terre-de-Haut, depuis toujours, tout est subordonné au bon vouloir du prince. Toute activité de la société civile, dans quelque domaine que ce soit – culturel, sportif ou autre – si elle n’est pas commanditée directement par la mairie, si elle n’a pas l’aval des autorités locales, sous prétexte qu’elle est le fruit de l’initiative d’un membre de l’opposition ou que tout simplement ses dirigeants ou adhérents sont soupçonnés d’être pour la plupart en désaccord, même tacite ou imaginaire, avec sa majesté le maire, cette activité est condamnée à n’exister uniquement que par ses propres moyens. Il ne faut pas qu’elle compte sur l’appui ou les aides du conseil municipal. Toutes ses demandes en ce sens seront systématiquement vouées à l’échec et au final, faute de finances ou de moyens matériels, si elle n’a pas les reins solides, elle finit par s’étioler et mourir. Il n’y a qu’à voir comment cela fonctionne avec ADIEU VAT, avec l’Association des Marins Pêcheurs Saintois, (AMPS), comment cela a fonctionné avec L’Association Musicale créée en 2000, qui n’a pu organiser que quelques concerts (au demeurant très prisés par la population), et qui a fini, faute de moyens, par se dissoudre, la mairie ayant créé et soutenu momentanément sa propre formation pour contrebalancer et faire échec à la première. Même un anodin CHANTÉ NWEL à Terre-de-Haut, s’il n’est pas organisé par les bonnes personnes, est interdit sur le domaine public… Le principe est le suivant : ne jamais donner à l’opposition ou ce qui est supposé tel, l’occasion de se faire valoir, de rassembler les gens, de les faire vibrer et communier dans un enthousiasme perçu comme pouvant déstabiliser le pouvoir en place ou le discréditer… Cela s’appelle en psychologie la paranoïa. Et pour ce qui est de la qualification d’une telle conception, d’un tel exercice du pouvoir, je renvoie les lecteurs à leurs livres d’histoire…

  2. ath dit :

    Un vrai cauchemar votre maire !!!!!

  3. Duval Michel dit :

    Je pense avoir le dernier T-shirt ADIEUVAT distribué par l’association en 1991 encore en circulation (du fait que je ne l’utilise que quelques jours par an !). Quand il y aura un musée de TdH, je lui en ferai don !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s